Vous êtes passionné par les relations entre les personnages de Pokémon ? Vous aimez le Yaoi, le Yuri ? Shipping Infinity est fait pour vous.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Endo, c'est pas un mec comme les autres. [SongFic d'I11]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parkanine Geun YEAAAAH
Shipper en Devenir
Parkanine Geun YEAAAAHShipper en Devenir


Féminin Messages : 218
Localisation : J'ai juste trop faim.

Endo, c'est pas un mec comme les autres. [SongFic d'I11] Empty
MessageSujet: Endo, c'est pas un mec comme les autres. [SongFic d'I11]   Endo, c'est pas un mec comme les autres. [SongFic d'I11] Mini_298936rienMer 6 Fév 2013 - 18:04

Vous ne connaissez sans doute pas mais… je me lance !!!

Paring: Endô x Gôenji de Inazuma Eleven
Rating: T (Attention, il y a un sous entendu particulièrement prononcé sur la fin… pour ne pas dire que c’est du *se fait bâillonner* Bref, j’ai mis la police en blanc, si vous voulez le lire, sélectionnez cette partie du texte)
Disclaimer: Il ne m’appartienne pas (et heureusement pour eux).
Song : Ziggy, c’est un garçon pas comme les autres de Céline Dion

Endô (c’est un garçon pas comme les autre)

Ziggy, il s'appelle Ziggy
Je suis folle de lui
C'est un garçon pas comme les autres

Raimon Natsumi, assise sur le banc, regardait les garçons jouer au foot. Elle regardait les garçons, et notamment Endô Mamoru, le capitaine de l’équipe Raimon. Sa fascination pour le ballon rond était incompréhensible. Il ne semblait vivre que pour ça. La jeune fille soupira et se redressa. Elle vit un instant le gardien lancer un cri d’encouragement à ses joueurs avant de l’apostropher. Une joie infinie naquit dans son ventre, remontant jusqu’à ses joues.

Mais moi je l'aime, c'est pas d'ma faute
Même si je sais
Qu'il ne m'aimera jamais

« Hey, Natsumi ! »
« Oui ? » répondit-elle innocemment.
Le brun eut un sourire splendide et la remercia sincèrement de si bien s’occuper de l’équipe, en tant que manager. Les joues de la jeune fille, déjà bien rouges, furent alors comparables à des babibels.
« Tu devrais t’entraîner au lieu de venir me remercier pour quelque chose d’aussi futile ! » lâcha-t-elle princièrement.
Elle détourna le regard, voulant faire de son mouvement une affirmation de mépris. Le garçon se contenta de sourire encore une fois puis retourna jouer avec les autres.

Ziggy, il s'appelle Ziggy
Je suis folle de lui
La première fois que je l'ai vu
Je m'suis jetée sur lui dans la rue
J'lui ai seulement dit
Que j'avais envie de lui

Natsumi avait rêvé de faire ça tant de fois. Chaque fois qu’elle voyait Endô, elle avait l’irrépressible envie sauter dans ses bras et de le serrer pour l’empêcher de réagir. Elle rêvait d’aller avec lui dans une pièce sombre, de l’entendre murmurer son nom à son oreille, de sentir ses mains sur sa peau nue. Se jeter sur lui, seulement dire « j’ai envie de toi ».

Il était quatre heures du matin
J'étais seule et j'avais besoin
De parler à quelqu'un
Il m'a dit: viens prendre un café
Et on s'est raconté nos vies
On a ri, on a pleuré

En fait, c’était une de ces orgies dont Endô avait le secret. Quand il invitait tout le monde chez lui pour un barbecue et qu’elle venait aider sa mère à cuisiner. Parce que ce macho ne faisait pas attention à ça. Lui, il s’amusait avec tout ses amis, ses compagnons de jeu, ses camarades de cours, ses meilleurs amis. On assistait aux engueulades de Kidô et Fudô mais ça finissait toujours bien parce qu’au fond, ils se complètent et se connaissent par cœur. On sent l’amitié qui lie tout ces gars. Ils mangeaient, riaient, pleuraient, racontaient les histoires les plus incroyables jusqu’à pas d’heure et le lendemain, au collège, ils tiraient tous la gueule à cause de leur nuit blanche. Il dormaient en cours, et ça, ce n’était pas bon pour la réputation du collège. Mais pour une fois, Natsumi ne disait rien : quand Endô dormait en cours de math ou d’anglais, elle pouvait passer l’heure à le regarder sans avoir peur de se faire prendre en flagrant délit.

Ziggy, il s'appelle Ziggy
C'est mon seul ami
Dans sa tête y'a que d'la musique
Il vend des disques dans une boutique
On dirait qu'il vit
Dans une autre galaxie

Impossible de sortir le football de la tête de Endô Mamoru. Un jour, Natsumi lui avait demandé pourquoi il vénérait tant le football. Ce n’était à ses yeux qu’un sport comme les autres.
« Le foot, hein ? C’est grâce à lui que j’ai pu rencontrer tout mes mis. C’est grâce à lui que je peux passer autant de temps avec eux. C’est grâce à lui que nous avons tant de choses à nous dire, tant de choses à partager. » Avait-il répondu, les yeux brillants.
Tous les autres garçons présents dans la salle s’étaient tus, certains souriaient avec tendresse, d’autre l’approuvait d’un hochement de tête. Gôenji Shuuya l’avait rejoint en souriant et, comme si c’était une tradition, Endô avait lancé :
« Allons jouer au foot, les gars !»

Tous les soirs, il m'emmène danser
Dans des endroits très très gais
Où il a des tas d'amis

Ce soir là, Endô avait décidé de les inviter au Rai Rai Ken, pour changer un peu. Natsumi avait réalisé qu’il ne faisait jamais ce genre de chose. Endô aimait plus que tout être chez lui avec tous ses amis et manger la nourriture de sa mère. Il aimait s’asseoir au bout de la table pour voir tous ses joueurs et il aimait les féliciter. Il était très fier de ses amis. Natsumi avait voulu savoir pourquoi il avait changé cette habitude à laquelle il tenait plus que tout. Mais elle ne parvenait pas à l’approcher. Il était toujours entouré de pleins de gens. Le coach Hibiki riait, accompagnant ses bourrades amicales de délicieux plats plus goûteux les uns que les autres. La boisson était très légèrement alcoolisée, et quand la jeune fille demanda à Kidô pourquoi, il répondit par un mystérieux sourire et murmura :
« Endô doit avoir quelque chose d’important à faire ce soir. »
Elle n’avait pas compris. Pourtant, elle faisait de son mieux. Elle avait utilisé comme prétexte la soirée au restaurant pour s’habiller de façon attirante. Il jolie robe noire, dentelle et nœuds papillons, très chic, très sobre et pourtant terriblement sensuelle. De petits escarpins noirs vernis, du maquillage, des bijoux. Et elle n’était pas la seule : Aki et Haruna s’étaient également vêtues de manière sensuelle, des robes, des escarpins, du maquillage, des bijoux. Certains garçons aussi avaient fait un effort. Chemises repassées, pantalons présentables, chaussures décentes. Ils avaient pour la plupart laissé leurs baskets et leurs survêtements au placard. Alors que le repas touchait à sa fin, le coach Hibiki lança :
« Natsumi ! Ces garçons ont bien travaillé. Un discours de félicitation, peut-être ? »
Tous les autres se mirent à la regarder, puis scandèrent ensemble « Un discours, un discours ! » avec ferveur. La jeune fille soupira, se leva en cachant plus ou moins un sourire empli de tendresse, et commença :
« Inazuma Japan. Grâce à vous aujourd'hui, le monde est en paix. Vous avez battu l'Alliéa Academy, vous avez remporté la FFI. Le monde vous appartiens ! »
Une vague d'applaudissement retentit. Natsumi se détourna, les yeux brillants d'émotion. Elle cherchait Endô du regard. C'était décidé, elle allait lui dire qu'elle l'aimait.

Oui je sais il aime les garçons
Je devrais me faire une raison
Essayer de l'oublier mais

Elle vit sa veste traîner par terre, quelques pas avant l'angle d'un mur. Le restaurant Rai Rai Ken était étroit et les petits couloirs comportaient souvent des angles de murs très serrés. Elle se mordit la lèvre en ramassant le vêtement, et elle poursuivit sa recherche. Plus loin, elle aperçu sa cravate rouge. Elle rougit en pensant que même si Endô était du genre à ne pas faire de manières, il se débraillait rarement sans raison. Elle l'imaginait contre un mur, là, tout près, en train de l'attendre, la chemise et la braguette grandes ouvertes... Elle secoua la tête et reprit la marche.
Au quatrième tournant du couloir, Natsumi entendit enfin sa voix, un chuchotement léger. Il était là.
La brune s'apprêtait à l'interpeller lorsqu'elle perçu un second bruit, très évocateur.
« Hum ! Hannnn...nnnnNnn...En...dô... »
« Chuuut...mon ange.... »
« Haaan... »

Des gémissements. Étouffés dans une épaules. Deux voix, sensuelles. Ces brises, ces caresses. Natsumi se refusait à y croire. Elle pencha sa tête, visant discrètement ce qu'il se passait de l'autre côté du mur.
« Humffh !... »
Et cette voix qui haletait, qui geignait... C'était...
« Han...Hu, han han.... Endô... Cap'tain, je vais... »
La voix de...
« Han ! Cap’taine ! Oh ! »
...Gôenji Shuuya...
«HummmHh...hhuh... Endô...»
«Je t'aime... Gôenji. »

Les deux garçons étaient contre le mur du fond. Endô avait la chemise largement ouverte et son pantalon était descendu jusqu'à ses mollets

Ziggy il s'appelle Ziggy
Je suis folle de lui
C'est un garçon pas comme les autres
Mais moi je l'aime c'est pas d'ma faute
Même si je sais
Qu'il ne m'aimera jamais



NDLA : Voilà ! Fini ! Bâclé !
Bon, j’imagine que la plupart d’entre vous ne connaissent pas Inazuma Eleven, mais c’est super sympa et je trouve ce couple particulièrement flagrant.
Bon, c'est pas super sympa pour Natsumi mais je l'aime pas vraiment donc ça m'a pas choquée. Mais si cette fiction vous a donné envie d’aller voir l’anime, n’hésitez pas, je vous le recommande !
(Et si vous voyez des fautes ou des tournures de phrases un peu bizarre, faites-le moi savoir : p) I\'m sexy and I know
Revenir en haut Aller en bas
 

Endo, c'est pas un mec comme les autres. [SongFic d'I11]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shipping Infinity ::  :: Fanfics :: Autres-