AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Lun 19 Aoû 2013 - 19:16

T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)
 
Scénario : Kailiana, GoldenSun, Dizzy, Topaz et Cyana
Auteur : Cyana
Rated : Aucune idée. Rien de vraiment bien méchant.
Disclaimer : Tout appartient à Pokémon
Casting : Seika (@GoldenSun), Oksana (@Kailiana), Topaz (@Topaz), Ace (@Dizzy) et Tiffany (@Cyana)
Euuuuh...Fic délire, imaginée une nuit d'été par une bande de folles qui n'ont pas besoin de drogue pour faire des trucs de tarés ? L'avant-propos est un peu sérieux, ça risque de pas toujours l'être autant. A bon entendeur...:D
Autre : Tout ce qui est dessin, logo, bref, ce qui concerne les trucs dessinés, c'est de Topaz. D'ailleurs, elle a fait un blog qui rassemble toutes ses créations. Là ==>  http://orgyshipping.skyrock.com
 Vous pouvez aussi retrouver les chapitres ailleurs parce que les je poste sur ce blog ==> http://orgyshippingadventures.eklablog.com/


Avant-propos : Course-poursuite
Quatre petites pattes tricotent sans discontinuer à travers la forêt. La créature à qui les pattes appartiennent court pour se préserver. Elle sait que si elle se fait attraper, ce sera la fin pour elle.
Des flashs lumineux éclairent par intermittence la forêt. C’est un humanoïde qui produit ces flashs en apparaissant et disparaissant à la recherche de sa proie. Il sait que s’il ne la retrouve pas, ce sera la fin de tout.
L’un court, l’autre se téléporte.
Leur course est liée mais leur objectif diffère.
L’un fuit et l’autre chasse. Et de résultat de cette course-poursuite dépendra l’avenir de beaucoup de monde.
Les petites pattes tricotent sans s’arrêter. Son salut n’est pas loin, s’il parvient à l’atteindre, il sera sauvé. S’il parvient à échapper à l’autre, il n’aura plus rien à craindre.
Les flashs se font de plus en plus fréquents. Sa proie est dans le même périmètre que lui, il suffit de trouver le bon endroit au bon moment et il pourra l’avoir. Il doit se hâter.
Il y a de la lumière, droit devant. La créature se sent extatique, elle est parvenue à son but. Plus que quelques mètres et il franchira le portail, il sera alors sauvé. Sa course s’accélère, il ne doit surtout pas flancher, surtout pas maintenant.
Une faible lueur et un écho d’une grande puissance. Il est tout proche. Sa proie n’a pas encore passé le portail, il a de la chance. Il a encore une chance. Il faut absolument qu’il parvienne là-bas avant lui.
Un gémissement plaintif échappe à la créature alors que ses petites pattes frêles protestent contre le traitement qu’il leur fait subir.
Il court depuis des heures, il n’en peut plus. Mais bientôt, tout va s’arrêter.
Maintenant qu’il sait où aller, une seule téléportation et il arrive enfin à son but.
Les deux ennemis se font face à face, la créature ne cesse pas une seconde de courir. Il est à deux mètres du portail, l’humanoïde lève la main pour le saisir à l’aide de ses pouvoirs.
Il est rapide, son adversaire aussi.
C’est un combat de vitesse.
Une lumière bleue jaillit de la main de l’humanoïde et celui-ci se concentre.
Dans un cri aigu de peur, la créature bondit vers le portail.
Le passe. Disparaît.
Et le portail s’évapore, comme s’il n’avait jamais été là.
L’humanoïde baisse son bras, la lumière a disparu. Cela ne sert plus à rien.
Il a échoué dans sa dernière tentative de rattraper la créature. Il n’a plus d’autre chance, il ne lui reste plus qu’une seule chose à faire.
Un dernier flash, et l’humanoïde disparaît pour une destination connue de lui seul.


Dernière édition par Cyana Deschamps le Sam 5 Juil 2014 - 19:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Ven 1 Nov 2013 - 23:52

Alors, voilà le premier chapitre d'Orgy, qui est plutôt un prologue...Il est court mais c'est ce que je voulais faire. Pour l'instant, je ne présente que trois personnages : Topaz, Ace (Dizzy) et Tiffany (Cyana). Oksana (Kai) et Seika (Sunny) auront elle droit à un chapitre spécial avec un scénario particulier et apparaitront donc plus tard. J'espère que je n'aurais déçu personne n'hésitez pas à m'en parler. Bonne lecture.
 






Prologue : Le festival de Poivressel
Topaz donna un coup de pied dans l’innocent caillou qui avait eu le malheur de croiser sa route. Depuis qu’ensembles, la jeune dresseuse et ses deux amis…camara…collègues ! avaient débarqué à Nénucrique, dans la région d’Hoenn, elle n’avait pas décroché un mot.
Ou plutôt si, mais uniquement pour râler. Si elle était à Hoenn, ce n’était pas de son plein gré. Elle ne voulait pas aller dans cette fichue région. Elle ne voulait pas assister à cet idiot festival qui avait lieu chaque année à Poivressel. Puisqu’il avait lieu chaque année, elle aurait pu y aller n’importe quand ! Elle était occupée à s’entraîner pour gagner son prochain badge et il avait fallu que ces deux idiots l’entraînent dans ce voyage dont elle n’avait nullement envie. Pourquoi avaient-ils subitement décidé qu’il était bon pour elle qu’elle se change les idées de son entraînement ? Ça ne les dérangeait pas avant, ils auraient pu continuer leurs affaires sans l’impliquer !
Ils avaient réussi à l’appâter en lui parlant de combats sensationnels et de Pokémon incroyables, mais elle commençait sérieusement à douter de la véracité de leurs propos maintenant. La route 110 était incroyablement longue, bourrée de dresseurs bien au-dessous de leur niveau, elle était fatiguée, elle avait faim, mal aux pieds et elle avait vraiment marre.
Pourquoi était-elle partie avec eux, déjà ? Ah oui, les combats…Elle espérait pour les fesses de ses soi-disant amis qu’elle en aurait, des combats, et des biens !
_ On est bientôt arrivés ? Geignit-elle.
Les deux garçons qui la précédaient en discutant joyeusement - les imbéciles ! - se retournèrent, l’un exaspéré, l’autre las. Aussi différents que le jour et la nuit, le premier était un blondinet aux airs d’angelot et l’autre un rouquin sec et nerveux. Topaz les connaissait tellement bien que leur simple vue l’agaçait. Ils avaient après tout grandi ensemble, dans la même ville, été à l’école ensemble, toujours dans la même classe, et avaient débuté leur voyage initiatique le même jour. Et elle était persuadée qu’ils la suivaient, en douce, histoire qu’elle ne se fasse pas mal ou une autre idioties dans le genre. Elle ne les avait pas encore chopés sur le fait, mais attendait ce jour avec impatience. Ils allaient voir qu’elle était tout à fait capable de se débrouiller seule !
_ Si tu traînais moins des pieds, qui sait, on sera peut-être déjà à Poivressel ! Siffla le garçon roux.
Topaz lui jeta un regard noir qui ne lui fit ni chaud ni froid. Instinctivement, leurs mains à tous les deux se dirigèrent vers leurs ceintures de Pokéball. Le dernier du groupe soupira. Régler leurs différents par un combat étaient la façon de faire de Topaz et Yann depuis qu’ils avaient reçus leurs premiers Pokémon. Avant, ils se battaient à mains nues, à coups de cailloux, de boules de boue ou de neige, les Pokémon avaient été un progrès. Leur rivalité, elle, avait augmenté en flèche malheureusement. Tous deux dotés d’un fort caractère, ils avaient néanmoins des gouts radicalement différents et depuis le jardin d’enfants, chacun voulait prouver à l’autre qu’il était le meilleur.
_ J’te propose un duel, grogna Yann. Un contre un. Si je gagne, tu nous suis sans râler et avec entrain. Si tu gagnes, tu fais ce que tu veux, on s‘en fout. Tony sera l’arbitre.
_ Ça marche, approuva froidement Topaz.
_ Non, ça ne marche pas, refusa Tony. Je n’ai pas envie de jouer les arbitres. Démerdez-vous tout seuls.
_ Quoi ? !
Aussi sec, Tony avait tourné le dos à ses deux camarades et reprit sa route, laissant ces deux derniers bouche bée. Ils échangèrent un regard incrédule puis abandonnèrent toute velléité de combattre pour s’élancer à sa suite. Au loin, dans un paysage digne d’une carte postale, Poivressel s’offrait à leurs regards - plus ou moins - ébahis.
.
.

.
Une MasseBall sautant dans la main droite et une glace bien entamée dans la main gauche, Ace errait à travers les stands du Festival de Poivressel. Elle avait semé récemment la bande de potes avec qui elle était arrivée, mais ce n’était pas bien grave. Elle finirait bien par les retrouver, ils étaient assez grands pour se démerder tout seuls. Et en attendant, elle avait de toute façon de quoi s’occuper. Elle avait déjà affronté deux dresseurs, un qu’elle avait battu et l’autre qui l’avait vaincue et cherchait un nouvel adversaire pour oublier cette humiliante défaite. Après tout, le Festival était un lieu où les gens venaient pour s’affronter entre eux. Qu’il s’agisse de combats, de concours, d’apprendre des choses, de s’amuser, tout le monde pouvait y trouver son compte.
Ses amis et elle étaient venus d’Unys exprès pour ce festival, populaire même dans leur région lointaine. Ace n’était jamais venue à Hoenn, sa propre région lui convenait amplement, mais cette bande de fous avait tenu à sa présence. De plus, sa mère lui avait dit que c’était une bonne idée d’élargir un peu ses horizons. Elle avait donc rempli un sac de quelques trucs essentiels au voyage et avait embarqué sur un bateau à destination Poivressel.    
Pour l’instant, elle ne regrettait pas trop sa décision. Il faisait beau, les gens étaient plutôt sympa et la bouffe pas mauvaise du tout. De plus, le climat chaud, voire tropical, faisait qu’on trouvait très facilement des glaces, n’importe où, et c’était un argument qu’Ace ne pouvait pas laisser passer. Elle adorait les glaces.
Pour finir la sienne tranquillement, elle s’assit sur un mur qui se présenta à elle et observa les gens passer. La diversité des gens étaient impressionnantes, songea-t-elle, le festival de Poivressel était décidément très connu. Elle pouvait apercevoir des gens de Kanto et Johto, reconnaissables à leur teint pâle et leurs cheveux très noirs. Les gens d’Hoenn arboraient la peau dorée des gens vivant sous le soleil. Il y avait aussi quelques personnes venant de Sinnoh à en croire leur teint encore plus pâle que ceux de Kanto et Johto et leurs cheveux clairs, et même des gens d’Unys ou Kalos, c’était dur de les différencier aux vu de leurs ressemblances culturelles.
Ace se sentait bien, isolée dans son coin, sans que personne ne la remarque. Elle pouvait finir tranquillement sa glace puis partir en quête de dresseurs pour combattre. Elle regrettait un peu le confort de sa chambre et les paysages grandioses d’Unys mais ce voyage lui laisserait finalement quelques bons souvenirs. Bon, évidemment, perdre ses amis quelque part en région inconnue était un peu problématique mais ils n’avaient qu’à pas la laisser toute seule, ces ingrats.
Une vois stridente qui lui perça les oreilles brisa soudain ses douces pensées :
_ Je n’en veux plus de cet Obalie, il sert à rien, comme tous les types glaces. Ils sont nuls !
La jeune fille écarquilla les yeux. Son sang ne fit qu’un tour.
Les Pokémon de type glace étaient ses préférés. Elle se leva d’un bond, furieuse, et se précipita sur le groupe qui avait insulté ses chouchous.
_ Qu’est-ce que t’as dit, là ? ! Hurla-t-elle au hasard. Les Pokémon glaces sont beaucoup plus forts que tu crois ! Aboule tes Pokéball, j’vais te montrer, moi ! !
Ace avait promis à sa mère qu’elle ne provoquerait pas de scandales, qu’elle ne causerait d’ennuis à personne, qu’elle ne se ferait pas remarquer. Oui, c’était une promesse et Ace tenait toujours ses promesses. Elle avait beau être la plus grande râleuse du monde, selon ses propres termes, elle se tenait à ses promesses. Enfin, en général. La plupart du temps, quoi.
Sauf que là, c’était loupé.



.



.



.
_ C’est par là, le festival…
Une fille aux cheveux roses grande comme une asperge attrapa la petite blonde rondelette qui se dirigeait d’un pas conquérant vers le musée de Poivressel, un grand sourire aux lèvres. Celle-ci parut surprise de se voir ainsi arrêtée dans sa course et lança un regard de Ponchiot battu à son amie.
_ Mais Jo, il est super beau, ce musée…
_ Evidemment, mais tu y es déjà allée plein de fois, tu te rappelles ? Et tu pourras y retourner après ! Là, c’est au Festival qu’on est censés aller !
La blondinette fit une moue déçue alors qu’un jeune homme ressemblant trait pour trait à la fille aux cheveux roses rejoignait les deux amies, l’air assez mécontent.
_ Dites donc, les apostropha-t-il, juste me prévenir si vous changez de direction, c’est trop vous demandez ?
_ C’est pas moi, c’est Tif’ !
_ Je suis innocente, répliqua l’autre avec un sourire candide.
_ Menteuse ! ! S’écria la seconde fille en éclatant de rire.
La petite blonde, Tiffany, et ses amis venaient tout droit de Kalos, exprès pour le festival de Poivressel, comme beaucoup de gens. Ils étaient tous occupés chacun de leur côté à suivre leur voie et cette fête était pour eux l’occasion de se réunir. Ils attendaient encore d’autres personnes, tous des amis proches avec qui ils formaient un groupe soudé. Joëlle, plus communément appelée Jo, infirmière Pokémon de son état, était celle qui avait eu l’idée la première de prendre un jour dans l’année pour qu’ils puissent tous se revoir et parler de leurs parcours. Chaque année depuis déjà cinq ans, ils se retrouvaient quelque part, peu importait la région. Cette année, ils avaient fait le choix d’aller à Hoenn, pour participer en même temps que leurs retrouvailles au festival si connu de Poivressel.
_ Je veux aller au musée, pleurnicha Tiffany. S’il te plaîît, Jean…
_ Plus tard, répondit le garçon. On doit d’abord retrouver les autres, avant.
Les deux jumeaux entrainèrent la blonde avec eux au point de rendez-vous qu’ils s’étaient fixés. Tous dans leur groupe s’accordaient à dire que Tiffany, parmi eux, était bel et bien celle qui parvenait encore à leur faire garder le contact. Elle leur téléphonait régulièrement et n’hésitait jamais à passer les voir quand ses voyages l’emmenaient près du lieu où l’un de ses amis habitait. Elle était toujours enthousiaste à l’idée de s’amuser avec le groupe, même si sa passion pour l’histoire, les légendes et les musées la rendait souvent distraite.
Insouciante, sans sembler se préoccuper de ce qu’il se passait autour d’elle, Tiffany papillonnait de stand en stand, ravie de cette journée. Etudiante en archéologie, elle travaillait au milieu des ruines Zarbi de Sinnoh quand Joëlle l’avait appelée pour planifier leur journée de retrouvailles.
Avec une gaieté non dissimulée, elle se précipita sur un stand de vêtements pour essayer quelques pièces typiques d’Hoenn. Soudain, des cris éclatèrent non loin de là et la foule commença à s’agiter nerveusement, comme s’il se passait quelque chose de grave.
_ Y a quoi ? S’étonna Tiffany en ôtant l’immense chapeau de paille qui lui donnait une allure étrange.
_ Aucune idée, répondit Jo en haussant les épaules. Une bagarre, sûrement. Allons voir si les autres sont arrivés.
Mais c’était trop tard, Tiffany s’était déjà précipitée sur le lieu de l’incident, imitée en cela par son ami et pas mal de badauds aussi curieux qu’elle. Arrivés dans une ruelle large qui permettait le passage, une fille aux cheveux bleu azur menaçait un grand rouquin a l’air révolté. Tous deux tenaient des Pokéball et se balançaient des insultes à tout va. Ils étaient à deux doigts de faire un match. Jo rejoignit son frère et son amie, très réticente. Elle se glissa entre eux.
_ Partons, s’il vous plaît, les supplia-t-elle. Il ne faut pas être mêlé à une bagarre de rue.
Elle éternua.
_ En plus, y a une fiche odeur dans le coin, c’est désagréable. Allez, venez, on s’en va…
C’est au moment où elle tirait les deux jeunes gens par le bras que les choses basculèrent soudainement.


Dernière édition par Cyana le Mar 24 Juin 2014 - 22:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Dim 3 Nov 2013 - 1:21

 Chapitre 1 : Une mission de la plus haute importance


La première victime fut une petite fille rousse qui éternua plusieurs fois d’affilée avant de s’écrouler. Puis ce fut l’hécatombe. Chacun leur tour, puis par dizaines, les gens se mirent à éternuer avant de s’écrouler tour à tour. Ace, surprise, vit le rouquin désagréable qu’elle s’apprêtait à réduire en charpie faire comme tout le monde et tomber raide. Le cri qu’elle poussa dû certainement percer les tympans de tous ceux encore en état de l’entendre tellement il était aigu.


Mais la jeune fille était terrorisée : elle avait l’intention d’apprendre à ce petit prétentieux que les Pokémon de type glace étaient les meilleurs, voire lui en coller une, mais pas le tuer ! Elle allait se faire arrêter, on la mettrait en prison et puis…


Ce fut sûrement la panique qui brouilla sa vue un instant, de sorte qu’elle ne vit plus qu’un voile blanc. Mais ce n’était certainement pas la panique qui lui faisait désormais voir ce paysage de campagne qui ressemblait un peu à ceux de son village natal. La peur et la culpabilité pouvaient-elles donner des hallucinations ?


— Putain, mais on est où, ici ? !


Etonnée d’entendre quelqu’un près d’elle - surtout que malgré la voix féminine, la voix et les paroles étaient rudes -, Ace secoua la tête pour se donner un coup de fouet.


— A quoi tu joues à secouer la tête comme ça, t’es tarée ou quoi ?


Ace écarquilla les yeux et se tourna vers la fille brune, qui devait avoir à peu près son âge, et qui l’observait d’un œil critique, les poings posés sur les hanches. Elle la reconnut tout de suite : elle faisait partie de la bande du rouquin qui critiquait les Pokémon glace. Donc, cette fille était une ennemie !


— En fait, ça ne m’étonne pas, poursuivit la brune. Pour sauter dessus comme une tarée sur mon pote en hurlant je sais pas quoi, tu dois forcément être tarée, pauvre connasse.


— Mais…! S’indigna Ace.


— Tu es très vulgaire, petite fille…intervint une voix chantante.


Les deux adolescentes se turent quand la jeune adulte blonde les rejoignit, l’air plus intéressé par le paysage autour d’elle que par leur dispute. Jolie, elle avait quand même un look étrange, très coloré, et arborait une longue cape rose plutôt louche. Les deux filles pensèrent en même temps qu’il s’agissait soit d’un dresseur de Pokémon dragon - ces gens étaient tous des fous - soit d’un pédophile au féminin. Peu importait, elles se mirent aussitôt en alerte.


— T’es qui ? Aboya Topaz.


— Pourquoi tu cries, s’étonna l’adulte, je ne suis pas sourde. Je m’appelle Tiffany. Et vous ?


— A-Ace…répondit cette dernière.


— J’te dirais pas ! Répliqua Topaz au même moment.


— Enchantée, Ace, répondit l’adulte en tendant une main polie à l’adolescente aux cheveux d’azur.


La blonde arborait un sourire aimable qui rassura un peu la dresseuse de Pokémon glace. Cette jeune femme n’avait pas l’air si méchante que ça, après tout. Il ne fallait de toute façon pas juger quelqu’un sur son look. Elle-même ne s’était-elle pas teint les cheveux en bleu ? Ace décida que cette fille lui plaisait et serra la main tendue.


— Non mais t’es pas folle ? ! S’écria la brune. Tu te rends compte que tu serres la main d’une inconnue super louche ? Tu es totalement inconscience ou quoi ? !


Tiffany éclata de rire.


— Tu me prends pour quoi, toi, j’aimerais bien le savoir ? Mais rassure-toi, je n’aime pas les petites filles !


La jeune brune ne parut pas convaincue mais Tiffany n’en avait strictement rien à faire. Elle secoua la main d’Ace avec sympathie puis la lâcha et se mit à déambuler au hasard à travers la campagne ensoleillée.


— J’ai trouvé mon prince charmant, il y a longtemps…poursuivit-elle, le regard rêveur. Il est beau, il est gentil, et puis il est fort aussi, c’est un champion d’arène, vous savez ? Il s’occupe bien de ses Pokémon, et comme il est paléontologue et que moi, je suis archéologue, nous étions faits l’un pour l’autre, vous comprenez ? Il est pas encore tout à fait d’accord avec mon point de vue, mais de toute façon, tant qu’on s’aime, on est pas obligés d’être d’accord, c’est aussi ça, l’amour, d’être capable d’aimer l’autre même quand il n’est pas d’accord, vous voyez ?


— Non, répondit honnêtement Ace.


— Pas du tout, s’exclama Topaz. Au lieu de délirer sur l’amour à la con, toi qui es adulte, tu saurais où on est, par hasard ? !


— Pas du tout.


— Et c’est qui l’adulte, ici ? !


— Mais euh, arrête de me crier dessus, j’y suis pour rien, moi ! Gémit Tiffany, les larmes aux yeux.


Un coup de vent soudain manqua les faire basculer. La cape de Tiffany se mit à claquer alors que les cheveux des filles s’agitaient assez rudement. Tout en retenant sa tignasse, Topaz commença à râler sur les inconvénients du temps.


— Te plains pas, il pleut pas encore, se réjouit Tiffany.


— Sérieux, tu es sûrement la nana plus cinglée du monde, toi…


« Cessez immédiatement vos sottises, humaines. »


— Oh ! Fit Tiffany en portant les mains à ses oreilles.


— Qu’est-ce que…bafouilla Ace.


— SORS DE MA TÊTE TOUT DE SUITE ! ! Brailla Topaz en agitant les bras en tout sens.


Ace et Tiffany lui lancèrent un regard incrédules : ni l’une ni l’autre ne savait ce qu’il se passait et voir leur camarade se mettre à hurler en sautant dans tous les sens avait de quoi les dérouter.


— Qu’est-ce qui se passe ? L’interpella Ace. Hé, arrête de gueuler et dis-nous ! Hé, écoute…Comment elle s’appelle ? ! Hé, le Spoink mal embouché, tu m’écoutes ? !


La dresseuse aux cheveux bleus agrippa la brunette par le col et, en l’étranglant à moitié, réussit à attirer son attention.


— Il se passe quoi ? Qui nous parle ? Raconte au lieu de hurler à la mort ! Et puis tu t’appelles comment, au fait ? !


— Télépathie. Un Pokémon psy, sûrement. Je ne hurle pas à la mort. Et je m’appelle Topaz.


Tiffany se mit à rire de nouveau face au flot de réponses qui suivait le flot de questions.


— Vous étiez drôles ! S’esclaffa-t-elle. On aurait dit un sketch. Vous pourriez être les meilleures amies du monde, vous savez ?


— En fait, tu me plais, décréta Topaz en tendant la main à Tiffany.


— Fais gaffe ou je pourrais te prendre pour un pédophile !


Topaz écarquilla les yeux, faisant rire de nouveau Tiffany, mais aussi Ace. Quand elle comprit qu’il s’agissait d’une plaisanterie, la brune se joignit aux rires de bon cœur.


— Et sinon, insista Ace, tu avais l’air de savoir ce qu’il se passe. Tu nous dis ?


— Mon pote Tony a un Kadabra, en fait, s’expliqua la petite brune. Il utilise la télépathie pour nous parler. J’ai l’habitude. Mais j’aime pas ça, l’autre, il se fout tout le temps de ma gueule.


— De la télépathie ?


« Exact, humaines. »


Ace frissonna quand la voix méprisante s’éleva à nouveau dans son esprit. Dans un geste presque instinctif, elle avait posé la main sur sa ceinture de Pokéball. Topaz en avait fait autant et même l’insouciante Tiffany serrait plus fort sa besace contre elle. Le vent souffla plus fort et quelque chose jaillit des nuages. Au début flou, les filles finirent par apercevoir une sorte de lézard flottant de couleur verte se diriger droit vers elles. Il était suivi par un grand oiseau blanc majestueux. Ace et Topaz ne réagirent pas, à contrario de Tiffany qui en laissa tomber son sac dans l’herbe épaisse.


— Qu’Arceus m’emporte ! Couina-t-elle. Je rêve ? ! Je ne peux pas les voir se diriger vers moi, c’est pas possible ! !


Elle s’agenouilla sans tarder pour ouvrir son sac et en sortir tout un tas de choses diverses et variées, en passant par des balls vides, des sachets de nourriture, des cailloux et pleins d’autres bricoles. Sous les yeux intrigués de ses camarades, elle finit par sortir un carnet à croquis auquel pendait un critérium attaché à un élastique et un appareil photo dernier cri. Elle se redressa, le crayon entre les dents, allumant fébrilement l’appareil photo. Entre-temps, les deux étranges créatures s’étaient bien rapprochées.


— Qu’est-ce qu’il y a, c’est quoi ces trucs ? Demanda Topaz.


— ‘U ‘ai ‘as ? ! Bafouilla la blonde.


Son crayon dans la bouche l’empêchait d’articuler correctement, mais à en croire ses yeux ronds, il se passait quelque chose d’assez incroyable. Gentiment, Ace lui prit le carnet pour la débarrasser et elle cracha le crayon avec un sourire reconnaissant.


— Merci. Et euh, pour ces Pokémon…vous les connaissez pas ? Mais oh, par Arceus ! !


Tiffany se mit à sautiller partout tout en essayant de prendre en photo les deux Pokémon précédemment cités. Un sourire incroyable barrait son visage et ses yeux brillaient comme ceux d’un enfant devant ses cadeaux de noël.


— C’est, c’est, c’est…Oh, Arceus, c’est des légendes ! Rayquaza ! Lugia ! Des mythes ! Des Pokémon uniques, qu’on ne voit que dans les contes de fées et sur de vieilles gravures ! ! Oh Arceus, je n’y crois pas ! Je peux les voir ! Moi ! ! C’est un jour fantastique, unique, merveilleux, je vais rentrer dans l’histoire, on se souviendra de moi comme la première personne à avoir ramené un cliché, mon nom sera connu à travers les âges ! Oh, Arceus ! !


— C’est des Pokémon rares ? S’informa innocemment Topaz.


— Rares ? Mais ce sont des LEGENDAIRES ! S’enflamma Tiffany. C’est le rêve de n’importe qui d’en croiser un, ne serait-ce que l’apercevoir, même ! Ils sont uniques ! ! Ce sont des dieux parmi les Pokémon, oh, vite, il faut que je prenne des photos ! !


— Mais vraiment rare ? Insista la brune.


— PUISQUE JE TE LE DIS !


Tiffany essaya d’arrêter de sautiller comme un Spoink pour prendre une photo correcte. Pendant ce temps, Topaz, les yeux brillants de convoitise, plongea la main dans sa poche pour en sortir une Hyperball. Ace était la seule à l’avoir vue faire et lui lança un regard interloqué.


— Tu vas pas essayer de le capturer, quand même ?


— Pourquoi pas ? Blondie l’a dit, ils sont rares, uniques, légendaires. Avec ça dans mon équipe, je serais une boss. Il me les faut.


« Ceci est hors de question. »


De nouveau, la voix télépathique fit sursauter les trois jeunes filles en chœur.


— Mais qui parle ? S’exclama Ace, les mains sur les oreilles en grimaçant.


— Ma photoooooo, pleurnicha Tiffany.


Derechef, elle se remit à mitrailler les légendaires qui s’approchaient à toute vitesse. A la grande surprise de toutes, ils semblaient vraiment se diriger vers elles, ce qui fut confirmé quelques instants plus tard. Le grand dragon et l’oiseau blanc se posèrent au sommet de la colline où elles étaient installées. L’air sournois, Topaz s’approcha à petit pas, histoire de ne pas se faire remarquer.


« Je te déconseille de faire ça », reprit la voix dans leur esprit.


A leur gauche, juste derrière Ace qui sursauta violemment, apparut un Pokémon humanoïde grisâtre à l’aspect étrange. Ses yeux violet flamboyaient d’un feu bleuté et il regardait Topaz avec visiblement beaucoup de rancune. Cette dernière eut un bien involontaire mouvement de recul et même Tiffany déglutit difficilement. Le Pokémon avait l’air fâché.


— Qui est-ce ? Murmura Ace. Je n’ai jamais vu ce Pokémon avant…


— Il s’appelle Mewtwo, je crois…répondit Tiffany, sourcils froncés. C’est un Pokémon particulier…Qu’est-ce qu’il fait là ? Qu’est-ce qu’ils font tous là ?


Mewtwo ouvrit la bouche et parla, de la même voix froide qui avait envahi leurs esprits plus tôt. Tiffany faillit faire un commentaire, stupéfaite qu’il puisse réellement parler mais se rendit compte qu’elle n’avait plus de voix. Le Pokémon ne quittait pas Topaz des yeux.


— Lâche immédiatement cette Pokéball. Tu ne les captureras pas.


Frissonnante, Topaz resserra néanmoins sa prise sur sa ball.


— Non, marmonna-t-elle en essayant d’avoir l’air ferme. Blondie l’a dit, c’est des Pokémon super rares. Elle a dit qu’ils étaient uniques et que tout le monde les voulait…


— C’est pas ma faute ! Couina Tiffany dès que le regard améthyste se posa sur elle.


— Je ne laisserais aucune de vous ne serait-ce que lancer une ball sur eux. Vous ne les capturerez pas. Vous n’aurez rien d’eux.


L’adulte cacha aussitôt son appareil dans son dos en essayant de prendre l’air naturel. Mewtwo siffla.


— Je détruirais cet appareil quoi qu’il arrive.


— Raté, murmura Ace.


— Moi, je…je capturerais ces Pokémon ! Insista Topaz. Et puis, je…je te capturerais aussi, tu es aussi un Pokémon ! Voilà !


— Essaie pour voir.


— C’est pas une bonne idée, marmonna Ace. Il va tous nous buter.


Topaz se mordit la lèvre, hésita, puis saisit une Rapide Ball à sa ceinture.


— Curso, à l’attaque ! !


Un Dynavolt au poil luisant jaillit de la ball en rugissant. Sa dresseuse désigna aussitôt Mewtwo du doigt :


— Attaque-le ! Crocs éclair ! !


Un ricanement mental sembla flotter en l’air alors que Mewtwo levait son long bras maigre. Des ondes psychiques violettes en jaillirent pour frapper le Dynavolt qui fonçait sur lui de plein fouet. Le chiot électrique ne se releva pas.


— Curso ! S’exclama Topaz. Oh, le con ! Tu vas me le payer ! !


Le visage furibond, elle rappela son Dynavolt et se saisit deux des balls restantes à sa ceinture.


— Fary, Bendo ! ! A vous ! !


Tour à tour, un Lainergie et un Magnézone apparurent dans un éclair de lumière. Mewtwo ne sembla même pas s’inquiéter.


— Attaquez le plus fort que vous pouvez ! ! Brailla Topaz.


Une fois de plus, l’action fut rapide. Les Pokémon préparèrent leurs attaques et des ondes violettes s’échappèrent de la main de Mewtwo. En un instant, toute l’équipe de Topaz fut mise à terre. L’adolescente resta sans voix, le visage livide, les yeux pleins de larmes.


— N’as-tu rien d’autre à proposer ? Siffla Mewtwo.


En un instant, la situation s’inversa. Ace s’interposa entre la petite brune et l’austère Pokémon, une Pokéball dans chaque main. Tiffany avait aussi réagi, prenant l’adolescente dans ses bras dans un geste protecteur, le regard froid.


— Tu trouves ça drôle ? Grogna Ace. Tu n’avais pas besoin de lui faire autant de mal ! Laisse-la tranquille maintenant !


— Elle a lancé les hostilités la première, commença Mewtwo.


— On dirait un gamin, répliqua Tiffany d’une voix railleuse. Oh, maîtresse, maîtresse, elle est vilaine la fille, elle m’a dit des choses méchantes ! Tu as juste voulu prouver ta supériorité, n’essaie pas de prendre des prétextes foireux.


Mewtwo montra les dents, incitant Ace à lever un peu plus ses balls. La jeune fille restait nerveuse tout de même, elle se pensait plus forte que la petite Topaz, mais tout de même, ce Pokémon avait anéanti une équipe à lui tout seul !


« Assez, Mewtwo. »


Une autre voix communiqua par télépathie avec les trois filles. Sans qu’elles le remarque, le dragon vert avait étiré son long cou jusqu’à elles et les surplombait de toute sa hauteur. Tranquillement, il fixait Mewtwo qui grogna.


« La première leçon a été bien apprise, poursuivit Rayquaza. Elles ont compris l’importance d’être soudées les unes aux autres. Cesse de les importuner. »


Ace recula lentement pour venir se coller à ses camarades, peu rassurée. Tiffany lâcha Topaz d’une main pour l’enlacer à son tour. Un silence pesant et épais s’installa. Mewtwo semblait défier Rayquaza du regard et celui-ci restait immobile, serein. En alerte, Lugia posait son regard sur chaque protagonistes tour à tour. Aucune des filles n’osait bouger, attendant un verdict qu’elles ignoraient.


Finalement, Mewtwo tourna le dos à Rayquaza et s’éloigna.


« Fort bien. Nous avons à parler, mesdemoiselles. »


Rayquaza recula sa tête et s’enroula sur lui-même, fixant désormais les trois jeunes filles.


« Je ne mange pas les hommes », ajouta-t-il.


— Et vous…vous mangez…quoi…? L’interrogea Tiffany, son esprit scientifique reprenant légèrement le dessus.


« Ceci est un concept bien compliqué qui prendrait beaucoup de temps à expliquer et nous manquons de temps. Nous avons à vous parler. »


— On…vous écoute ? Bafouilla Ace.


Lugia agita la queue avec nervosité et un soupir las résonna dans leur tête. Rayquaza ne semblait pas ravi.


« Une situation dangereuse menace votre race et personne ne peut la voir venir. Les Pokémon ont besoin des humains comme les humains ont besoin des Pokémon et nous ne pouvons laisser cette menace aboutir. Nous avons une mission de la plus haute importance à vous confier. »


Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Lun 13 Jan 2014 - 19:49

Remerciez Topaz pour la sortie de ce chapitre (pour ceux qui me lisent, s'il y en a). Si elle  n'était pas derrière moi pour m'encourager à écrire, je serais toujours en train de glander. Et malheureusement, ça n'aide pas à avancer une fic. Bref, on passe aux choses sérieuses, là. Bonne lecture ! (ou pas =p)


Chapitre 2 : L’ennemi

Ace et Tiffany échangèrent un regard. Topaz, blottie dans les bras de la plus âgée, haussa les épaules avec indifférence. Elle n’en avait pas grand-chose à faire, maintenant de ce qui pouvait arriver aux gens. Son équipe avait été mise K.O de la manière la plus humiliante qui soit et ça lui restait en travers de la gorge. Que Tiffany et Ace écoutent ces Pokémon bizarres et super moches d’ailleurs, elle, elle s’en fichait royalement.

— Quelle mission ? Demanda Ace.

« Avant tout cela, il faut que je vous expliquer quelle menace pèse sur votre race. Souhaitez-vous vous assoir ? »

— Non, fit Ace.

— Si vous voulez, accepta Tiffany en même temps.

Elle se laissa tomber dans l’herbe, entraînant Topaz avec elle, et Ace se décida à l’imiter. La cadette du groupe se dégagea de l’étreinte collective et tourna le dos au groupe, bras croisés et moue boudeuse aux lèvres. Lugia pencha la tête vers les filles, toujours aussi silencieuse. Seul son regard semblait parler, mais n’étant pas télépathes, elles ne comprenaient pas.

— On vous écoute, dit Tiffany.

Rayquaza hocha la tête avec un air satisfait. Il échangea un regard avec Lugia et celle-ci acquiesça. Cette fois-ci, ce fut une voix féminine qui parla dans l’esprit des filles.

« Je suis Lugia. L’une d’entre vous connaît-elle un Pokémon dénommé Shaymin ? »

Ace secoua la tête en guise de dénégation et Topaz se tourna vers le groupe avec une lueur curieuse dans les yeux. Ni l’une ni l’autre ne connaissait ce Pokémon, à contrario de Tiffany.

— C’est un Pokémon semi-légendaire, expliqua-t-elle. Il est très rare, mais il n’est pas unique. On l’appelle le Pokémon gratitude parce qu‘il est liée aux fleurs qu‘on offre pour prouver sa gratitude à quelqu‘un. Il ressemble à un hérisson blanc avec un pelage de gazon sur le dos.

« C‘est ça », approuva Lugia.

— Vous en avez déjà vu ? L’interrogea Ace.

— Non.

— Alors comment vous pouvez en savoir autant sur lui ?

— Bah, j’ai étudié à l’école, petite, répondit Tiffany en souriant. Et j’ai un Pokédex aussi…

La dresseuse aux cheveux d’azur rougit jusqu’au front. Elle avait certes étudié aussi, et possédait un Pokédex, mais les Pokémon autre que ceux de type glace ne l’intéressait guère. Elle se contenta d’hocher la tête en espérant que ce geste fasse oublier son ignorance. Gentiment, Tiffany sortit son Pokédex et chercha la page du Pokémon en question pour lui montrer. Topaz y jeta aussi un coup d’œil curieux.

— Et donc, quel rapport à Shaymin avec la mission que vous voulez nous confier ? Demanda l‘adulte.

« Il est la menace qui pèse sur votre race. »

— Hein ? !

Les trois jeunes filles fixèrent l’image du petit hérisson blanc aux grands yeux innocents du Pokédex. La description donnait ses caractéristiques en plus des renseignements qu’avaient donné Tiffany. Rien ne laissait transparaître une créature maléfique.

— Il est bien mignon, pour une telle menace…murmura Ace avec hésitation.

« Là est toute l’étendue de sa fourberie, expliqua Lugia. Votre race le trouve mignon, et il peut ainsi vous manipuler à sa guise, sans que vous ne puissiez rien faire. »

— C’est dégueulasse, décréta Topaz qui semblait avoir arrêté de bouder.

« Je n’aurais pas dit les choses ainsi, mais tu as raison. »

— Mais quelle est la menace exacte que fait peser sur nous, ce Pokémon…? S’enquit Tiffany, une moue circonspecte aux lèvres.

Elle referma son Pokédex et adressa un regard aux Pokémon pour les inciter à mieux s’expliquer. Lugia reprit la parole :

«  Jusqu’à présent, nous n’avions pas prêté aux agissements de Shaymin. Il se mêle régulièrement aux humains, mais il n’est pas le seul et nous ne pensions pas qu’il manigançait quoi que ce soit. C’est au bout d’un long moment et d’une suite d’incidents étranges que nous avons commencé à nous poser des questions. Rayquaza et moi-même avons longuement enquêtés… »

« Nous avons constaté d’étranges comportements humains un peu partout à travers les Pokémon Islands et le lien entre tout ces phénomènes est lié aux apparitions de Shaymin dans vos contrées. Nous avons essayé de lui parler plusieurs fois, mais il nous fuit. Et le phénomène ne peut venir que de lui, l’étrange comportement des humains est dû au parfum qui émane de son pelage. Nous en avons déduit qu’il complotait quelque chose de louche. Mais nous n’arrivons pas à mettre la main dessus. »

— Je me demande bien de quelles mains il parle, marmonna Topaz tout bas.

— C’est quoi, le comportement étrange des gens ? Demanda Ace, empêchant sans le vouloir la remarque de sa camarade d’être entendue.

« Ils sont privés de raisonnement et de faculté de réfléchir par eux-mêmes. Ils se contentent d’obéir à des ordres simples, comme…comme ces créatures que vous appelez zombies dans votre monde. »

Mewtwo lâcha un ricanement ironique exactement au même moment que Tiffany. Tous deux en semblèrent aussi surpris l’un que l’autre et se fixèrent du regard un long moment, l’air profondément perplexe.

— Et on est censé faire quoi ? Intervint Topaz qui s’ennuyait. On chope le bestiau et on vous l’apporte parce que vous êtes pas capable de le faire, c’est ça ?

« C’est une façon de dire les choses. »

— Mais si vous y êtes pas arrivés, comment on pourra, nous ? S’inquiéta Ace. On risque juste de se faire transformer en zombie comme les autres…

« Nous n’avons pas l’intention de vous faire poursuivre Shaymin sans un minimum d’aide, évidemment…Certains des nôtres ont accepté de vous offrir une partie de leurs pouvoirs pour vous protéger. Vos propres Pokémon serviront de lien entre ces légendaires et vous-même. »

Trois Pokéball appartenant à chacune des filles s’activèrent d’elles-mêmes et en sortit des Pokémon : Nymphali pour Tiffany, Magnézone pour Topaz et Oniglali pour Ace. Le Pokémon de la cadette du groupe était toujours un peu amoché de son match contre Mewtwo mais tenait bon. Chaque Pokémon vint rejoindre sa dresseuse.

« Ces Pokémon sont vos partenaires et vous aideront à obtenir le pouvoir offert par les légendaires, expliqua Rayquaza. Il vous suffit de leur faire confiance. »

— Je fais déjà entièrement confiance à mon Sphynx, se vexa Tiffany.

— Pareil pour moi, insistèrent Ace et Topaz en chœur.

« Alors, il n’y aura aucun problème. Vous trouverez la force de combattre cet ennemi grâce à l’amour que vous ressentez pour vos Pokémon. »

— C’est trop mignooooooon, roucoula l’étudiante à cape.

— J’ai quand même une question, intervint Ace. Pourquoi nous ? Pourquoi c’est à nous que vous demandez de faire ça ? Qu’est-ce qu’on a qui fait que ce soit nous ?

« Nous avons pensé que vous étiez plus aptes que les autres à admettre l’idée d’un Shaymin maléfique. »

— Mais pourquoi ? Insista la dresseuse glace.

— De ce que je peux constater, lança Tiffany en riant, c’est peut-être parce qu’on est suffisamment tarées pour accepter tout ce qui nous arrive presque sans broncher ?

Un silence pesant tomba sur la clairière. L’étudiante cessa de sourire.

— Nan…? Lâcha-t-elle, incrédule.

— On dirait bien que si, la détrompa Topaz.

— Je le crois pas !

— Et pourtant…

« Il est temps que vous alliez sauvez les humains, » les coupa Rayquaza.

Les trois filles écarquillèrent les yeux.

— Quoi, comment ? ! Rugit Topaz. Mais on fait comment, on est pas au courant, vous nous avez rien dit ! !

— On a même pas dit qu’on était d’accord ! Glapit Ace.

Visiblement, leur accord était un détail secondaire aux yeux des Pokémon Légendaire. Rayquaza ouvrit la bouche et un rayon d’un blanc aveuglant en jaillit, enveloppant les trois dresseuses. Celles-ci se sentirent soudainement toutes légères, mais l’effet ne dura qu’un instant. Une fois la lumière dissipée, elles réalisèrent qu’elles étaient de retour à Poivressel.

Et elles se rendirent compte qu’il se passait quelque chose d’anormal.

— Oh, Arceus ! Couina Ace en se refugiant dans la cape de Tiffany.

— Mais il se passe quoi ? Bafouilla Topaz.

Quand elles avaient quitté la place de Poivressel, tous les gens alentours s’effondraient les uns après les autres, victimes d’une série d’éternuements étranges. A présent, ils étaient tous debout, le visage livide et les yeux hagards, en train de errer dans toute la ville d’une démarche maladroite. Un parfum étrange flottait dans l’air, irritant le nez des demoiselles.

— C’est ce que disait Lugia, marmonna Tiffany. Ils sont semblables à des zombies…Mais je croyais que c’était une blague. Et ça l’est probablement. Une blague, une caméra cachée…N’importe quoi !

En se traînant Ace derrière elle - sans même faire mine de l’avoir remarqué - elle se dirigea vers le grand jeune homme aux cheveux roses et lui asséna une claque retentissante à l’arrière du crâne.

— Bon, Jean, c’est quoi ton problème ? L’apostropha-t-elle. Et puis, elle est où Jo ? Ramenez votre cul, on a des gens à retrouver, tu te rappelles ?

Le garçon tourna vers elle un regard complètement dénué d’expression. Sans se démonter, elle mit ses poings sur ses hanches et le fusilla de ses grands yeux bleus.

— Alors ? Insista-t-elle. Inutile de jouer à ça avec moi, je déteste les caméras cachées. C’est moi qui fait rire les autres, point à la ligne, fin de la discussion. Ramène ton joli cul avec moi, on a des choses à faire.

Son ami ne réagit guère plus, complètement amorphe. Furieuse, Tiffany le chopa par la veste pour le secouer en l’abreuvant d’insultes colorées. De son côté, Topaz n’avait pas plus de chance avec ses deux amis qu’elle n’arrivait pas à trouver au milieu de la foule. La nervosité de son Magnézone la rendait fébrile et elle se jurait toutes les minutes qu’elle truciderait les deux couillons dès qu’elle poserait la main sur eux. Alors qu’elle pensait apercevoir au loin un truc rouge qui lui était familier, elle sentit qu’on posait une main sur son épaule. Pensant qu’il s’agissait simplement d’une des deux nanas qu’on lui avait donné comme copines de guerre, elle la chassa d’une claque en grognant :

— J’ai pas le temps, je cherche mes potes.

A sa grande surprise, de nouveau quelque chose se posa sur son épaule, puis serra à lui en faire mal. Elle poussa un hurlement de douleur perçant et se retourna pour se retrouver nez à nez avec un type costaud qu’elle ne connaissait pas. Aussi amorphes que les autres, celui-ci lui asséna une claque violente qui l’envoya à terre. Sonnée, elle entendit le cri aigu de la fille à cape - comment s’appelait-elle déjà ? - et sombra à moitié dans l’inconscience. Un crépitement lui laissa entendre que Bendo la défendait corps et âme.

De leur côté, Tiffany et Ace n’étaient pas en meilleure posture. Alors que l’étudiante secouait son ami comme un arbre à baies, celui-ci l’avait soudainement violemment repoussée avant de se jeter sur elle pour tenter de l’étrangler. Tiffany poussa un grand cri tout en donnant un coup de pied de ses bottines à talon haut au hasard. Par chance, elle toucha le genou de son ami qui se plia en deux sous la douleur.

— Mais qu’est-ce qui te prend ? ! Rugit-elle.

— Il va nous faire du mal, couina Ace.

— N’importe quoi, Jean est le plus gentil garçon du monde, dis pas de mal sur lui !

Le si gentil Jean était néanmoins en train de s’approcher, le visage ravagé par la colère et apparemment décidé à en découdre. Les deux jeunes filles reculèrent pas à pas, inquiètes, quand un éclair gris passa devant elles et s’écrasa sur le garçon.

— Non mais, putain, mais merde, bande de connes, qu’est-ce que vous foutez, sérieux ? !

Vociférant et se tenant la joue des deux mains, Topaz les rejoignit à grands pas. Elle avait sorti toute son équipe et regardait autour d’elle avec suspicion.

— Ces gens sont clairement pas dans leur état normal, continua-t-elle à hurler. Enfin, j’en sais fichtre rien pour le connard qui m’a collé une beigne et m’a assommée à moitié, mais c’est pour les autres que je parle ! !

— Quelle vulgarité, commenta Tiffany d‘un ton léger.

— Tu crois que c’est le moment, blondie ? ! ! Aidez-moi au lieu de couiner ! !

— Ouais, et on fait quoi ? ! Répliqua Ace qui hésitait entre fuir en hurlant ou taper sur l’horripilante brunette.

— Sortez au moins vos Pokémon, tenez-les à distance !

— Il faudrait peut-être qu’on essaie de se frayer un chemin pour s’en aller…suggéra Tiffany.

Elle appela son visiblement fidèle Nymphali puis un Cupcanaille, un Strassie, un Dedenne et un Trousselin. Ace quand à elle, fit sortir un Farfuret, un Oniglali, un Givrali et un Sorbébé. Entourées en plus du Dynavolt, du Magnézone et du Lainergie de Topaz, elles étaient prêtes à en découdre.

— Allez, approchez qu’on rigole, siffla Topaz.

— Il faut fuir ! Insista l’étudiante.

— Je fuis jamais, t’es dingue dans ta tête ou quoi ? !

— Faudra pas t’étonner si tu crèves jeune ! Intervint Ace.

Les deux jeunes filles agrippèrent chacune la cadette du trio par un bras et entreprirent de la tirer hors du champ de bataille. Elle tenta bien de résister, mais elle était bien plus petite et moins forte que ses camarades et ne put que gigoter en vomissant un flot d’insultes.

— Dedenne, utilise Tunnel ! ! Commanda Tiffany en essayant de couvrir les hurlements de Topaz. Empêche-les de nous suivre ! Les autres, couvrez-le, tirez ce que vous voulez si y en a un qui fait mine d’approcher. Mais ne les touchez pas…

— F-faites pareil, balbutia Ace. Aidez les Pokémon de mademoiselle Tiffany…

Chaque Pokémon réagit aux ordres donnés en entreprenant d’y obéir. Topaz continuait ses efforts pour échapper à la poigne de ses camarades sans cesser de les abreuves de termes de plus en plus colorés. Soudain, elle se tut, comme figée. Puis…

— Regardez, là ! ! Brailla-t-elle.

Elle désigna du menton une direction un peu surélevée. Curieuses, Tiffany et Ace levèrent les yeux et aperçurent une petite créature verte et blanche au pelage fleuri perchée sur un réverbère, qui les observait avec insistance.

— C’est lui ! ! S’égosilla Topaz. C’est le monstre ! ! Butez-le ! !

Les Pokémon de la brune s’élancèrent sans tarder mais le petit Pokémon cracha un nuage de fumée rose qui les fit reculer en crachant leurs poumons, ou en cliquetant dans le cas de Magnézone. Shaymin paraissait outré.

— Pourquoi m’attaquez-vous ? S’exclama-t-il d’une voix suraigüe.

— Putain, encore un bavard ! Cracha Topaz. C’est le lot des légendaires ou quoi ? !

— Vous avez rencontré d’autres Pokémon légendaires ? S’enquit Shaymin avec effroi. Qui ? Ils me pourchassent encore ? Ils vous ont envoyées pour m’attraper ? ! Ne vont-ils jamais me laisser tranquille ? ! Je ne fais rien de mal ! !

Il y eut un silence gêné alors que les trois filles échangeaient des regards perplexes. Il était vrai que les trois légendes leur avait donné une version des faits, mais elles ignoraient encore celle de Shaymin. Qui était réellement le méchant dans l’histoire ? Le petit Pokémon semblait réellement terrorisé…

— Mais les gens, là…demanda Tiffany. C’est pas parce qu’ils ont respiré ton parfum qu’ils sont comme ça ?

— C’est pas de ma faute ! Gémit Shaymin en enfouissant son museau entre ses pattes. Je fais pas exprès !

— Et si tu arrêtais de cracher ton Doux Parfum ? Suggéra Ace. Les Pokémon de mon amie Topaz n’ont pas beaucoup apprécié…

En effet, les Pokémon électriques titubaient en éternuant, l’air profondément perturbés.

— Ils m’ont attaqué les premiers ! Se défendit Shaymin.

— Pas faux…

— Eh, mais vous avez vu l’état des gens du coin ? ! S’indigna violemment Topaz. C’est de la faute de cette sale bestiole, il a même pas essayé de mentir !

— C’est pas de ma faute ! Répéta Shaymin de sa petite voix plaintive. Je…je…je ne veux pas qu’ils m’attrapent ! !

Il prit une grande inspiration et le pelage vert sur son dos se mit à briller. Sans que les filles n’aient eu temps de réagir, une onde de choc émana du petit Pokémon et balaya les alentours. Au même instant, un écran miroitant entoura les filles, les empêcha de recevoir l’attaque de plein fouet. Mewtwo apparut juste devant elles, les oreilles plaquées en arrière, un sourd grognement s’échappant de sa gorge.

— Te voilà, toi, grogna-t-il. Ça fait déjà trop longtemps que je te cours après. Je vais t’atomiser.

— Et moi je vais atomiser tes chiens de garde ! Couina le Pokémon hérisson en retour.

— Pas tant que je serais là !

D’un bond, le Pokémon psy s’éleva dans les airs et fonça sur Shaymin. Ce dernier cracha une flopée de graines pour empêcher la progression de son ennemi avant de prendre la fuite. Mewtwo lui balança un Psyko, le loupa et s’élança à sa poursuite. Tous les deux disparurent rapidement aux yeux des trois jeunes filles.

— Heu…fit Ace. Et nous, on fait quoi ?

— On va aider l‘enfoiré gris, pardi ! Décida Topaz en faisant craquer ses poings.




Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Mar 24 Juin 2014 - 1:03

Chapitre 3 : Les pouvoirs des légendaires
Sans attendre davantage, la brunette fonça dans la direction approximative qu’avaient empruntée les deux combattants. Un peu déroutées, Ace et Tiffany la suivirent en trottinant. Une fois Shaymin parti, la plupart des gens s’étaient remis à errer au hasard et aucun ne fit mine de les arrêter. Suivies de leur ribambelle de Pokémon, les trois filles remontèrent la grande allée de Poivressel et foncèrent plein nord, en direction de la route 110. Elles ne s’inquiétèrent pas trop longtemps de savoir comment retrouver Mewtwo et Shaymin : un profond sillon traçait leur passage, et un fracas infernal provenait de quelques mètres plus loin, sans compter l’épaisse fumée rosâtre qui s’élevait sur plusieurs mètres de hauteur. Il ne leur fallut pas trop longtemps pour retrouver les deux Pokémon, Mewtwo ayant acculé son ennemi contre une paroi rocheuse. Grognant et marchant de long en large sans se quitter du regard, chacun attendait que l’autre attaque le premier pour riposter. Ils ne firent qu’à peine attention à l’arrivée des trois camarades.

— Ouh là, là, ça chauffe, commenta Ace.

— Les gars, à l’attaque ! ! Beugla Topaz. Soutenez l’alien, butez-moi cette chose verte ! !

Ses Pokémon se ruèrent à l’assaut du Pokémon plante, sous le regard désapprobateur de Tiffany.

— Tu as déjà entendu parler de stratégie ? Apostropha-t-elle sa cadette. Si tu n’avais pas foncé comme une couillonne, on aurait peut-être eu une chance d’attraper Shaymin ! Maintenant, il sait qu’on est là.

— Tu t’y connais toi, en stratégie ? Cracha Topaz.

— En tout cas, j’essaie de réfléchir un minimum à ce que je fais. Bref. Essayons d’arranger les choses.

Elle récupéra une Honor Ball dans son sac et la lança. Une Gardevoir a l’air hautain jaillit de l’éclair de lumière et observa les alentours avec une froideur tranquille.

— Vous avez un Gardevoir ? S’étonna Ace. Il pouvait être utile, pourquoi vous l’avez pas sorti avant ?

— Parce que sa majesté se sent trop supérieure pour combattre la plèbe, répliqua Tiffany avec un sourire épanoui. Mais peut-être que réussir à endormir un Pokémon Légendaire, ça t’intéressait, hein ma puce ?

La Pokémon resta silencieux à la toiser quelques secondes, au point que chacune s’imagina qu’elle allait refuser d’obéir, puis hocha finalement sa magnifique tête et se tourna tranquillement vers le champ de bataille.

— Je cherche encore à quoi peut servir un Pokémon qui obéit pas…marmonna Topaz.

Néanmoins, la Gardevoir prit bel et bien pour cible le petit Shaymin qui répliqua d’une furieuse Eco-Sphère. Mewtwo en profita pour essayer de l’anéantir d’un Psyko mais le petit hérisson était très agile et esquiva. Les deux Pokémon psy - en se consultant probablement par télépathie - entamèrent un ballet d’attaques dévastatrices pour l’anéantir. Toute idée d’attraper Shaymin était supplantée par l’obsession de le neutraliser.

— Qu’est-ce qu’on peut faire, qu’est-ce qu’on peut faire ? ! S’exclama Ace en s’empoignant les cheveux. Ils sont en train de tout détruire, mais arrêtez-les ! Tiffany, rappelez votre Pokémon !

— Je fais que ça ! Râla la blonde qui brandissait sa Pokéball. Elle a carrément oublié qu’elle devait juste l’endormir, elle veut l’atomiser, c’est tout.

— Ils veulent tous s’atomiser, répliqua Topaz qui trépignait, partagée entre l’enthousiasme du combat formidable qui se déroulait sous ses yeux et la frustration de ne pas pouvoir y participer.

Soudain, un rugissement de victoire suraigu perça les tympans de tout le monde. Mewtwo s’était écroulé, touché par le puissant Hypnose de Gardevoir. Shaymin en était ravi et cracha une nouvelle flopée de graines sur le Pokémon de Tiffany. Celle-ci esquiva, fit un pied de nez à son adversaire et rentra d’elle-même dans sa ball.

— Bon ben, elle veut plus se battre, commenta Tiffany d’un ton léger.

Elle rangea sereinement la ball dans son sac. Ace et Topaz en restèrent sans voix.

— Tu n’es pas du genre efficace ! ! Glapit la cadette.

— Mais je ne fais pas combattre mes choupinets d’amour de force, dis donc !

— En attendant, on a plus Mewtwo pour nous protéger…souligna Ace en regardant nerveusement devant elle.

— Je vais tous vous atomiser ! Piailla Shaymin en se ruant vers elles.

Topaz leva les poings, prête à défendre chèrement sa peau, imitée un peu timidement par Ace. Tiffany, elle, se délesta de son sac et le plaça devant elle comme un bouclier. Elles étaient décidées à en découdre mais le destin en voulut autrement. Sans s’être concertés, Nymphali, Magnézone et Oniglali se placèrent près de leur dresseuse respective et les effleurèrent doucement. Une lumière très blanche les enveloppa, semblable à celle que les Pokémon émettaient lorsqu’ils évoluaient. Surpris, Shaymin s’arrêta prudemment et observa de loin l’étrange phénomène.

Quand la lumière s’évapora, il constata que les trois jeunes filles qu’il espérait détruire n’étaient plus tout à fait les mêmes. Elles arboraient des vêtements différents de ceux qu’elles portaient et une sorte d’aura semblait les envelopper. La longue juste et la veste sage de Tiffany étaient devenues une jolie robe roses aux reflets irisés, la salopette informe de Topaz s’était transformée en un ensemble pantalon et veste à queue de pie orange et noir, quand au jean et au simple tee-shirt de Ace, ils avaient pris l’apparence d’une combinaison moulante d’un blanc pur.

Le silence qui régnait à ce moment sur le lieu du drame était irréel.

— Euh…lâcha Ace en reprenant la première ses esprits.

— Je. Veux. Une. Explication, grogna Topaz.

— Comment ça se fait que vous ayez l’aura de Pokémon Légendaires ? Pépia Shaymin qui paraissait autant affolé que furieux.

— Oh, je comprends ! Lâcha Tiffany. C’est l’aide qu’on nous a promis, vous savez, le lien entre notre Pokémon et le légendaire qui nous a choisi.

Elle examina sa main avec curiosité, la tendit devant elle et sembla se concentrer. Rien ne se produisit, à sa grande déception.

— Tu veux dire qu’on est des Pokémon légendaires ? S’enquit Topaz avec avidité.

La blonde lui jeta un regard moqueur.

— Tu as toujours l’air d’une gamine pénible, ironisa-t-elle. Mais on a du recevoir un peu de la puissance des légendaires….Enfin, je suppose parce que je n’ai pas l’air d’attaquer, là.

Elle réessaya en fronçant fortement les sourcils mais sembla plus sur le point de pondre un œuf que de lancer une attaque. Topaz gloussa méchamment et décida de trouver un moyen d’attaquer la première. Elle réfléchit très fort, essaya de sentir un quelconque pouvoir nouveau en elle puis, en désespoir de cause, tapa du pied sur le sol. Son genoux heurta le manche d’une jolie canne qui pendait à sa ceinture. De couleur noire, sa poignée était dorée et une sorte de cœur au milieu pulsait d’une énergie étrange. Dès qu’elle posa la main dessus, Topaz la sentit crépiter d’une énergie formidable et elle sut qu’elle avait trouvé. D’un geste vif, elle attrapa la canne et la pointa devant elle, droit sur Shaymin.

— Tonnerre ! Hurla-t-elle sauvagement.

Une sphère noire parcourue d’éclairs bleus, plus grosse que la fillette, se matérialisa au bout de la canne et explosa sur Shaymin qui n’avait pas vu le coup venir. L’explosion fit un boucan épouvantable et l’onde de choc envoya tout valser sur plusieurs mètres.

Toute l’assistance resta un moment au sol, tous plus sonnés les uns que les autres. L’air sentait le roussi.

— Ouh…fit faiblement Tiffany, étalé au sol, les bras en croix. L’Ecremeuh, je l’ai senti passer…Qui est mort ? Lança-t-elle à la cantonade.

Plusieurs grognements ou gémissements lui répondirent. Elle finit par se lever, bien qu’étourdie, et nota qu’Ace en faisait autant. Les Pokémon semblaient avoir mieux digéré le choc qu’elles, aucun ne semblait particulièrement affecté. Topaz agita vaguement la main pour signifier qu’elle vivait toujours mais resta allongée au sol. Shaymin, lui, semblait avoir pris cher. Le poil noirci et fumant, il gisait sur le côté sans bouger.

— Il est mort ? S’enquit Ace.

Tiffany haussa les épaules d’un air las et rappela tous ses Pokémon à l’exception de Nympahli. Ace en fit de même pendant qu’elle s’approchait de Mewtwo, qui se réveillait avec l’air de celui qui n’est pas du matin.

— Ça va aller ? Lui demanda-t-elle.

— C’est de ta faute, tout ça, répliqua le Pokémon psy en la regardant de travers.

— Pour cette fois, je suis d’accord et je m’excuse, répliqua la blonde. Mais d’habitude, c’est pas ma faute. Allez, ne boude pas. Je t’aide ?

— Casse-toi.

— Laisse-le crever, lança mollement Topaz, toujours allongée. Il nous aime pas !

— C’est pas une raison répliqua Tiffany avec froideur.

Elle tendit une main amicale à Mewtwo qui l’ignora et se leva tout seul. Il se dressa face à la blonde du haut de ses deux mètres vingt et grogna de manière menaçante. La jeune fille sembla à cet instant réaliser qu’elle atteignait à peine le mètre soixante et fila rejoindre ses camarades sans demander son reste. Topaz finit par se relever, aidée par ses Pokémon qu’elle rappela dans leurs balls, imitant ses ainées sans en avoir la moindre idée.

— Qu’est-ce qui s’est passé, au juste ? Demanda Ace.

La plus jeune brandit avec fierté sa jolie canne et leur expliqua ce qu’elle avait réalisé. Il ne fallut guère longtemps à Tiffany et Ace pour comprendre que chacune avait une arme capable de lancer des attaques de Pokémon. Ace possédait un petite baguette bleu glacé, surmonté d’une balle de cristal enroulée de rubans bleu.

Quant à Tiffany, elle leva en l’air une poêle rose très féminine en forme de cœur, l’observant d’un air intrigué. Ses camarades s’approchèrent d’elle, tout aussi curieuse de cet instrument insolite qui, s’il ne paraissait pas déplacé dans l’accoutrement d’une Magical Girl, n‘avait rien d‘une arme de combat.

— C’est une poêle…commenta la blonde, déçue. Qu’est-ce que je suis censée en faire ? Cuire l’ennemi dedans ? Mais je ne sais pas cuisiner, moi…

— Ben, il doit juste y avoir une erreur…murmura Ace.

— Je n’ai encore jamais gouté de hérisson, lâcha Topaz.

Ace et Tiffany échangèrent un coup d’œil avant de regarder Topaz, parfaitement synchrones. La dresseuse de glace éclata de rire alors que l’archéologue prenait la cadette du groupe dans ses bras pour une étreinte affectueuse.

— Je crois qu’on va super bien s’entendre, en fait !

L’étreinte amicale fut brisée par un rugissement de fureur. D’un bond, elles se tournèrent vers Mewtwo qui tournait autour de l’endroit où était supposément mort Shaymin. A constater l’absence du hérisson, ce dernier n’avait pas rejoint ses ancêtres dans la tombe et s’était carapaté. Le Pokémon psy était fou de rage.

— Vous auriez pu le surveiller ! ! Hurla-t-il.

Etonnement, ses reproches semblaient s’adresser à Tiffany qui se sentit révoltée : elle n’était pas responsable de tous les maux du monde.

— C‘est pas ma faute, répliqua-t-elle froidement. Tu aurais pu, toi aussi.

En reniflant de manière méprisante, Mewtwo leur tourna le dos et tapa de son grand pied sur le sol, y laissant une marque.

— La situation s’est arrangée en ville ? Demanda timidement Ace. Non parce qu’en fait, j’ai quand même des gens à retrouver…

— Moi aussi, se rappela Topaz.

— Idem, ajouta Tiffany.

— Démerdez-vous, vous pouvez arranger ça toute seules, fut la réponse sèche du Pokémon.

Ace les incita à se dépêcher de retourner en ville, et elles s’y précipitèrent, ne prenant même pas la peine de revenir à leurs apparences normales. Aucune n’y pensa, et il n’était pas sûr qu’elles sachent même comment s’y prendre.


A Poivressel, la situation était toujours à l’identique. En l’absence de Shaymin, les humains erraient comme de vrais zombies. Il flottait encore l’odeur du Doux Parfum du petit Pokémon plante, ce qui préservait ses effets. La situation allait sûrement s’arranger d’elle-même quand l’odeur se serait dissipée, mais les filles n’avaient pas l’intention d’attendre autant de temps.

— Et si je fais exploser encore ? Suggéra Topaz en faisant tournoyer sa canne, un sourire mauvais aux lèvres.

— Quoi, tu veux encore tuer tout le monde ? S’enquit Tiffany en riant.

— T’en as pas eu assez ou quoi ? Renchérit Ace qui, elle, ne semblait pas enthousiaste.

— Mais non, mais ! N’empêche, admettez que j’ai super géré sur ce coup-là !

Les deux aînées haussèrent les épaules.

— T’aurais pas une attaque qui marcherait avec ta poêle ? Insista Topaz. Ou toi avec ton bâton ?

Un nouvel haussement d’épaules en chœur et les trois filles examinèrent leurs armes avec circonspection.

— Travail d’équipe ? Finit par proposer Tiffany.

— Du genre ?

La blonde tendit sa poêle en avant, incitant d’un regard ses compagnes à en faire autant. Ace fut la seconde, posant sa boule de cristal sur la poêle avec un gentil sourire. En soupirant, Topaz se résigna et fit de même. Elle posa le bout de sa canne sur les deux autres armes.

— Un p’tit coup de main de Rayquaza ou Lugia nous serait bien utile, psalmodia Tiffany, l’air de se prendre très au sérieux.

Comme pour répondre à sa prière, leurs armes se mirent à luire. Un tourbillon rose et blanc, parsemé d’étincelles bleues en naquit et grandit jusqu’à atteindre une taille respectable. Il sembla absorber toutes les effluves rosâtres qui flottaient encore puis s’évanouit sans un bruit. Emerveillées, les filles ne parvinrent pas à faire un commentaire. Néanmoins, autour d’elles, les gens commençaient à se réveiller. Réalisant qu’elles étaient encore en costume, elles s’empressèrent de se cacher derrière le musée océanographique, un peu embêtées.

— Bon, on fait comment ? Chuchota Tiffany en vérifiant que personne ne pouvait les voir. On peut pas rester comme ça.

— C’est clair que non, approuva Ace. On dirait du cosplay. J’ai l’impression d’être Persian-Woman et c’est très désagréable. En plus, c’est pas mon style du tout.

— Tu crois que c’est mon style, les queue-de-pie ? Grogna Topaz.

— Et moi j’ai perdu ca cape, pleurnicha l’étudiante. Je veux qu’on me rendre ma cape !

— Topaz !

La brunette se retourna et aperçut un petit garçon blond rondelet protégé par un Kadabra qui fonçait droit sur elles. Un vent froid d’appréhension tomba sur le trio qui le regarda le rejoindre sans piper mot. Le gamin semblait hésiter entre l’effarement et la stupeur mais ne ralentit pas sa route et ne s‘arrêta qu‘à leur hauteur. Topaz tomba des nues.

— Tony ! Qu’est-ce que tu fabriques ici ? !

D’un pas hésitant, le blondinet se rapprocha un peu du groupe, marcha en crabe en évitant soigneusement Ace et Tiffany afin de rejoindre son amie et lui lança un regard hésitant.

— Tu…Kadabra m’a empêché de subir ce que ce petit Pokémon hérisson a fait…J’ai vu, euh…ce qui s’est passé…et tu…vous…vous avez des pouvoirs magiques !

— Quoi ? ! Rugit la petite brune.

— C’est ennuyeux, réagit Tiffany. Je n’aime pas l’idée que les gens puissent s’imaginer qu’on est des Pokémon Légendaires. Je ne tiens pas à me faire attraper !

— Moi non plus, ajouta Ace. Je suis dresseuse, pas un Pokémon.

— On va lui effacer la mémoire, décréta Topaz, provoquant la panique de son ami. T’as un Pokémon psy, Blondie, demande-lui de faire ça.

— Sinon, Mewtwo peut le faire, suggéra Tiffany qui ne semblait pas rechigner à l’idée.

Elle regarda autour d’elle, à la recherche du Pokémon psy. Constatant son absence, ses camarades le cherchèrent aussi des yeux, Topaz retenant fermement Tony afin qu’il ne prenne pas la poudre d’escampette. L’aînée du groupe osa même appeler à haute voix le nom du Pokémon, histoire d’être sûre qu’il n’était pas juste hors de vue, mais elles durent se rendre à l’évidence : Mewtwo avait foutu le camp. Elles allaient devoir se démerder toute seules.




Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Mer 25 Juin 2014 - 0:13

Voilà un petit chapitre de liaison, plus court et où il ne se passe rien. Néanmoins, les choses iront mieux dès le prochain. Bonne lecture =D




Chapitre 4 : Retour à la normale ?

Tony était incapable de marcher droit sous le regard furibond que Topaz dardait sur lui. Il avait échappé de peu à l’effacement de la mémoire mais savait qu’il était en sursis : pour le faire taire, sa copine était capable de pire que ça.

Quand elles avaient réalisé que Mewtwo n’était plus là, les filles avaient un peu paniqué. Entre hurlements de rage, couinements de terreur et pleurnicheries, la cacophonie avait été épouvantable quelques secondes. Finalement, elles s’étaient calmées, fatiguées de tous ces événements et un conseil de guerre très sérieux s’était tenu. Elles avaient plusieurs problèmes à résoudre : empêcher Tony de s’enfuir et trouver un moyen de s’assurer son silence, enlever les cosplay qui les transformaient en presque Pokémon Légendaires, réclamer de nouvelles explications à Rayquaza et Lugia et surtout, se venger de Mewtwo qui les avait lâchement abandonnées.

La dernière proposition avait été soufflée par Topaz qui ne pouvait pas voir le Pokémon psy en peinture, mais Tiffany et Ace avaient acquiescé. La désertion de Mewtwo ne leur avait pas beaucoup plu à elles non pus.

A force de réflexions, Ace avait décidé de rappeler son Oniglali qui souffrait de plus en plus de la chaleur et son costume blanc s’était évaporé, la faisant redevenir comme avant. Aussitôt, ses camarades l’avaient imitées et constaté avec soulagement qu’il suffisait de rappeler leurs partenaires pour annuler la transformation. Par précaution, Tiffany fit sortir Nymphali une nouvelle fois pour être sûre qu’elle ne se retransformerait pas s’il revenait mais rien ne se produisit.

Sachant qu’elles ne pourraient retrouver ni Mewtwo, ni aucun des autres légendaires s’ils ne se décidaient pas à les contacter, il ne restait donc plus que le cas Tony à régler. Celui-ci avait cru sa dernière heure arrivée quand les trois filles s’était tournées vers lui avec des mines farouches. Il avait commencé à bafouiller des excuses et des supplications et ne devait son salut qu’à l’apparition d’un vigile du musée qui était venu voir d’où venait tout le boucan derrière le bâtiment.

Tiffany l’avait rapidement embobiné en le noyant sous un flot de paroles et un sourire charmeur et les quatre jeunes s’étaient carapatés. Tony était donc sauvé pour le moment, mais savait que sa copine et les autres nanas qui étaient avec elle et qu’il ne connaissait pas n’en avait pas fini avec lui. Il se sentait d’humeur à se terrer dans un coin très désert et très difficile d’accès en espérant qu’elles finissent par l’oublier. Est-ce que le Mont Argenté pouvait être une bonne cachette ?

— Ah bah, vous voilà ! Lança une voix familière. Je vous ai cherché partout !

Une tête rousse les rejoignit à grands pas et se glissa dans leur duo, le transformant en trio, de manière très naturelle. L’ambiance se détendit très légèrement, Tony espérant que Yann accaparerait suffisamment l’énergie et les remarques acerbes de Topaz pour qu’elle l’oublie.

— Cette nana aux cheveux bleu était vraiment pas nette, râla le roux. Elle m’a poursuivi à travers tout Poivressel, j’ai bien cru que j’allais y passer. On devrait pas laisser des gens comme ça se balader dans la nature…

Il se tut et sembla réaliser quelque chose qui ne lui plut pas beaucoup.

— Vous étiez ensembles tout ce temps ? S’enquit-il avec une mine boudeuse.

Tony ne manqua pas de noter la jalousie dans la voix du rouquin et soupira : oui, vraiment, il fallait qu’il quitte ce monde de dingues. Il n’avait aucune envie de se retrouver la cible du courroux de son meilleur ami. Evidemment, ce crétin avait des vues sur Topaz depuis la maternelle, même s’il ne s’en rendait pas compte. Ça ne l’empêchait pas pourtant de foudroyer du regard n’importe quel garçon s’approchant de la brunette, jusqu’à lui, qui était censé être son meilleur ami !

— On était pas ensembles, grogna Topaz, qui voyait les choses encore moins bien que Yann. Et qu’est-ce que tu racontes sur la nana aux cheveux bleu ? Elle t’a pas poursuivie, j’étais avec elle.

— Me prends pas pour une truffe, j’ai bien vu cette tarée me poursuivre, même qu’elle m’a attaqué et tout !

— Non mais j’étais avec elle, t’as trop fumé, non mais yolo quoi !

Topaz sembla considérer l’idée de sauter sur Yann et lui refaire le portrait histoire de lui faire admettre son point de vue. Tony en profita pour essayer de s’éloigner mais l’attention de son amie se porta aussitôt sur lui. Il déglutit en croisant son regard furibond et songea encore plus sérieusement à sa retraite sur le Mont Argenté.

— Toi, tu bouges pas, grogna-t-elle. Je te veux dans mon champ de vision vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, jusqu’à la fin de ta vie.

— POURQUOI ? ! Glapit Yann. QU’EST-CE QUI S’EST PASSE ? !

— C’est absolument hors de question ! Brailla Tony, anéanti rien qu’à l’idée d‘une Topaz perpétuellement sur son dos.

— C’est ce qu’on verra, insista Topaz en faisant craquer ses poings. J’espère pour toi que ta vie sera courte…

Le blondinet déglutit avec peine, terrorisé.

.
.
.
— Tu sembles pensive…

Tiffany leva la tête et adressa un sourire rassurant à Jean, qui l’observait avec une mine soucieuse. Une fois les choses plus ou moins arrangées, elle avait quitté ses compagnes de bataille pour rejoindre ses deux meilleurs amis qui la cherchaient avec inquiétude. Elle était donc en compagnie de Jean et Joëlle et ensembles, ils partaient rejoindre le reste du groupe à qui ils avaient donné rendez-vous plus loin.

— Tu as disparu un long moment, insista le jeune homme. On s’est fait du souci pour toi, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

— Mais rien du tout, voyons ! Répondit légèrement la jeune fille avec un sourire resplendissant. Y a eu cette bagarre, là, et puis comme vous avez dit, cet étrange mouvement de panique et on a été séparé ! J’ai discuté avec deux-trois dresseurs le temps que vous me retrouviez, c’est tout…

— Ils t’ont dit des trucs qui t’ont contrariée ? Demanda encore Jean.

— Fiche-lui la paix, soupira Joëlle en secouant la tête avec exaspération.

Tiffany lui adressa un geste qui signifiait que non, Jean ne la dérangeait pas. Elle n’était pas contrariée, mais plutôt curieuse. Ses amis n’avaient pas le souvenir qu’il se soit passé quelque chose, ils lui avaient même raconté une version de l’histoire qui sortait tout droit de leur imagination. Elle le savait très bien, parce qu’il n’y avait pas eu de mouvement de foule paniqué au moment où Ace se disputait avec cet autre dresseur. Tout le monde avait juste été hypnotisé par le Doux Parfum de Shaymin et il n’était pas possible qu’ils aient eu des souvenirs de ce moment. Elle soupçonnait une intervention des légendaires, pour éviter que les gens se posent trop de questions sur le malaise simultané de centaines de personnes pendant une heure. Elle se demandait pourquoi ces derniers n’étaient pas venus récupérer la petite Topaz, Ace et elle-même après l’incident. Shaymin parti, elles n’avaient donc pas terminé la mission, elles ignoraient d’ailleurs tout de celle-ci et n’avaient même pas droit à des explications. Ils avaient peut-être été déçus de leur performance et ne voulaient plus faire appel à elles ? C’était un peu dommage, mais la situation qu’elles avaient vécu était suffisamment dangereuse pour ne pas qu’elle courre après. Elle décida de laisser couler pour l‘instant - même si elle espérait tomber sur Mewtwo un jour et lui casser la gueule - et profiter du festival avec ses amis.

Rapidement, ils arrivèrent au lieu de rendez-vous et retrouvèrent leurs amis. La plupart étaient comme eux originaires de Kalos, comme par exemple Valérianne, la championne d’arène de Romant-sous-Bois, Rémi et Olivia, dresseurs, et enfin Cyril, imitateur Pokémon. Il y avait aussi Yuki de Kanto et Karl de Sinnoh, tous deux coordinateurs.

Les retrouvailles furent chaleureuses. La plupart d’entre eux erraient à travers une région, voire plusieurs à la fois et ils se voyaient si rarement que a convention devint vite très bruyante. Des nombreux défis furent lancés dans tous les coins et ils quittèrent le centre du festival pour aller à la plage histoire de moins gêner les badauds.

Tiffany n’était pas la dernière en reste pour sauter au cou de ses amis, plaisanter et promettre combats ou revanches. Néanmoins, une partie de son esprit était ailleurs : de nombreuses questions sans réponses tourbillonnaient dans son esprit. Juste pour être sûre que les légendaires n’attendaient pas qu’elle se retrouve seule pour lui parler, elle décida de rester quelques temps à Poivressel une fois le festival terminé.

 Hé, un stand de glaces ! S’exclama Olivia. J’en veux !

— Moi aussi ! S’exclama Tiffany sans demander son reste.

Un sourire rayonnant aux lèvres, elle rangea son idée dans un coin de son esprit et se concentra sur le moment présent.
.
.
.
Ace avait abandonné ses camarades de guerre - le terme sonnait bien - et retrouvé elle ne savait pas trop comment ses amis qui la cherchaient partout. Elle se trouva légèrement vexée quand ils fondirent sur elles en hurlant qu’ils s’étaient vachement inquiétés et qu’ils ne voulaient plus qu’elle file toute seule sans prévenir. Ils la prenaient pour une gamine irresponsable ou quoi ?

— N’importe qui aurait pu te kidnapper ! S’écria Quentin, l’hystérique de la bande en la secouant comme un arbre à baies.

— Tu aurais pu être attrapée par des trafiquants qui t’auraient coupée en morceaux et auraient revendu tes restes à qui en aurait voulu, renchérit Rodrigue en roulant des yeux d’un air terrifiant.

— Enfin, peut-être pas, mais un message nous aurait rassurés, le tempéra Guillaume, qui de tous était le plus raisonnable.

— Il paraît qu’il s’est passé quelque chose de bizarre sur la place du marché, tu es au courant ? S’enquit Madeleine qui adorait tout savoir en toutes circonstances.

— Euh…non…répondit la dresseuse de type glace en rougissant.

Heureusement, sa peau brune permit de faire passer ce rougissement inaperçu. Elle ne se voyait pas raconter à ses amis ce qui lui était arrivé avec les deux autres filles et tous ces étranges Pokémon. Certainement pas, même. Le problème n’était pas qu’ils ne la croiraient pas, bien au contraire. Fous comme ils l’étaient, ils la croiraient certainement et feraient même en sorte qu’elle devienne une super-héroïne au service d’elle ne savait quelle cause farfelue. Elle n’avait pas du tout envie de devenir une super-héroïne, sa petite vie tranquille lui convenait parfaitement comme elle était actuellement. Quelques combats régulièrement pour gagner sa vie, un petit voyage comme ce festival à Poivressel pour découvrir de nouvelles contrées, tout ceci lui convenait amplement.

Néanmoins, ses amis étaient radicalement différents d’elle. Dynamiques, totalement tarés et prêts à tout pour pimenter leurs vies qu’ils trouvaient trop monotones, ils auraient adorés être à sa place. Ce n’aurait pas été la première fois qu’ils faisaient un truc étrange.

Les cheveux bleus d’Ace n’étaient d’ailleurs que le résultat d’un pari à la con entre elle et ses amis et tous avaient fait comme elle : ainsi son bleu azur côtoyait le rose de Quentin, le vert kaki de Guillaume, l’orange fluo de Rodrigue et le violet de Madeleine. Les gens se retournaient dans la rue quand ils étaient ensemble et ça les faisait toujours rire comme des wailord.

— Il s’est passé quoi, en fait ? Voulut s’informer Quentin, lui aussi curieux.

— En fait, je sais pas trop, j’ai rien vu, regretta Madeleine. J’ai juste parlé à une nana qui m’a raconté. Il paraît qu’il y a une folle furieuse qui a essayé de tuer un gars au marché. Parait qu’elle a sorti un couteau, mais je suis sûre que c’est pas vrai. En attendant, elle l’a agressé le type, et y a des gens qui ont eu peur. Ça a créé un mouvement de panique, apparemment.

Ace pencha la tête sur le côté, curieuse. Elle savait très que ça ne s’était pas passé comme ça, elle était la folle furieuse en question. D’ailleurs, elle se vexait aussi d’être vue comme ça, elle n’était pas du tout folle furieuse, elle avait juste défié un type désagréable. Tout le monde en faisait autant, on les traitait pas de fous furieux pour autant.

D’ailleurs, tout ceci soulevait d’autres questions : c’était quoi cette rumeur bizarre qui courait ? Personne n’avait prêté attention à la brume rose laissée par Shaymin ? La crise d’éternuements et les effondrements de centaines de gens n’avaient quand même pas pu passer inaperçu, non ? Il s’était passé quoi ? Pourquoi personne ne s’en souvenait ?

Ace songea à sa camarade de combat, la fille appelée Tiffany. Peut-être celle-ci aurait une réponse à ce mystère ? Elle semblait calée sur pas mal de sujets. Ace se promit d’essayer de retrouver la blonde à cape durant le festival, histoire de lui poser des questions.


Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Mer 25 Juin 2014 - 19:18

Chapitre 5 : La préoccupante affaire du placard occupé

Tiffany agita joyeusement la main, Ace sourit, Topaz se contenta de grogner. Le festival de Poivressel était terminé, la plupart des touristes repartis et les forains pliaient leurs stands. Sans grande surprise, les trois jeunes filles avaient trainé en arrière et fini par rester en ville alors que leurs amis s’en allaient rejoindre leurs voyages ou leurs occupations. Et bien évidemment, elles s’étaient retrouvées en errant à travers les rues beaucoup moins peuplées de Poivressel.

— Les grands esprits se rencontrent, chantonna l’étudiante en archéologie.

— Comment ça se fait que vous soyez là ? Les apostropha Topaz.

— Moi, je cherchais mademoiselle Tiffany, répondit doucement Ace. Je voulais lui poser des questions…

— Je crois que je m’en pose autant que toi, ma pauvre chérie, se désola l’adulte en haussant les épaules. Je ne sais même pas trop quoi j’espère en traînant ici…

Elle regarda autour d’elle comme si elle espérait qu’un des légendaires surgisse de nulle part pour les emmener avec lui et réponde à toutes les questions qu’elles pourraient lui poser. Malheureusement, Poivressel n’était fréquentée que par des gens et des Pokémon ordinaires. Topaz tapotait nerveusement du pied en attendant que ses aînées se décident mais, voyant qu’il ne se passait rien, tourna les talons et se dirigea à grands pas vers la route 110.

— Qu’est-ce que tu fais ? L’interpella Ace.

— Je vais là où on s’est battu contre l’enfoiré vert, pardi ! Répliqua Topaz. S’il faut les chercher, autant commencer par là, ce serait logique.

Tiffany croisa les bras, une moue perplexe aux lèvres. Si Ace faisait mine de suivre la petite brune, ce n’était pas le cas de leur aînée qui resta à sa place.

— Je ne crois pas qu’on ait cette chance, objecta-t-elle tranquillement pour arrêter Topaz.

— Oh, allez, on vit qu’une fois. Yolo !

— Franchement, si on les trouve là-bas, je t’accorde un truc. N’importe quoi. Ce que tu voudras.

— Sérieux, Blondie ? Tu ne sais pas ce que tu risques !

— Je suis sûre que je risque pas grand-chose, ma grande…

Un sourire sardonique aux lèvres, Topaz accéléra le pas, suivie de Ace qui avait envie de savoir ce qui allait se passer. Finalement, Tiffany se résigna à les suivre et se mit en route.



Le rire tonitruant de Topaz résonnait à plusieurs mètres à la ronde. Les yeux ronds, Tiffany fixait Mewtwo qui lui toisait les trois filles avec agacement. Sa queue violette battait l’air avec force et il n’y avait pas besoin d’être télépathe pour comprendre qu’il n’avait pas du tout envie d’être là. Néanmoins, il y était, et Topaz rayonnait de satisfaction. Elle se tourna triomphalement vers la blonde et lui adressa le V de la victoire avec un sourire moqueur.

— Tu vois, Blondie, j’avais raison ! S’écria-t-elle. Tu me dois quelque chose !

L’étudiante détacha son regard de Mewtwo et se recomposa un petit sourire moqueur qui déstabilisa un peu sa cadette.

— En effet, acquiesça-t-elle. Je te dois quelque chose, Brunette. Mais méfie-toi de ce que tu me demandes, on sait jamais !

— J’y réfléchis.

— Pas trop quand même, je pourrais me rétracter…

— Cessez de piailler, je ne suis pas là pour vous écouter raconter n’importe quoi, gronda Mewtwo.

Il s’avança d’un pas menaçant en direction des filles qui se rapprochèrent instinctivement les unes des autres. Le Pokémon psy éveillait chez elles une peur irrationnelle qui leur donnait envie de fuir à toutes jambes pour échapper à sa présence. Néanmoins, vu qu’elles étaient à l’origine à sa recherche, elles ne pouvaient pas se laisser aller à fuir. Elles avaient trop de questions à poser. Un silence embarrassant plana quelques secondes alors que les filles s’affrontaient du regard pour déterminer qui parlerait à Mewtwo. Ace, paralysée, se contentait de secouer négativement la tête et Topaz faisait mine de se dissimuler derrière Tiffany en essayant de la pousser en avant. Celle-ci résistait :

— Je veux pas, murmura-t-elle les dents serrées.

— Tu me dois un truc, répliqua Topaz sur le même ton.

— Je te signale que si je parle à, à…à lui, je te devrais plus rien !

La cadette examina l’option un moment puis poussa d’autant plus fort Tiffany en avant.

— Okay, dette annulée si tu lui parles, décréta-t-elle.

D’un pas hésitant, Tiffany se dirigea vers Mewtwo et lui tendit la main comme si elle espérait qu’il la lui serrerait en guise de bonjour. Il se contenta de la toiser sans rien dire et elle abandonna sa tentative de sympathie.

— Euh, salut, bafouilla-t-elle. Tu…on…je…

Elle s’embrouilla, se tut, chercha ses mots et tortilla ses mains en se balançant sur les talons, incapable de savoir quoi dire. En retrait, Ace et Topaz ne firent rien pour lui venir en aide malgré le bref regard d’appel à l’aide qu’elle leur lança. Finalement, à force de réflexion, elle finit par trouver quelque chose à dire.

— Eh bien, euh…Rayquaza, il…il voudrait pas nous voir…par hasard…?

— Précisément, répondit le Pokémon psy avec un regard de tueur. Il m’a demandé de vous donner ça.

Il tendit violemment la main et laissa tomber quelque chose aux pieds de Tiffany. Mal à l’aise, celle-ci s’empressa de les ramasser et recula lentement pour se trouver à la hauteur de ses camarades qui se rapprochèrent avec curiosité. Quand elle rouvrit sa main pour voir ce qu’elle avait ramassé, elles purent observer cinq petites pierres ovales blanches veinées de rose, montées en pendentif. Il semblait y en avoir une pour chacune, Ace et Topaz en prirent donc une et Tiffany garda les autres.

— C’est quoi ? Demanda Topaz chez qui la curiosité était plus forte que tout.

— Des clés, siffla Mewtwo avec froideur. Elles ouvriront la porte sur la bulle spatiale que Palkia a ouverte pour vous. Rayquaza et Lugia vous y attendent. Il vous suffit de les tourner.

Et il disparut aussi sec. Perplexes, les filles examinèrent de plus près les pierres qu’il leur avait donnée et constatèrent qu’une rainure au milieu permettait de faire tourner la partie supérieure sur elle-même. Dès qu’elles le firent, elles se trouvèrent transportées comme par magie dans l’univers vallonné où elles avaient rencontré les trois légendaires pour la première fois. Rien n’avait changé, mis à part que Rayquaza et Lugia les attendaient déjà. Mewtwo, un peu en retrait, leur tournait le dos.

« Votre première mission s’est plutôt bien déroulée, je vous félicite », les accueillit le serpent vert.

— Shaymin s’est enfui, objecta Mewtwo.

« La charge de nous le ramener t’incombait pourtant », lui rappela Lugia.

Tous virent nettement les épaules du psy se raidir mais il ne chercha pas la bagarre. Rayquaza se tourna à nouveau vers les filles.

« Evidemment, Shaymin a pris la poudre d‘escampette, mais il est rapide à la fuite. Vous nous avez prouvé que vous aviez les capacités nécessaires à son arrestation et nous vous remercions. Il ne fait aucun doute que vous réussirez la prochaine fois. »

— Euuuuh…mais sinon ? Lança Tiffany avec hésitation. Vu qu’après tout, vous nous avez balancées en plein champ de bataille sans rien nous dire, ce serait sympa de nous expliquer maintenant.

« Que voulez-vous savoir ? » S’enquit Lugia avec amabilité.

— Tout, carrément, intervint Topaz.

Elle semblait beaucoup plus à l’aise face à Rayquaza et Lugia que face à Mewtwo. Il fallait dire que les deux légendaires ne dégageaient pas la même aura sauvage et dangereuse que l‘humanoïde psy. Ils ressemblaient plus à deux parents bienveillants observant leur marmaille avec affection.

« Nous vous avons déjà raconté les inquiétudes que nous nourrissons sur les projets de Shaymin et l’aide que nous vous réclamons. »

— On a pas eu beaucoup de détails sur les pouvoirs que vous nous avez donnés, précisa Ace. Ça nous serait bien utile de savoir…pour une possible prochaine fois.

« Vous en avez déjà découvert plusieurs par vous-mêmes. »

La voix de Rayquaza était amusée, ce qui eut le don de faire monter la moutarde au nez de Topaz. Celle-ci craqua ses poings avec un regard qu’elle voulait terrifiant mais plus personne ne faisait attention à elle. Ace et Tiffany s’étaient mises à récapituler ce qu’elles savaient afin de déterminer ce qu’elles ignoraient encore et poser les questions adéquates.

— J’imagine que puisque mon partenaire est glace et le votre fée, commença Ace, ça veut dire qu’on a reçu les pouvoirs d’un légendaire de ce type.

— J’ai compris toute seule que j’étais un type électrique…affirma Topaz avec orgueil.

— Ouais mais moi je n’avais pas eu le temps de deviner le mien tout à l‘heure, objecta Ace.

« Et vous avez bien deviné », leur apprit Lugia. « Vous avez acquis le type de votre Pokémon partenaire, qui sert de lien entre le légendaire qui vous a choisi et vous-mêmes. »

— On peut savoir quels sont ces légendaires ? S’enquit Tiffany en tortillant une de ses boucles autour de son doigt.

« Il serait plus enrichissant pour vous de devinez par vous-mêmes. »

— Nooooooooon ! ! Brailla Topaz, mais les dieux Pokémon furent intraitables.

— On peut se transformer par contact avec notre Pokémon partenaire, reprit Tiffany en ignorant les grognements de sa camarade. C’est dès qu’on le touche ou seulement en cas de nécessité ?

« Seulement en cas de nécessité, nous ne voudrions pas vous priver des soins que vous devez apporter à vos partenaires. »

— Trop aimable…

— Et donc, on est tranquilles dès qu’ils reviennent dans leur Pokéball ? Demanda Ace que la question turlupinait.

« C’est le cas. »

— J’imagine que ça suffit pour le moment, réfléchit Tiffany à voix haute. Pour les pouvoirs qu’on peut utiliser, je pense qu’une petite recherche internet s’impose. Au pire, on fera des essais, comme…Topaz.

Celle-ci ricana en repensant à la magnifique explosion qu’elle avait généré, oubliant qu’elle avait failli provoquer une hécatombe par la même occasion.

« Encore une chose, révéla Lugia. Vous n’êtes pas les seules humaines choisies pour combattre Shaymin. Vous aviez déjà du le réaliser quand Mewtwo vous a donné les clés. En réalité, vous êtes cinq. »

— Cinq ? S’étonna Ace. Où sont les autres, dans ce cas ?

« Il va vous falloir aller les chercher vous-mêmes. La chance a voulu que vous trois soyez réunies au même endroit et au même moment, et cela était parfait pour débuter la mission. Maintenant que nous savons que vous êtes capables de réussir, vous pouvez rallier les deux dernières personnes à votre cause. »

— Oh, je comprends ! S’exclama Tiffany avec un petit sourire amusé. En fait, on a servi de coup d’essai ! J’imagine que vous auriez du nous remplacer si Shaymin nous avait atomisées comme il le voulait ?

— Et ça te fait rire ? Grogna Topaz.

— Bah, je vais pas pleurer, je suis encore vivante…

« La quatrième personne que vous devez trouver se nomme Seika, les informa Rayquaza comme s’il n’avait pas entendu la remarque de Tiffany. Elle vit à PierreBlanche, dans la région de Johto. Je vous conseille de la retrouver très vite avant que Shaymin le fasse à votre place. Il est toujours très bien informé de nos projets… »

— J’espère qu’il n’y a pas plusieurs Seika dans cette ville, soupira Ace.

Tiffany se contenta de sourire et Topaz haussa les épaules. Etrangement, elles se faisaient au gout du secret des légendaires et ne posèrent pas d’autres questions.

« Nous avons une dernière chose à vous révéler avant de repartir, déclara Rayquaza. Les pendentifs que nous vous avons donné sont très précieux, il ne vous faut surtout pas les perdre. Grâce à eux, vous pourrez être transportées ici instantanément. Et d’ici étant, vous pouvez vous téléporter à n’importe quel endroit sur Terre que vous le désirez. Ainsi, il vous sera d’autant plus facile de retrouver vos futurs camarades et poursuivre Shaymin dans ses déplacements. Mewtwo vous avertira dès qu’il sentira que votre présence est nécessaire. Sur ce, nous vous laissons. »

Rayquaza hocha la tête en guise de salut et prit son envol. Lugia ne tarda pas à l’imiter et les deux imposants Pokémon disparurent rapidement dans le ciel. Ne restait plus que les filles et Mewtwo qui leur lança un regard peu amène.

— Je me débrouillerais bien tout seul, siffla-t-il avant de se téléporter sans un bruit.

Les files restèrent donc seules au milieu de la bulle spatiale soi-disant créée par Palkia. Topaz avait bien du mal à y croire : ces légendaires avaient beaucoup de gueule, mais ils ne semblaient pas très efficaces.

— Bon, on sort comment de là ? S’écria-t-elle. Ils nous l’ont même pas dit !

— Si, contesta tranquillement Tiffany, il faut se servir des pendentifs.

Sans perdre une seconde, Topaz se mit à tripoter ledit pendentif. Un carré lumineux s’ouvrit dans l’espace vide devant elle et grandit jusqu’à former une sorte de portail qui la laisserait passer sans aucun problème. La lumière blanche se troubla et peu à peu, un paysage se dévoila sous ses yeux. Il s’agissait d’une longue route bordée d’’arbres épais et couverte de hautes herbes. Un petit sentier courait à travers le paysage, et quelques arbres à baies étaient visibles au loin.

— C’est où ? S’enquit Ace en la rejoignant, curieuse.

— Je sais pas trop, répondit Topaz avec honnêteté. Ça ressemble peut-être à la route 37, à Johto, c’est là que je m’entraînais avant de venir à Hoenn. J’y pensais justement.

Néanmoins, le paysage avait changé à l’approche de Ace et laissait maintenant voir une petite ville couverte d’un épais manteau de neige immaculée.

— Hé, c’est chez moi ! Réagit la dresseuse de Pokémon glace. C’est Flocombe ! Je reconnais l’arène là, à gauche !

— On dirait que ce portal réagit aux endroits auxquels vous pensez…suggéra Tiffany qui les observait, légèrement en retrait.

— Approche, lui fit Topaz. Je suis curieuse de voir à quel endroit tu penses…

— Bah, je le sais déjà…

Tiffany s’approcha néanmoins, et une fois de plus, le paysage changea. Cette fois-ci, elles aperçurent l’entrée d’une grotte. Tout autour, elles pouvaient apercevoir des outils de forage et de nombreux ouvriers et Pokémon y travaillant. Des rochers chargés sur des petits wagonnets quittaient régulièrement la grotte en empruntant un réseau de rails complexes.

— C’est la mine de Charbourg, les informa la blonde. C’est dans la région de Sinnoh.

— C’est chez toi ?

— Non, moi je suis de Kalos.

— Alors pourquoi tu penses à la mine de Charbourg, t’es pas logique, comme nana !

Tiffany se contenta de sourire, l’air rêveur. Topaz continua de tripoter le pendentif et les paysages se mirent à défiler à toute vitesse sur la porte-écran, au point que les filles en eurent le tournis. Elle ralentit donc la cadence et le portail s’arrêta sur un étrange paysage, entièrement noir, à l’exception d’un rai de lumière vertical plutôt curieux.

— C’est quoi ? S’étonna Ace.

— Aucune idée, lâcha Topaz. Blondie ?

— Comment tu veux que je sache ?

La curiosité de la brunette la poussa à toucher le rai de lumière du bout de l’index. Celui-ci s’élargit légèrement sous la poussée en lâchant un grincement inquiétant. La fillette bondit en arrière, la main sur le cœur.

— Bordel, c’est quoi, ça ? ! Hurla-t-elle.

De plus en plus curieuse, Tiffany avança et toucha très délicatement le rai de lumière qui resta immobile. S’enhardissant, elle poussa plus fort et de nouveau, celui-ci s’élargit, toujours en grinçant. Elles réalisèrent en même temps que la partie obscure était en réalité la porte d’un placard qui s’ouvrait sur une chambre.

— Qu’est-ce que…marmonna Topaz.

Elle poussa encore plus fort la porte qui s’ouvrit d’un coup et claqua violemment, probablement contre un mur. La chambre s’offrit à leurs regards, parfaitement ordinaire. Avec quelqu’un à l’intérieur en guise de bonus.

Il s’agissait d’une jeune fille mince aux cheveux roses, affublée de lunettes, qui les observait avec terreur. Elle tenait une chaise de bureau levée devant elle en guise de bouclier et paraissait sur le point de la leur lancer dessus. Il y eut un instant de flottement alors que l’inconnue fixait les trois camarades, qui la regardaient en retour sans comprendre.

— Désolée, bafouilla Ace.

Elle referma précipitamment la porte, attrapa le pendentif de Topaz et le tourna en position inactive.

— C’était qui ? S’écria Ace. Vous la connaissez ? Dites-moi que l’une de vous la connaissait !

— Pas du tout, répondit Tiffany.

— Non plus, renchérit Topaz.

— C’était qui alors ? !

Aucune n’était capable de répondre et elles en vinrent à la conclusion qu’elles étaient entrées dans la chambre d’une parfaite inconnue en passant par son placard. Elle avait semblé terrifiée et il y avait de quoi. Elles purent se rendre compte que Rayquaza n’avait pas menti : les pendentifs pouvaient vraiment les emmener n’importe où dans le monde. Elles avaient réussi dès leur premier essai à traumatiser une innocente gamine qui n’avait rien demandé à personne.

— Bon, on arrête là les frais, décida Ace. On doit aller à PierreBlanche, à Johto, c’est ça. Hé bien, allons-y.

Elle tourna sa propre pierre et le portail apparut, dévoilant une ville où la couleur dominante était le blanc des maisons et des bâtiments. Les gens n’avaient pas été très imaginatifs pour nommer leur ville. Les trois filles se concertèrent du regard et d’un commun accord, traversèrent ce qu’elles avaient compris être un portail.

Leur prochain partenaire les attendait.




Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Jeu 26 Juin 2014 - 14:53

Chapitre 6 : Sous le soleil

— Excusez-moi…dit Ace en interpellant l‘infirmière Joëlle au comptoir. J’aurais besoin d’un renseignement…

— Je t’écoute ? S’enquit la jeune femme avec gentillesse.

Rapidement, Ace jeta un œil vers ses camarades de guerre. Elle ne se faisait pas trop de souci pour Tiffany, scotchée à son ordinateur portable depuis une heure, mais Topaz l’inquiétait un peu plus. La fillette, aussi bruyante qu’à l’accoutumée, avait trouvé quelques dresseurs tout aussi survoltés et ils débattaient furieusement pour savoir qui combattrait le premier. Ace aurait bien aimé dire à Topaz de l’aider à chercher une dénommée Seika mais se doutait qu’elle n’obtiendrait pas gain de cause. Tiffany lui avait promis qu’elle l’aiderait, mais pas dans l‘immédiat, Ace s’était donc décidée à chercher des renseignements toute seule.

— Est-ce que vous connaissez une certaine Seika ?

— Seika ? Répéta la Joëlle. Tu veux parler de la championne de l’arène ?

— Euh, je sais pas, répondit Ace avec gêne. On m’a envoyée à la recherche d’une Seika qui habite à PierreBlanche, je n’en sais pas plus.

— C’est plutôt vague, comme renseignement. Des Seika, on en trouve pas mal dans la région. Tu peux toujours aller à l’arène voir si notre championne est la personne que tu cherches.

— D’accord. Je vous remercie.

— Je t’en prie, je suis là pour ça…

Ace la remercia d’un sourire et quitta le comptoir. Elle rejoignit Tiffany, toujours assise à une table devant son ordinateur, un jus de baies à portée de main et s’assit en face d’elle. Il y avait un second verre plein sur la table et Ace le prit en supposant qu’il était pour elle. Elle avait déjà vu Topaz partir avec un autre verre à la main un peu plus tôt.

 J’ai fait une liste, déclara l’étudiante en levant la tête vers elle.

— Une liste de quoi ?

La dresseuse aux cheveux bleu trempa ses lèvres dans sa boisson et réalisa qu’il s’agissait d’un Super Soda, sa boisson préférée. Elle ignorait comment Tiffany avait fait pour deviner, elle était sacrément forte. Cette dernière acheva de griffonner sur un calepin et ferma son ordinateur. Avec un sourire, elle fit glisser le carnet vers Ace et prit son verre pour boire à son tour. Sa camarade prit le calepin et lut ce qu’il y avait d’écrit dessus. Son propre prénom, au centre de la page, était suivi des noms d‘Artikodin, Regice et Kyurem, qu’elle savait être des légendaires de type glace. Le prénom de Tiffany était relié aux noms de Xerneas et Diancie, quand à Topaz, elle était suivie des noms de Electhor, Raikou, Fulguris et Zekrom.

— J’ai cherché tous les types des légendaires connus et déduit de ce fait ceux qui pourraient nous avoir choisies, lui apprit l’étudiante d’un air serein. On a obtenu ça. J’ai aussi listé les attaque de chacun de ces Pokémon, on fera des essais pour déterminer lequel est le nôtre.

— Ça ne va pas être facile…

— Plus que tu ne le penses. Chaque Pokémon a des attaques spécifiques, on procédera juste par élimination. Ça va être simple comme bonjour pour moi, j’ai juste à essayer une seule attaque.

Ace tourna la page et constata que Tiffany avait effectivement listé toutes les attaques des Pokémon qu’elle avait trouvé. Elle avait beaucoup raturé et griffonné des trucs sans intérêt, certaines attaques étaient entourées et même numérotées. Finalement, elle non plus n’avait pas chômé, constata la jeune dresseuse. Il n’y avait que Topaz qui se fichait totalement de leur mission. D’ailleurs, elle ne la voyait plus à l’intérieur du centre.

— Au fait, elle est où Topaz ? Demanda-t-elle.

— Je l’ai vue partir avec d’autres gens, probablement faire des matchs. On peut pas lui en vouloir, elle est jeune…

— Je suis pas beaucoup plus âgée qu’elle ! Protesta Ace.

Tiffany haussa les épaules et rangea ordinateur et calepin dans sa besace.

— Tu as trouvé une Seika ? S’informa-t-elle.

— Apparemment, elle serait la championne de l’arène de la ville…Je sais pas si c’est la bonne mais ça coûte rien d’essayer.

— En effet, approuva Tiffany. On a plus qu’à attendre que Topaz revienne. Ça tombe bien, j’avais envie d’une pause.

Avec un sourire, elle leva son verre en direction d’Ace puis en but une gorgée. Celle-ci l’imita : elle non plus n’était pas pressée.
.
.
.

L’adversaire de Topaz s’appelait Jezebel : il s’agissait d’une fillette d’à peu près son âge, aux longs cheveux bruns bouclés, habillée d’une jupe blanche et d’un sweat-shirt jaune. Topaz avait le plus grand mépris pour les filles aussi féminines et elle décida de faire mordre la poussière à cette pimbêche pour bien lui faire comprendre qu’elle n’avait rien à faire dans l’univers des matchs. Elle l’avait rencontrée au milieu de plusieurs autres dresseurs, mais quand ils avaient commencé à parler combat, elle avait su qu’elle l’affronterait, elle.

— Je commence, si tu le permets, lança Jezebel en s’éloignant de quelques pas.

Sans attendre, elle sortit une pokéball rouge et blanche de la poche de sa jupe et la lança gracieusement. Un Psykokwak a l’air étourdi - comme tous les Psykokwak - se matérialisa sur le coin d’herbe choisi pour le match. Topaz réfléchit une seconde : elle décida rapidement d’envoyer Curso, son Dynavolt. Après tout, il était encore en phase d’entraînement et une victoire facile lui ferait le plus grand bien. Les deux Pokémon se mirent en position sous l’œil attentif de leurs dresseuses respectives. Jezebel débuta les hostilités :

— Psykokwak, choc mental ! S’exclama-t-elle en lançant la main en avant.

— Fonce, Curso, et attaque étincelle ! Ordonna Topaz, agitant ses poings serrés comme si elle espérait s’envoler.

Le Dynavolt s’avéra plus rapide que le Psykokwak : il bondit tel un ressort et se jeta sur le canard en faisant crépiter sa fourrure d’électricité. Il le heurta de plein fouet et Psykokwak s’écroula. Il avait suffit d’une seule attaque pour le mettre à terre et Topaz carra les épaules avec fierté.

— T’as vu ? Se vanta-t-elle. Ça, c’est ce que j’appelle une professionnelle !

— Tu avais l’avantage du type, contra Jezebel avec un fin sourire.

Ce sourire légèrement moqueur rappela celui de Tiffany à la brunette et elle grogna. Jezebel rappela son Psykokwak et lança négligemment une seconde Pokéball d’où sortit un Lainergie qui bêla joyeusement.

— Voyons voir si tu t’en sors aussi bien, cette fois, poursuivit Jezebel. Tu continues avec Dynavolt ?

— Hum. Non.

Topaz rappela Curso pourtant en pleine forme. Elle n’avait rien d’autre que des Pokémon de type électrique dans son équipe, ce qui n’était pas le choix le plus efficace contre un autre type électrique. Puisqu‘elle voulait donner une leçon à cette Jezebel, elle allait sortir le grand jeu et donc, son meilleur Pokémon. En un instant, la Pokéball de Bendo fut dans sa main et elle lança le Magnézone à l’attaque. En le voyant, Jezebel eut une petite exclamation admirative.

— Wah, c’est rare de voir un Pokémon à ce stade d’évolution chez une dresseuse de ton âge. J’imagine que c’est ton starter ?

— Ouais, grogna Topaz, ravie de l‘admiration qu‘elle suscitait. C’est mon Pokémon le plus fort.

— Oh. Hé bien, je vais y aller à fond, alors.

L’adversaire de Topaz n’attendit pas un instant pour démarrer les hostilités, une fois de plus.

— Lainergie, défends-toi de toutes tes forces, utilise Spore Coton !

Le petit mouton arracha plusieurs boules de coton de sa fourrure et les lança sur Bendo où elles restèrent collées. Celui-ci cliqueta de mécontentement et se tourna vers Topaz en attendant ses ordres. Celle-ci n’hésita pas :

— Attaque étincelle !

Magnézone chargea son énergie en une fraction de seconde - ce qui prouvait son haut niveau - et la lança sur Lainergie qui la reçut de plein fouet. Néanmoins, l’attaque électrique n’eut pas énormément d’effet sur lui et il resta debout. Jezebel, les sourcils froncés, semblait réfléchir à une stratégie :

— Reste en retrait, Lainergie et lance-lui une Onde Folie !

Le mouton obéit en sautant en arrière puis lançant une sphère lumineuse sur Magnézone. Malheureusement, celui-ci bougea au bon moment et l’esquiva. Jezebel grogna, à contrario de Topaz qui exulta :

— Bien joué, Bendo, attaque Boule Elec maintenant !

— Rayon Gemme, Lainergie ! Ordonna Jezebel.

Lainergie bondit et cracha un rayon de lumière à l’aspect diamantaire qui heurta Magnézone avant de recevoir de plein fouet la sphère électrique que celui-ci lui destinait. Les deux Pokémon s’éloignèrent finalement l’un de l’autre et se jaugèrent avec sérieux. Le Rayon Gemme avait fait pas mal de dégâts sur Magnézone qui sifflait de mécontentement alors que Lainergie semblait encore en forme. Topaz comprit que les attaques électriques ne menaient à rien et décida de tenter autre chose. Son ordre ne se fit pas attendre :

— Gyroballe, Bendo !

Le Pokémon s’empressa de faire un mouvement de toupie et fonça sur le Lainergie. Celui-ci esquiva la première fois, sur les ordres de sa dresseuse, mais ne put éviter le brutal demi-tour de Bendo. Il s’effondra à terre, k-o, et Jezebel le rappela sans tarder.

— Tu as gagné ! S’exclama-t-elle, stupéfaite. Ton Magnézone est vraiment vachement fort, je pensais pas à ce point !

Topaz rappela Bendo en essayant de ne pas montrer à quel point elle était satisfaite.

— Tu ferais mieux d’abandonner, t’es nulle en combat, persifla-t-elle.

Jezebel pencha la tête sur le côté, l’air ni surprise, ni triste. Elle considéra son adversaire sans animosité puis haussa les épaules.

— Apparemment, tu fais un complexe de supériorité, détecta-t-elle. J’imagine que t’as pas perdu beaucoup de match jusqu’à présent. Mais bon, moi j’aime mes Pokémon et j’aime combattre à leurs côtés. Je n’abandonnerais pas parce qu’une acharnée de la victoire m’a prise en pitié.

Sur ces paroles, elle abandonna sur place une Topaz bouche bée.
.
.
.

— Tiens, voilà notre combattante acharnée, remarqua Tiffany d’une voix chantante.

Topaz lui adressa un regard furibond qui ne lui fit ni chaud ni froid. Elle n’était pas au courant de ce qu’il venait de se passer et ne pouvait donc pas savoir qu’elle avait utilisé le mot « acharnée » de la même manière que Jezebel. Topaz n’allait certainement pas lui dire qu’elle s’était sentie humiliée par une dresseuse stupide qu’elle avait battue. Elle sentait que si elle faisait ça, la blonde se moquerait d’elle jusqu’à la fin des temps.

Elle s’assit à la table encombrée que ses deux camarades avaient choisi comme QG temporaire. Mis à part deux verres de soda presque vides, il y avait un calepin dans un sale état dont quelques pages avaient été arrachées. Lesdites pages étaient couvertes de notes et de dessins griffonnés à la va-vite. Quelques magasines sur les Pokémon étaient posés dans un coin et pour l’instant, une revue de mode était ouverte entre les filles, qui semblaient être plongées dedans quand elle était arrivée.

— Vous faisiez quoi ? Les interrogea la cadette en regardant d’un œil mauvais la mannequin qui posait en pleine page.

— On faisait connaissance, répondit joyeusement Tiffany en refermant le magasine. Après tout, il a bien fallu qu’on s’occupe en attendant que tu reviennes.

— Sans moi ? Se vexa Topaz.

— Tu n’étais pas là.

Ace froissa les feuillets et partit les mettre à la poubelle pendant que Tiffany rangeait les revues là où elles avaient prise, dans un cabas placé dans un coin de l’espace détente.

— On a trouvé une Seika, apprit Ace à Topaz en récupérant son sac. C’est la championne de l’arène, du coup, on va voir si c’est la fille qu’on cherche. On t’attendait pour y aller. T’es prête ?

— Ouais. Une championne d’arène, tu dis ? Peut-être que je pourrais essayer de gagner son badge…

— T’essaies de faire oublier la mémorable branlée que t’ai filé Mewtwo ou quoi ? Lança Tiffany en la rejoignant.

— NON MAIS TA GUEULE SERIEUX, JE LE CROIS PAS ! ! Beugla Topaz en se ruant hors du centre.

Ace et Tiffany échangèrent un regard entendu.

— En plein dans le mille, déclarèrent-elle en chœur.

Les dresseurs ne se bousculaient pas à l’arène de PierreBlanche. N’étant pas une arène sponsorisée par la Ligue Pokémon de Johto, les dresseurs ne prenait que rarement la peine de s’arrêter dans cette ville et encore moins de défier son arène. Ils préféraient défier les arènes plus populaires, dont les badges apportaient beaucoup de prestige. De ce fait, les trois filles y entrèrent sans la moindre difficulté et progressèrent dans les couloirs déserts jusqu’à entrer dans la salle qui servait aux matchs. Elle était particulièrement chauffée et le toit n’était qu’une immense baie vitrée. Les rayons du soleil était captés par de nombreux miroirs accrochés aux murs et formaient une toile d’araignée lumineuse époustouflante. Une jeune fille blonde souriante s’avança vers elle d’un pas léger. Elle était suivie d’une magnifique Mentali qui les toisait avec curiosité.

— Bonjour ! S’exclama-t-elle d’une voix aimable. Vous venez pour le badge ?

— Oui ! Répondit Topaz avec enthousiasme.

— Pas tout à fait, corrigea néanmoins Tiffany avec un sourire avenant. Vous vous appelez bien Seika ?

— C’est moi. Vous venez pas pour le badge, alors ? Insista-t-elle, l’air un peu déçu.

— En fait, on voudrait vous demander quelque chose, révéla Ace. Mais après, si vous voulez toujours un combat, moi je veux bien, j’ai jamais eu de badge de Johto…

— J’ai une autre idée ! Proposa Seika, les yeux brillants. D’abord, on fait le match, et si vous gagnez, je répondrais à toutes les questions que vous voulez. Ça vous va ?

Les trois filles se concertèrent du regard, cherchant à déterminer laquelle affronterait la championne de PierreBlanche. La plus jeune leva le poing avec enthousiasme pour se porter volontaire.

— Je veux essayer de gagner un badge, déclara-t-elle.

— Moi aussi, j’aimerais bien, protesta Ace.

— Je peux toujours combattre deux adversaires à la fois, glissa Seika.

— Non, moi toute seule ! Insista Topaz. Avant de venir ici, je voulais un badge, justement, alors j’ai la priorité !

— Tu n’as pas du tout la priorité, t’as vu ça où ? !

— On peut jouer le combat à flamme-feuille-flotte, vous en pensez quoi ? Proposa Tiffany, souriante.

— Toi aussi, tu veux combattre, Tif’ ? S’enquit Ace.

— Je veux juste tenter ma chance pour voir si je remporte la manche contre vous deux.

— Je fais l’arbitre, dit Seika qui semblait énormément s’amuser.

Les trois amies se placèrent en demi-cercle face à Seika, la main dans le dos. La championne, le sourire aux lèvres, compta lentement « Un…deux…trois ! » et les filles montrèrent leur choix. Tiffany et Topaz, en choisissant toutes les deux la flamme, avaient donc perdu face à Ace qui les noyait avec la flotte.

— Hourra ! S’écria la dresseuse aux cheveux bleus en sautant de joie.

— Peuh, fit Topaz, vexée. J’appelle ça du gâchis, même moi j’ai l’avantage contre toi !

— Que tu crois !

— Pourquoi, c’est quoi le problème ? S’enquit poliment Seika.

— Elle utilise des Pokémon de type glace uniquement ! S’écria Topaz, exaspérée.

Ace fronça les sourcils, peu satisfaite qu’on dénigre ainsi son choix de Pokémon. Seika eut en plus une expression navrée en se tournant vers elle, ce qui n‘arrangea pas les choses.

— Je suis désolée, murmura-t-elle. Mais je suis moi-même dresseuse spécialiste en Pokémon de type feu. Tu ne peux pas gagner…

Ace parut grandir de plusieurs centimètres sous l’effet de la colère. Sans hésiter, elle saisit une Pokéball à sa ceinture et la brandit vers la championne en guise de défi.

— On va voir ça ! Grogna-t-elle. En garde !


Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Ven 27 Juin 2014 - 0:29

Chapitre 7 : Une chanson de glace et de feu

Gentiment, Seika fit signe à Ace de se placer à un bout du terrain, elle-même allant se placer à l’autre. Topaz et Tiffany se dirigèrent tranquillement vers la volée de gradins située sur le côté du terrain pour observer le match en toute tranquillité. La Mentali avait suivie sa dresseuse mais resta en retrait, hors du terrain. Seika s’éclaircit la voix :

— Un match trois contre trois, ça te convient ?

— Comme tu veux, répondit Ace d‘un ton sec.

— Le match d’arène opposant Ace la challenger à Seika la championne va pouvoir commencer ! S’exclama Tiffany avec un sourire faisant trois fois le tour de son visage. Chaque dresseur utilisera trois Pokémon. Le match prendra fin dès que les trois Pokémon d’un des dresseurs seront déclarés hors combat ! Seul le challenger est autorisé à changer de Pokémon en cours de match !

— Hé, dicte pas les règles à ma place ! Protesta Seika.

Néanmoins, elle souriait et ne chercha pas à changer les règles énoncées par Tiffany. Elle tendit plutôt le pouce en direction de l’étudiante pour lui signifier qu’elle était d’accord. Celle-ci s’inclina avec grâce en faisant royalement claquer sa cape, rayonnante. Topaz lui jeta un regard peu amène :

— C’était un de tes rêves d’enfant de faire ça ou quoi ?

— Carrément ! Approuva l’étudiante avec enthousiasme.

— En avaaaaaaant ! ! Hurla tout à coup Seika, faisant sursauter tout le monde. FIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIREEEEEEEEEEE ! !

Elle dégaina une Pokémon et la lança sur le terrain comme s’il s’agissait d’une balle de base-ball. Sans attendre son reste, Ace en fit autant et les deux Pokémon - Feunard pour la championne et Lokhlass pour la challenger - se matérialisèrent sur le terrain.

— C’est au challenger que revient l’honneur de lancer les hostilités ! Reprit Tiffany. Que le match commence !

— Lokhlass, à toi de jouer ! S’exclama Ace. Utilise Danse Pluie !

Le Pokémon eau brama doucement et une sphère bleue prit naissance dans sa bouche. Il la cracha dans les airs et aussitôt, de gros nuages noirs menaçants s’agglutinèrent juste au-dessus du terrain. La pluie se mit à tomber, détrempant le sol de terre battue. Seika sourit encore plus largement.

— Je vois que tu as l’habitude de combattre des Pokémon feu ! Mais je vais t’écraser quand même ! Feunard, attaque Feu Follet !

Cette fois, ce fut une petite flammèche violette à l’aspect fantomatique qui apparut dans la gueule de Feunard. Ce dernier la cracha sur Lokhlass, noircissant la peau tendre de son cou. Le Pokémon eau gémit, sous le regard furibond d’Ace.

— J’vais pas me laisser faire ! Lokhlass, Onde-Folie !

— Esquive, Feunard, et châtiment tout de suite, allez, allez, allez ! !
.
.
.
Sur les gradins, Topaz trépignait, l’air furieux. Elle désigna du doigt le terrain en apostrophant une Tiffany très concentrée sur le spectacle :

— C’est quoi cette manière de jouer ? !

La jeune étudiante lui lança un regard amusé qui ne plut pas du tout à sa cadette. Néanmoins, elle répondit avant que Topaz n’ait pu lui lancer une quelconque remarque désagréable :

— On appelle ça une stratégie, ma grande. Ace a un désavantage de type, donc, elle la joue prudente. Comme l’a dit Seika, elle doit avoir l’habitude de combattre des Pokémon feu. En utilisant Danse Pluie, elle augmente la puissance des attaques eau de Lokhlass tout en faisant perdre pas mal de puissance aux attaques feu ennemies.

— Et ça sert à quoi, tout ça ? Elle ferait mieux d’attaque si elle veut gagner !

— Préparer le terrain est une tactique comme une autre comme on veut gagner. Comment tu te bats, toi ?

— Si tu veux savoir, on a qu’à faire un combat !

— Pourquoi pas…accepta la blonde en souriant. Mais plus tard. Regardons plutôt ce match.
.
.
.
Sur le terrain, la nouvelle sphère lumineuse générée par Lokhlass fut jetée sur le Feunard qui l’esquiva d’un bond agile. Celui-ci se précipita sur son adversaire et lui sauta dessus, le mordant plusieurs fois. Une brume violette s’échappait de ses crocs à chaque morsure et Lokhlass poussa une plainte déchirante en essayant de se débarrasser de lui. Ace régit promptement :

— Onde-Folie !

A bout pourtant, le Feunard fut heurté par la sphère lumineuse de plein fouet. Il n’avait pas eu le temps d’esquiver ni Seika de réagir. Le renard crème sauta en arrière, s’éloignant de son adversaire et se mit à tituber sur le terrain détrempé, désorienté. Sa dresseuse poussa une exclamation de dépit :

— Bon sang, c’est super bien joué, ça ! Reviens, Feunard !

Elle rangea la Pokéball de son Pokémon et en sortit une autre, qu’elle lança exactement de la même manière que la première :

— A toi de jouer, Ponyta ! !

Le poney enflammé se matérialisa sur le terrain et hennit de mécontentement en se sentant mouillé par la pluie. Il tapa du sabot sur le sol, ne fit aucun bruit à cause de la terre mouillée et jeta un regard de reproche à la championne. Celle-ci eut un petit sourire d’excuse :

— Si tu veux te mouiller le moins possible, fais-moi un beau match bien rapide comme tu sais le faire !

De nouveau, le poney tapa du sabot et hennit. Ace relança les hostilités, décidée à vaincre son adversaire avant que celui-ci ait pu réagir :

— Lokhlass, utilise Vibraqua !

En bramant, le Pokémon eau lança un puissant jet d’eau qui fonça sur Ponyta. Seika leva la main en l’air :

— Hâte, Ponyta !

Une fraction de seconde avant que le jet d’eau ne le heurte, Ponyta bondit et sembla flou l’espace d’un instant. Sa vitesse ainsi augmentée, il se mit à courir à travers le terrain, n’étant plus qu’une flèche blanche et orangée.

— Nitrocharge ! Lui ordonna Seika.

La flèche blanche s’enflamma et bondit sur le Lokhlass qui ne put esquiver. Il reçut l’attaque de plein fouet et s’écroula à moitié au sol. Ace le rappela aussitôt dans sa Pokéball avant qu’il ne soit trop tard. Ponyta s’ébroua, autant pour chasser l’eau qui glissait sur son pelage que de satisfaction d’avoir remporté une victoire. Le nouveau Pokémon appelé par Ace fut un Givrali au poil étincelant de glace qui attira l’attention de la Mentali postée derrière Seika. Au même moment, les nuages au-dessus du terrain commencèrent à se dissiper et la pluie cessa. Ce phénomène fit le bonheur de Ponyta mais certainement pas de Ace qui se crispa visiblement.

— Vive-attaque, Givrali !

Le Pokémon poudreuse bondit, flèche bleutée, jusqu’au Ponyta qui, malgré sa vitesse accélérée, ne put l’éviter. Il chancela légèrement et glissa dans la boue mais réussit à tenir debout.

— Nitrocharge ! Répliqua vivement Seika.

Le Ponyta s’enflamma et fonça droit sur le Givrali qui ne pourrait certainement pas l’éviter. Et malheureusement pour la dresseuse de type glace, les attaques feu faisaient beaucoup de dégâts sur le type glace.

— Quand il est sur toi, agrippe-le et Crocs Givre ! S’écria rapidement Ace.

Son Pokémon hocha la tête et se campa solidement sur ses pattes. Le choc fut brutal et souleva un nuage de vapeur. Bien que sonné, Givrali ouvrit la gueule et essaya de mordre de ses crocs gelés. Malheureusement, Ponyta n’avait pas cessé sa course et il ne réussit pas à porter le coup. Le poney fit le tour du terrain en courant et Givrali resta sur place, bien amoché.

— Allez, plus qu’une attaque et c’est bon ! Encouragea Seika. Tu vas l’avoir ! Déflagration !

Sans attendre, Ponyta leva le museau en l’air et une étoile de feu se forma à partir des flammes de sa crinière et sa queue. L’étoile grandit jusqu’à dépasser la taille du lanceur et se dirigea à toute vitesse vers Givrali.

— Il va pas s’en relever ! S’écria Topaz en bondissant sur place.

— Blizzard, Givrali, Blizzard ! ! Hurla Ace, paniquée.

Givrali ouvrit la bouche et cracha un vent particulièrement violent, chargé de neige, en direction de Ponyta. Il heurta l’étoile de feu avant son adversaire et les deux attaques entrechoquées libérèrent un nuage de vapeur qui envahit tout le terrain. Les dresseuses durent attendre qu’il se dissipe pour voir ce qu’il se passait et constata que la Déflagration et le Blizzard s’étaient mutuellement annulé. Le combat se poursuivait.

— Ponyta, commença Seika, utilise…

— Givrali, Dernier Recours ! La coupa rapidement Ace.

Dans un bel ensemble, Seika et Tiffany écarquillèrent les yeux, ne s’attendant probablement pas à ça. Une nuée d’étoiles apparut autour de Givrali et se mirent à virevolter autour de lui. Ainsi auréolé, le Pokémon chargea Ponyta et lui asséna un coup puissant qui envoya valser le petit cheval. Celui-ci s’écroula et resta au sol, sonné.

— Ponyta a été mis hors-combat, déclara Tiffany dans le soudain silence de l‘arène.

Avec un sourire qui ne laissait croire en rien qu’elle venait de perdre un Pokémon, Seika rappela son poney enflammé et dégaina une autre Pokéball.

— Feunard, j’ai de nouveau besoin de toi !
.
.
.
— C’était quoi, cette attaque ? Demanda Topaz.

La fillette avait cessé de critiquer la façon, selon elle « déplorable » de mener le match d’Ace, trop fascinée par le spectacle offert.

— Dernier recours est une attaque particulièrement puissante, l’informa Tiffany. mais il faut d’abord utiliser toutes les attaques d’un Pokémon pour faire appel à celle-ci. Elle s’appelle « Dernier Recours » justement parce que c’est souvent la dernière solution du dresseur. C’est culotté de la part d’Ace d’avoir utilisé ça. Elle a réussi, mais ça aurait pu se passer beaucoup moins bien…

— C’était super cool ! Protesta la fillette.

— Mais hasardeux. Ace doit avoir une grande confiance en son Givrali pour oser ce genre de tactiques. Elle est douée…

Topaz fit la moue, n’appréciant pas trop qu’on couvre d’éloges un autre dresseur qu’elle. Intérieurement, elle se fit la promesse de tout faire pour que Tiffany et Ace réalisent qu’elle était une grande dresseuse et la craignent. En attendant, elle allait bien observer les tactiques qu’utilisait la dresseuse aux cheveux bleus afin d’en élaborer une pour la contrer.
.
.
.
Le renard crème apparut de nouveau sur le terrain, fier et orgueilleux, agitant ses magnifiques queues. Ace regarda son Pokémon avec inquiétude et décida de le rappeler, par précautions. Elle fit comme son adversaire et appela le premier Pokémon qu’elle avait utilisé. Lokhlass semblait avoir récupéré un peu du combat précédent mais il restait très faible. Néanmoins, Ace comptait sur lui.

— Tu vas encore utiliser la tactique de tout à l’heure ? S’étonna Seika.

— Elle a bien marché, j’ai battu ton Ponyta.

— Oui, mais je suis au courant maintenant. Enfin, tu fais ce que tu veux…

Elle reporta son attention sur son Pokémon et l’incita à aller en avant :

— Vive-attaque !

— Danse-Pluie, Lokhlass !

Le Pokémon eau reçut l’attaque du Feunard de plein fouet mais, bon gré mal gré, réussit à placer son mouvement. De nouveau, les nuages s’agglutinèrent au-dessus du terrain et l’averse détrempa le sol. Ace était satisfaite, jusqu’à ce que vienne le nouvel ordre de la championne :

— Châtiment !

Depuis le combat précédent, Lokhlass n’avait pas guéri de sa brûlure. Ainsi, quand Feunard lui bondit dessus, les dégâts de l’attaque furent doublés et il tomba ko sans avoir pu se défendre davantage. Ace le rappela sans un mot.

— Lokhlass est hors de combat, indiqua inutilement Tiffany.

Ace fit de nouveau appel à Givrali pour le second round. Tout le monde se doutait qu’elle réservait son dernier Pokémon en forme pour celui de Seika, espérant sûrement venir à bout de Feunard avant toute autre chose.

— Blizzard, Givrali ! S’écria-t-elle, déclenchant les hostilités.

— Vite-Attaque pour te rapprocher de lui, puis Lance-Flamme ! Ordonna Seika en retour.

Givrali lança son Blizzard, que Feunard esquiva d’un bond avant de se ruer sur son adversaire, la gueule crépitant de flammes. Le Lance-Flamme fut tiré presque à bout portant. Givrali n’y résista pas.

— Givrali est hors de combat, annonça Tiffany, lugubre.

Les larmes aux yeux, Ace rappela son Pokémon. Seika lui adressa un sourire compatissant.

— Je t’avais dit que tu ne pouvais pas gagner, déclara-t-elle gentiment. Mais tu t’es super bien battue ! Tu as quand même réussi à vaincre Ponyta et presque Feunard. Pour quelqu’un qui n’utilise que des type glace, c’est super !

— Mais j’ai pas encore perdu ! Clama Ace en reprenant du poil de la bête. On continue !

Elle fit appel à son dernier Pokémon, un Oniglali. Seika garda Feunard, sûre de gagner : même si Oniglali battait le renard crème, elle aurait sûrement le temps de l’affaiblir suffisamment pour que son dernier Pokémon n’ait plus qu’à le finir. Pour elle, le combat était déjà terminé.

— Je te laisse commencer, dit-elle gentiment.

Ace eut un sourire tordu et ne prononça qu’un mot :

— Glaciation.

— Quoi ? ! Sursauta la championne.

— Oh putain, non ! S’étrangla Tiffany.

L’Oniglali se mit à briller d’une lumière bleue éblouissante et d’un seul coup, un raz-de-marée de glace recouvrit tout le terrain, emprisonnant Feunard sans lui laisser une chance. La glace s’évapora dès qu’Oniglali cessa de luire, mais le renard crème s’écroula au sol sans un bruit.
.
.
.
Evidemment, Feunard était ko. Eberluée, Seika le rappela sans un mot. Tiffany ne pensa même pas à déclarer sa défaite. Topaz agrippa sa cape et la secoua comme un noigrumier pour obtenir une explication.

— Il s’est passé quoi ? ! Hurla-t-elle, incapable de mesurer l’exploit qui venait de se dérouler sous ses yeux. C’était quoi cette attaque super top yolo, je veux savoir ! !

— Euh…c’était…c’était Glaciation, répondit Tiffany dont les dents claquaient d’être ainsi secouée. Mais lâche-moi !

Topaz obéit et recula d’un pas. Elle posa les poings sur ses hanches et examina l’étudiante d’un œil mauvais. Celle-ci ne lui donnait pas les explications qu’elle réclamait suffisamment vite à son gout et il n’y avait rien qu’elle détestait plus.

— Il s’est passé un truc pas net et toi et la championne vous savez ce que c’est et vous en revenez pas ! Débita-t-elle à toute vitesse. Je veux savoir ce que c’est, cette attaque, dis-le moi !

— Glaciation est une attaque très aléatoire, répondit patiemment Tiffany. Elle met n’importe quel Pokémon ko en un seul coup, mais ses chances de réussite sont très faibles. Si faible que la jouer est un véritable coup de poker.

— C’est-à-dire ?

— Dis-toi qu’il y a à peu près autant de chance que cette attaque réussisse que toi de battre Mewtwo !

Topaz ouvrit grand la bouche, outrée du perfide rappel de la plus mémorable branlée qu’elle avait prise de sa courte vie. Le fin sourire de Tiffany prouvait qu’elle était très fière de sa blague. Topaz décida qu’elle ne parlerait plus jamais à cette fille complètement horrible, jusqu’à la fin des temps. Tant pis pour elle ! Elle croisa les bras et lui tourna le dos, commençant dès à présent la punition.
.
.
.


— Je t’avouerais que je n’aurais jamais pensé à ça, dit Seika en prenant sa dernière Pokéball en main. C’était surprenant, pas très prudent, mais génial !

Elle ne s’était pas départie de son sourire qu’elle conservait depuis le début du combat, celui du dresseur sûr de sa victoire. Ace avait repris courage et ses épaules, qui se voutaient à mesure qu’elle perdait des Pokémon, s’étaient redressées. Elle savait qu’elle avait une chance de gagner, désormais : elles n’avaient plus qu’un Pokémon chacune et Oniglali était encore en pleine forme.

— C’est parti pour la dernière manche ? ! S’exclama la championne d’une voix enthousiaste.

— Quand tu veux ! Répliqua sa challenger, non moins déterminée.

— Wow, l’atmosphère est enflammée…commenta Topaz

— Ça me fait froid dans le dos, renchérit Tiffany d’une voix allègre.

Topaz lui adressa un regard noir et s’éloigna encore un peu plus d’elle. L’étudiante, qui n’avait pas perdu une miette de son manège, se contenta de rire joyeusement. Sur le terrain, Seika avait lancé sa dernière Pokéball et en sortit un petit Feunnec qui poussa un glapissement dégouté quand ses pattes immaculées entrèrent en contact avec la boue du terrain.

— Tu auras droit à un toilettage avec du bain moussant si tu gagnes ! Lui lança Seika pour l’encourager.

Il n’en fallut pas plus pour convaincre le petit Pokémon de s’engager dans le combat. Il poussa un jappement de défi à l’égard d’Oniglali et campa fermement ses quatre pattes dans la boue malgré son dégout apparent.

— Nitrocharge, lui ordonna la championne.

Ace décida de ne pas retenter le coup de Glaciation et de n’utiliser que des attaques classique pour ce dernier combat. Evidemment, en dernier recours, elle tenterait le tout pour le tout, mais en attendant, elle s’en passerait.

— Oniglali, Laser Glace !

Un halo de flammes entoura Feunnec qui se précipita sur Oniglali. Celui-ci cracha un rayon blanc glacé qui heurta son adversaire et eut le mérite de stopper son attaque.

— Recommence ! Insista Seika.

Cette fois-ci, Feunnec prit soin de contourner Oniglali, espérant le frapper par derrière mais celui-ci réussit à pivoter et Ace espéra en profiter.

— Coup d’boule !

— Esquive ! Lança Seika.

— Change, Laser Glace ! Hurla Ace.

Cette fois, le rayon glacé toucha Feunnec et, coup de chance pour la challenger, couvrit d’une gangue de glace la patte arrière gauche et une partie du flanc du petit renard. Seika poussa un juron.

— Flammèche sur la glace ! Tenta-t-elle.

Feunnec s’empressa d’obéir et cracha de petites flammes sur la glace recouvrant son corps. Ace ne perdit pas de temps :

— Mâchouille !

Oniglali fonça sur Feunnec qui ne réagit pas assez vite, trop occupé à se dégeler. Le coup de dents ne le loupa pas et, curieusement, le Feunnec s’effondra dans la boue, maculant encore plus son pelage. Tiffany se pencha en avant pour bien voir puis tendit la main vers Ace en souriant.

— Feunnec est hors de combat, déclara-t-elle. La victoire revient à la challenger, Ace de Flocombe !

— Incroyable, balbutia Topaz.

Ace s’était précipitée sur Oniglali et menait avec lui une danse désordonnée de la victoire. Sans paraître triste, Seika rappela Feunnec et rejoint sa challenger.

— Félicitations, tu as gagné ! S’exclama-t-elle. Je n’aurais jamais cru !

— Je voulais te prouver que les Pokémon glace sont les plus forts ! Répliqua Ace, fière d’elle.

Elle rappela Oniglali après une dernière caresse. Tiffany et Topaz les rejoignirent à leur tour. Seika fouilla dans sa poche et en retira un petit insigne doré. Elle le posa dans la main de Ace dont les yeux brillèrent.

— En tout cas, vu que tu as gagné dans un match loyal, tu as gagné le badge HearthGold, déclara-t-elle. Encore félicitations !

— Merci.

— Bon, puisque vous avez gagné un combat contre moi, reprit Seika, je veux bien répondre aux questions que vous vouliez me poser. Je vous écoute !

Les trois camarades échangèrent un regard et se demandèrent tout à coup comment aborder le sujet. Les légendaires les avaient envoyées à la recherche d’une certaine Seika mais elles n’avaient aucune idée de quelle Seika ils parlaient. La jeune championne pouvait autant être celle qu’elles cherchaient qu’une fille innocente. Ils ne leur avaient donné aucune autre indication sur leur future partenaire. Et chacune savait que leur histoire passerait très mal pour n’importe quel personne ordinaire.

En fait, elles étaient dans la merde. Et chacune maudit de tout son cœur les légendaires irresponsables qui les jetaient dans une guerre qui ne les concernait pas à l’origine.

Devant leur silence qui s’éternisait, Seika paraissait de plus en plus perplexe.

— Eh bien, en fait, finit par se décider Tiffany en désespoir de cause, on voulait savoir si ceci te disait quelque chose.

Elle fourra la main dans sa poche et en sortit l’une des clés que leur avait confiées Mewtwo. Peut-être que si Seika était la fille qu’elles cherchaient, celle-ci réagirait à son contact.

Seika tendit la main pour recevoir la clé, sourcils froncés de curiosité.

Et la baie vitrée du plafond explosa.


Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Ven 27 Juin 2014 - 20:49

Chapitre 8 : Le renégat

Un hurlement échappa conjointement aux quatre filles alors qu’une pluie de débris de verre se déversait sur elle. Une ombre leur coupa un instant la lumière du soleil et quelque chose passa en rase-mottes juste au-dessus de leurs têtes, les frôlant. Seika hurla encore plus fort et il y eut un étrange bruit sourd dans l’arène. Une fois l’averse tranchante passée, Tiffany et Topaz levèrent automatiquement la tête vers le plafond pour voir qui les attaquait. Elles ne virent rien d’autre qu’un éclair rouge qui allait et venait dans les airs. Il était plus que probable qu’il s’agisse d’un Pokémon, et surtout de leur agresseur. Elles dégainèrent aussitôt leurs Pokéball mais un hurlement d’Ace attira leur attention :

— Oh non, Seika ! !

La jeune championne, comme elles s’en aperçurent, ne se trouvaient plus à côté d’elles. Par Arceus savait quel miracle, elle avait été projetée à l’autre bout de l’arène et gisait au sol, les bras en croix et les yeux fermés. Sa Mentali se précipita à ses côtés en poussant des couinements plaintifs. Il paraissait évident qu’elle avait été attaquée par le Pokémon rouge.

— Sale bête ! ! Rugit Topaz.

Sa Pokéball vola et Magnézone en sortit en cliquetant furieusement, contaminé par la colère de sa dresseuse. Le Pokémon qu’elles n’arrivaient pas à distinguer redoubla de vitesse et sans qu’elles aient pu le voir, Magnézone recula en sifflant, heurté par une flèche presque invisible.

— Bendo ! S’affola Topaz. Utilise Gyroballe, fonce partout où tu peux !

Le Pokémon obéit et se mit à rebondir à travers toute l’arène, creusant des cratères dans le sol et les murs et manquant décapiter chaque fille encore debout. Tiffany et Ace se jetèrent au sol en se protégeant du mieux qu’elles pouvaient. Seika était plus ou moins protégée, déjà allongée, mais elle risquait à tout moment d’être heurtée par le Magnézone pris de folie. Sa Mentali avait attrapé un pan de son tee-shirt entre ses dents et essayait de la tirer à l’abri, en vain.

— Topaz, arrête ! S’écria Tiffany. Tu vas toutes nous tuer !

Cette dernière n’écoutait pas, trop occupée à diriger son Pokémon dans chaque direction où elle pensait apercevoir leur ennemi. Tiffany se tortilla pour attraper une Pokéball dans son sac et l’ouvrir. Un Symbios en sortit et manqua être heurté par le rebond d’un Magnézone. Il se mit à pépier de colère mais Tiffany coupa court à ses protestations :

— Abri, vite !

Son Pokémon s’empressa d’obéir, comprenant que sa vie était en jeu, ce qui permit à Tiffany et Ace de se relever en sécurité. Magnézone heurta plusieurs fois le bouclier sans l’entamer.

— Tes Pokémon ont pas mal souffert dans le match, non ? S’enquit rapidement l’étudiante. Ce serait mieux que tu te battes pas pour le moment. Seika a besoin d’aide, prends-la avec toi et fonce au Centre Pokémon. Chamboule-tout, tu les accompagnes et tu les protèges, ok ?

— Biiii, approuva le Pokémon.

— Et toi ? S’inquiéta Ace.

— Je vous couvre le temps que vous soyez loin, puis j’empêche la gamine de se faire tuer et moi aussi, par la même occasion. On se retrouve dans la bulle spatiale si besoin. Allez, file !

Ace hocha la tête et se précipita sur Seika, suivie du Symbios. Tiffany sortit une seconde Pokéball et la jeta en l’air. Cette fois-ci, ce fut son Nymphali qui en sortit, prêt à en découdre. Néanmoins, Ace n’eut qu’à peine le temps de traîner Seika sur deux mètres que les événements s’accélérèrent. La porte d’entrée du terrain explosa soudainement et Mewtwo se rua à l’intérieur, une aura bleue électrique crépitant autour de lui, l’air décidé à en découdre. Il se rua sur le Pokémon inconnu - sans oublier de projeter Magnézone au sol - et lui lança une Aurasphère sans crier gare. Celui-ci cessa de voler dans tous les sens et les filles purent apercevoir un humanoïde rouge et bleu qui semblait porter un casque, au regard inquiétant, une pierre incrustée dans son torse. Il croisa ses deux longs bras tentaculaires devant lui et soudain, sa forme changea. Son corps s’épaissit soudainement et sembla se fondre dans une solide armure : l’Aurasphère ricocha contre un bouclier dressé par le Pokémon inconnu.

Tout ceci n’avait duré que l’espace de quelques secondes.

— Il m’a foutu mon Bendo ko, le con ! ! Beugla Topaz pour résumer la situation.

Le con en question n’avait strictement rien à faire des états d’âme de la fillette : il s’était à nouveau rué sur le Pokémon inconnu pour le bombarder de furieuses Aurasphères. Son adversaire réagit en utilisant un bouclier qui renvoya les attaques et l’arène subit de nouveaux dégâts importants. La facture de Seika pour les réparations allait être salée.

— Comment je vais faire pour me battre maintenant ? ! Insista Topaz en lui montrant bien inutilement le poing.

— C’est clair que sans Magnézone, tu vas avoir du mal, répondit Tiffany avec gentillesse. Ecoute, va rejoindre Seika et veille sur elle, Ace m’aidera à ta place.

— Quoi ? ! S’indigna la fillette. C’est même pas la peine d’insister, non mais yolo quoi, la nana, elle me prend pour quoi ? ! J’vais tous les atomiser, ces machins, ça fait pas un pli ! !

D’un geste vif, Tiffany serra le poing et l’asséna sur la tête de la petite brune, pas fort, mais suffisamment pour choquer cette dernière. La jeune femme avait l’air remontée.

— Maintenant, sale petite peste, tu vas m’écouter ! S’exclama Tiffany, les poings sur les hanches. Ton Pokémon le plus fort est hors-course, tes autres ne font clairement pas le poids. Donc, tu vas arrêter tes caprices une bonne fois pour toutes et écouter ce que je te dis sinon, je t’assomme et on en parlera plus du tout. Tu obéis aux adultes et point barre, c’est clair ? ! Allez, du vent, yolo ! !

La réplique de Tiffany était certainement parable mais Topaz ne trouva rien à dire. Eberluée, elle se contenta d’hocher la tête et rejoignit Ace et Seika sous le bouclier de Symbios. Elle ne pensa pas à dire à Ace de rejoindre aider Tiffany mais celle-ci n’en tint pas compte.

— Sphinx, je crois que j’ai besoin de toi, déclara-t-elle.

Elle tendit la main à son Pokémon qui l’effleura du bout du museau. Aussitôt, Tiffany évolua en semi-légendaire de type fée et dégaina sa poêle rose.

— Mewtwo ! S’écria-t-elle. Réflexe, vite ! ! Encornebois ! !

Elle brandit sa poêle devant elle et deux cornes de lumière verte se matérialisèrent dans les airs, fonçant vers Mewtwo et son adversaire. Si l’humanoïde gris esquiva l’attaque - de justesse - ce fut aussi le cas du Pokémon rouge qui changea une nouvelle fois de forme. Son corps s’effila et se débarrassa de plusieurs morceaux d’armure et il fonça sans crier gare sur Tiffany.

— J’ai lancé une attaque ! Brailla l’étudiante.

Elle ne sembla pas réaliser un instant que le Pokémon rouge se ruait sur elle en une attaque Vitesse Extrême qui allait s’avérer désastreuse si elle atteignait son but. Un claquement et Mewtwo se matérialisa à ses côtés. Il l’attrapa sans précautions et se re-téléporta aussitôt, réapparaissant auprès des trois autres jeunes filles. Le Pokémon inconnu avait laissé tomber son attaque et flottait au plafond, dans la première forme qu’il avait adoptée, les jaugeant. Les glapissements de Tiffany cassaient légèrement l’ambiance tendue qui régnait entre les deux Pokémon.

— Je sais qui je suis ! ! Couina l’étudiante en agrippant le bras de Mewtwo pour le secouer dans tous les sens. J’ai réussi mon attaque, je sais quel Pokémon m’a choisie pour me donner ses pouvoirs ! !

Son visage était rayonnant de bonheur : elle ne semblait pas réaliser qu’elle venait de passer à deux doigts d’une mort certaine. Mewtwo se dégagea avec une mine dégoutée et montra les dents.

— Tu es complètement inadaptée ou quoi ? Grogna-t-il.

— Hein ?

— Il a failli te tuer !

— Ah bon ? !

— Je confirme, balbutia Ace. Tu es passée à deux doigts. Ce…ce Pokémon, où je sais pas quoi, il était carrément en train de t’attaquer !

— C’est Deoxys, les informa Mewtwo. Il est ignoble, pervers, psychopathe, détraqué et dangereux ! Il est du côté du Shaymin.

— Je sens une certaine rancune dans ces paroles, chantonna Tiffany, au-delà de concepts aussi triviaux que sa presque mort.

Mewtwo la fixa comme s’il se demandait quelle serait la meilleure façon de la tuer. Finalement, il sembla décider que se venger sur Deoxys serait plus productif. Il se tourna vers son ennemi avec un regard de tueur, un feu bleuté commençant déjà à tourbillonner autour de lui.

— Je m’occupe de lui, déclara-t-il d’une voix froide. Il a été envoyé pour vous détruire.

— Je t’aide ! Décida la blonde en faisant tournoyer sa poêle.

Elle la fit tourner une seule fois, la laissa échapper à moitié, manqua se décapiter puis la fit finalement tomber dans un grand bruit. Pas du tout contrariée, elle se contenta de se baisser pour la ramasser. Si Mewtwo avait eu des cheveux, nul doute qu’il serait actuellement en train de se les arracher.

— Je me débrouillerais bien mieux tout seul, refusa-t-il.

— Idiot, ça ne sert à rien que tes potes légendaires nous ait demandé de l’aide si tu veux tout faire tout seul !

Le Pokémon psy siffla pour signifier son profond désaccord et s’envola en direction de Deoxys. Tiffany secoua sa poêle, essaya de la faire tournoyer à nouveau, se loupa encore une fois et abandonna la partie. Elle se tourna vers ses camarades avant un grand sourire :

— Je vais y aller ! S’exclama-t-elle joyeusement. On sera pas trop de deux ! Veillez bien sur Seika !

Elle se détourna de ses compagnes sans attendre leur réponse et se précipita au milieu du champ de bataille. Mewtwo et Deoxys se balançaient de puissantes attaques à tout va et ne prêtèrent pas la moindre attention à la petite jeune fille en rose juste en dessous d’eux. Elle leva sa poêle et la dirigea droit vers Deoxys, suivant laborieusement ses déplacements.

— Onde Boréale ! S’écria-t-elle.

Le rayon arc-en-ciel gelé jaillit de l’arme et fusa droit sur Deoxys. Celui-ci l’esquiva et le rayon se contenta de passer entre les deux Pokémon, pour aller se perdre quelque part dans le ciel. Elle reçut un Elécanon en guise de représailles et Deoxys repartit à l’attaque de Mewtwo qui le harcelait d‘attaques. L’étudiante trottinait sur le terrain, essayant de suivre le vol désordonné des Pokémon et réfléchissant à son nouveau mouvement. Quand elle lança son attaque, il s’agissait cette fois d’un « Pouvoir Lunaire » qui manqua de puissance et de précision, ainsi lancé en plein jour. Finalement, Tiffany échoua son coup et Deoxys, qui essayait de lui échapper, se trouva à la merci de Mewtwo qui lui asséna une Frappe Psy réussie. Néanmoins, l’humanoïde gris était furieux.

— Casse-toi de là ! ! Hurla Mewtwo à l‘attention de Tiffany. Tu me gênes plus qu’autre chose ! !

— Bien sur que non, t’as réussi à lui porter un coup, je suis super utile ! ! Protesta la jeune fille.

De nouveau, elle brandit sa poêle, le regard farouche. Pressentant le pire, son allié s’éloigna sans demander son reste.

— Giga-Impact ! ! Hurla la blonde.

La sphère de lumière mauve et orange sembla exploser en sortant de la poêle et heurta Deoxys en lui laissant juste le temps de prendre la forme bouclier. Le Pokémon valsa à travers l’arène mais en contrepartie, Tiffany tomba à genoux dans le sol boueux, vidée de ses forces. Mewtwo se rua sur son ennemi dans l’optique de lui asséner un coup fatal, mais celui-ci réussit à se reprendre. En une fraction de seconde, il prit sa forme effilée et se jeta sur l’étudiante, décidé à l’achever en premier pendant qu’elle était à terre. Cette fois-ci Mewtwo, qui fonçait encore tout droit, n’aurait pas le temps de se téléporter pour la mettre à l’abri. A cet instant, Tiffany vit très bien sa mort foncer droit sur elle.

Néanmoins, une ligne violette traça son chemin entre la jeune fille et son adversaire, heurtant ce dernier sans qu’il n’ait pu comprendre ce qu’il s’était passé. Il n’avait pas son bouclier quand l’attaque l’avait touché et semblait en avoir pas mal souffert. En effet, il s’était posé au sol et restait immobile. Heureusement pour lui, l’attention de tous était ailleurs.

— Qu’est-ce que…commença Tiffany.

Tous tournèrent la tête en direction de l’attaque. Juste à l’entrée de l’arène, dans l’embrasure de la porte défoncée par Mewtwo, se tenait un petit garçon blond rondelet accompagné d’un minuscule Miaouss. Il tremblotait pas mal mais se tenait courageusement droit et n’avait pas l’air sur le point de battre en retraite. En le reconnaissant, Topaz poussa un hurlement perçant.

— TONY ! ! Vociféra-t-elle.

— Bien joué, gamin ! S’exclama joyeusement Tiffany en lui adressant le signe de la victoire.

Elle se releva lentement, encore sonnée de sa précédente attaque et dirigea sa poêle vers Deoxys. En le remarquant, ce dernier s’envola et Mewtwo s’élança aussitôt à sa poursuite. Bien que tremblante, Tiffany resta debout et concentrée, visant soigneusement son adversaire qui espérait leur échapper en filant par le plafond éventré. Mewtwo le suivait de près.

— Pousse toi ! Ordonna Tiffany à son allié. Je vais le finir. Tranche-nuit ! !

Etrangement, Mewtwo obéit sans discuter et vola à l‘autre bout du terrain. Tiffany brandit sa poêle et traça une diagonale dans l’air. Une ligne d’un mauve fluorescent jaillit de son geste et trancha Deoxys qui poussa un hululement lugubre. Il changea de forme une nouvelle fois, revenant à la normale et chuta vers le sol. Juste avant de s’écraser, il se téléporta sans un bruit.

— Il s’est enfui ! S‘écria Ace.

Avec un petit gémissement de soulagement, Tiffany lâcha prise en même temps que sa poêle et tomba en avant. En un éclair, Mewtwo se téléporta à ses côtés et l’empêcha de s’écraser au sol en empoignant le dos de sa robe. L’étudiante se retrouva à moitié pendue entre le sol et le bras du Pokémon, les bras ballants. Il la traîna sans la moindre douceur jusqu’au coin où s’étaient terrées les trois filles pendant que Topaz se précipitait auprès de Tony qui semblait sur le point de tourner de l’œil.

— T’as trop géré, mec, c’était super top yolo ce que t’as fait ! ! S’écria la brunette en assénant de grands claques dans le dos de son ami.

De son côté, Mewtwo lâcha Tiffany aux côtés de Seika et de Ace qui serra sa camarade dans ses bras. La championne était pâle comme un linge, les yeux exorbités, muette.

— Ce que tu as fait, c’était génial ! Félicita Ace.

— Je suis géniale, rétorqua faiblement la blonde avec un petit sourire. Seika, comment vas-tu ?

Celle-ci tourna la tête vers elle en faisant un gros effort mais ne put articuler un mot. La dresseuse aux cheveux bleu lui serra la main en guise de réconfort.

— Elle a un peu de mal à appréhender ce qu’il vient de se passer, informa-t-elle son aînée. Il faut dire que bon, tout ça, son arène détruite, son coup à la tête, des Pokémon enragés qui se battent, ça fait beaucoup…

— On va tout t’expliquer, la rassura l‘étudiante. Enfin, il faudrait quand même savoir si c’est bien la Seika qu’on cherche…?

— C’est elle, marmonna Mewtwo.

— T’aurais pas pu nous le dire avant ? ! S’étonna Tiffany. D’ailleurs, comment on était censées la reconnaitre au fait ?

Le Pokémon psy l’ignora superbement. Topaz rejoignit le petit groupe en tirant derrière elle son copain blond.

— Je savais que tu me suivais, babillait-elle, mais bon, vu que tu t’es rendu utile pour cette fois, je t’autorise à rester en vie. Estime-toi heureux !

Tony semblait très mal à l’aise et fuyait le regard tout le monde. Quand Mewtwo grogna à son encontre, il rentra la tête dans ses épaules, terrorisé. Topaz adressa un signe vulgaire de la main à Mewtwo et s’accroupit pour se mettre à la hauteur de ses camarades de guerre, assises au sol.

— Dites, vu qu’il nous a aidé cette fois, ça vous dit qu’on se l’emmène quelques temps ? C’est mon pote, après tout !

— Du moment qu’il est d’accord…accepta Ace en haussant les épaules.

Tony ne semblait pas d’accord du tout mais n’osa pas protester. Tiffany rappela Nymphali dans sa Pokéball pour redevenir normale. Elle frappa dans ses mains et se releva, surprenant tout le monde.

— Bon ! Lança-t-elle. Vu le grabuge qu’il y a eu, j’imagine que la police va pas tarder à arriver…Va falloir trouver une histoire plausible à tout ce bazar. Mewtwo, fiche-le-camp maintenant !

— Quoi ? Se vexa ce dernier. Je suis venu vous sauver la vie et je suis viré en remerciement ?

— Oh mais moi, je m’en fiche, répliqua Tiffany en riant. Mais si tu veux que les gens soient au courant de ton existence et commencent à te courir après pour te capturer et faire des expériences sur toi, tu n’as qu’à rester !

— Personne ne me capturera, siffla le Pokémon.

Il se téléporta Arceus seul savait où, néanmoins. Tiffany, satisfaite, hocha la tête et se tourna à nouveau vers ses compagnons.

— Bon, mettons-nous d’accord…




Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Sam 28 Juin 2014 - 21:12

Chapitre 9 : Des manigances risquées

Une fois les formalités réglées à propos de l’arène de Seika, le petit groupe, fraîchement rejoint par la championne et Tony l’ami de Topaz, purent se rendre en toute tranquillité dans la bulle spatiale de Palkia. Ils y retrouvèrent avec surprise Mewtwo, que Tiffany salua gaiement, mais celui-ci les ignora.

Topaz exigea des explications de Tony : elle n’avait pas eu le temps de lui tomber dessus avant et se demandait ce qu’il fabriquait à PierreBlanche justement quand elle s’y trouvait. Il s’exécuta timidement, sous les regard attentifs du groupe au grand complet. Il leur raconta qu’après le Festival de Poivressel, Topaz, Yann et lui-même avaient pris le bateau pour retourner à Johto, d’où ils venaient. Il leur avait fallu du temps pour constater la disparition de la fillette - celle-ci ricana - mais il était trop tard pour eux pour filer aussi et ils s’étaient résignés à poursuivre leur route sans elle. Néanmoins, Tony précisa que seul Yann souhaitait suivre leur amie, que lui savait très bien qu’elle était capable de se débrouiller toute seule. Il poursuivit son récit : une fois de retour à Johto, à Oliville plus précisément, il avait repris la route pour s’entraîner en attendant de défier sa prochaine arène. Il avait atterri à PierreBlanche un peu par hasard et c’est là qu’il avait retrouvé Topaz, accompagnée de Tiffany et Ace. Il s’était caché, encore intimidé par les menaces qu’il avait reçu. Néanmoins, curieux de savoir ce que les trois filles fabriquaient là, il avait regardé quelle était leur destination. Puis, en remarquant - comme à peu près tout le monde - les explosions venant de l’arène, il s’y était précipité malgré son appréhension et avait déboulé juste au moment où Tiffany se faisait attaquer par Deoxys.

— Et vous connaissez la suite, conclut-il timidement.

— Sacrée coïncidence, lança joyeusement Tiffany. Bon, ben, bienvenue chez nous !

Elle tourna le dos au garçon et partit rejoindre Seika qui bavardait avec Ace un peu plus loin, ne captant pas le regard anéanti du petit garçon. Tony n’avait pas la moindre envie d’être mêlé aux affaires terriblement dangereuses et effrayantes de son amie Topaz. Néanmoins, celle-ci ne lui avait pas laissé le choix et il sentait qu’il allait devoir faire avec.

— Tu t’en sors ? S’enquit aimablement l’étudiante à l’attention de Seika.

Celle-ci hocha la tête, explosée de rire. Elle s’était plutôt bien remise de l’attaque de Deoxys sur son arène et très bien digéré les explications de ses nouvelles camarades. Elles ignoraient encore quel était son pouvoir, mais pressentaient qu’elle avait été choisie par un Pokémon de type feu, dont était presque majoritairement composée son équipe. Etant donné qu’elles ne se transformaient que quand elles étaient en danger, elles avaient manigancé un plan pour se mettre justement en danger.

En attendant que Rayquaza et Lugia les contactent à nouveau pour trouver leur dernier partenaire, elles avaient décidé de s’entraîner. Durant son combat contre Deoxys, Tiffany avait découvert qu’elle avait été choisie par le légendaire Xerneas, mais ses camarades n’avaient aucune idée du leur. Ainsi, comme elles étaient capables d’aller n’importe où sur Terre, elles avaient jeté leur dévolu sur le Mont Couronné où vivaient pas mal de Pokémon puissants et au caractère chatouilleux.

— Ceci ne concerne pas votre mission, intervint soudainement Mewtwo. Je n’interviendrais pas.

— On t’a rien demandé, répliqua Seika en agitant nonchalamment la main.

Contrairement aux autres, la jeune championne ne se méfiait absolument pas du Pokémon psy. Au mieux, elle l’ignorait, mais s’il s’avisait de faire des commentaires désagréables, elle n’hésitait pas à le rembarrer. Cela le rendait furieux et il passait son temps à demander à Tiffany de faire passer des messages à Seika, refusant de lui parler lui-même.

Les filles avaient rapidement compris qu’il avait apprécié la façon de combattre de Tiffany contre Deoxys - malgré ses dénégations - et que celle-ci avait gagné une place dans la liste - courte - des gens qu’il respectait. De ce fait, elle était la seule personne à qui il acceptait de parler sans se montrer particulièrement odieux et se contentait de snober les autres la plupart du temps. Le groupe ne savait pas pourquoi il restait avec eux puisque leur compagnie ne lui convenait pas, mais supposait qu’il avait reçu des ordres venant des autres légendaires.

— Dis-lui que je peux la tuer sans même lever un doigt, lâcha Mewtwo.

— Seika, ma chériiiiiie…lança Tiffany, que la situation amusait au plus haut point. Mewtwo te dit qu’il peut te tuer sans même lever un doigt…

— Moi, je dis qu’il n’a qu’à le faire si ça lui chante, répliqua Seika.

— Dis-lui que je vais vraiment le faire, insista le Pokémon.

— Il a l’air décidé, répéta docilement Tiffany en s’étranglant de rire. Bon, allez, ça suffit, je suis pas un Poichigeon messager…On y va ?

— Topaz a réglé ses affaires avec son petit copain ? S’enquit Ace.

— D’OÙ ON EST ENSEMBLES ? ! Braillèrent Topaz et Tony en chœur. ARRETE L’ALCOOL ! !

Les trois plus âgées éclatèrent de rire devant la réaction spontanée et innocente des deux enfants. Topaz semblait furieuse et Tony plutôt paniqué, mais leurs expressions étaient impayables. Mewtwo fixa Tiffany d’un air impénétrable.

— Dis-leur que leur réaction prouve que les insinuations de l’humaine bleue sont fondées, déclara-t-il froidement.

— Non, démerde-toi, refusa Tiffany d’un ton léger.
La discussion sur le choix de l’endroit dans le Mont Couronné lui-même avait soulevé quelques disputes. Deux camps se formèrent : ceux qui voulaient s’entraîner à l’extérieur, malgré la neige, et ceux qui refusaient de se les geler et optaient donc pour l’intérieur d’une grotte. Finalement, Ace et Tiffany n’eurent pas gain de cause quand Tony finit par opter pour l’intérieur de la grotte, aidé dans son choix par le regard furibond de Topaz. Mewtwo n’eut pas voix au chapitre et il se contenta de les regarder, méprisant, passer l’un après l’autre par le portail spatial.

Ils avaient choisi un endroit suffisamment espacé et éclairé pour y déambuler à leur aise et ne pas faire s’effondrer une paroi rocheuse sur leurs têtes. Le tout était maintenant de trouver un danger suffisamment grave pour qu’elles puissent se transformer. Par précaution, chacune sortit son Pokémon partenaire, mis à part Seika qui appela l’ensemble de son équipe. Mort de trouille, Tony avait pris Kadabra près de lui histoire de filer par téléportation si les choses dégénéraient.

— Bon, on fait comment pour se mettre en danger ? Demanda Topaz, impatiente.

— On s’entraîne ? Proposa Tiffany. A force de lancer des attaques au hasard, ça va bien finir par toucher un Pokémon qui se mettra en colère, appellera ses copains et ils se jetteront tous sur nous !

— C’est dans mes cordes ! Approuva la brunette.

Elle libéra aussitôt ses autres Pokémon : Dynavolt, Lainergie et un Loupio qu’elle envoya dans le petit lac non loin de là où ils se trouvaient. Prenant pour argent comptant les paroles de son aînée, elle ordonna à tous ses Pokémon de lancer toutes leurs attaques sur les murs, au plafond et au fond de l’eau. Ceux-ci obéirent joyeusement et des éclairs se mirent à envahir toute la pièce au petit bonheur. Ce fut la débandade dans le groupe : tous se jetèrent au sol ou essayèrent de se cacher dans des coins pour éviter de se faire toucher.

— Sans nous tuer, crétine ! ! Beugla Tony, les bras levés au-dessus de la tête.

Topaz parut se rendre compte du problème et ordonna d’un geste à ses Pokémon de cesser leurs attaques. Elle semblait à la fois étonnée et en colère et sa voix prenait des tons d’exaspération :

— Quoi, vous vouliez qu’on nous remarque, non ? !

— On est censés mourir par des trucs qu’on aurait énervé, pas à cause de toi ! Répliqua le blond, furieux.

— Ben, t’as qu’à faire ce qu’il faut puisque t’es si malin ! !

Tony n’eut pas le temps de répondre. Un archéodong furieux et encore crépitant d’électricité jaillit du plafond et se rua sur le Loupio dans le lac. Topaz le rappela de justesse et l’archéodong se tourna automatiquement vers elle. Un puissant coup de cloche retentit, manquant de rendre sourde toute l’assistance et plusieurs autres Pokémon de la même espèce le rejoignirent en faisant des bruits de cloche mécontents.

— Topaz, tu as réussi ! Se réjouit Tiffany.

D’un seul coup, les archéodong lancèrent leur attaque Strido Son, déclenchant un grincement atroce qui poussa tout le monde à se boucher automatiquement les oreilles en poussant des cris de douleur sous l‘agression sonore.

— On fout le camp ! S’écria Seika.

Aucun ne demanda son reste et ils se mirent à courir à toutes jambes dans la direction opposée aux archéodong. Ceux-ci les poursuivirent à grand bruit, raclant les parois de la grotte, détachant d’énormes morceaux de roche et rugissant de colère. La course-poursuite dura quelques minutes intenses, le Mont Couronné étant un véritable labyrinthe mais Tiffany montra rapidement des signes de fatigue et ralentit considérablement.

— J’peux…plus…courir…! Haleta-t-elle en s’arrêtant brutalement, pliée en deux.

— T’arrête pas ! Lui hurla Ace, paniquée.

Seika fit une brusque volte-face et s’élança en arrière en espérant sauver sa camarade. Elle n’eut pas le temps d’y arriver, en un éclair, Mewtwo se téléporta devant l’étudiante, l’attrapa par le bras et disparut avec elle. Seika ne chercha pas à comprendre et abandonna ses idées de sauvetage pour préserver sa propre peau.
.
.
.
Tiffany hoqueta quand ses pieds touchèrent à nouveau le sol : elle avait toujours du mal à digérer une téléportation. Le Pokémon semblait furieux et le regard noir dont il transperçait la jeune fille ne laissait pas de place au doute. Celle-ci regarda soigneusement ailleurs en essayant de prendre l’air innocent.

— Salut Mewtwo ! Le monde est petit…

— Vous êtes inconscients, grogna le Pokémon en réponse.

— T’étais pas censé ne pas intervenir ? S’enquit la blonde l‘air de rien.

— S’il vous arrive quelque chose, c’est sur moi que ça retombera, je suis bien obligé de vous surveiller.

— Quelle gentillesse. Allez, allons-y alors !

Malgré sa mauvaise humeur manifeste, Mewtwo dressa une bulle psychique autour de lui et Tiffany et la fit léviter dans l’idée de rejoindre ainsi le groupe. Il préférait ce moyen de transport à la téléportation qui pouvait s’avérer hasardeuse : il pouvait atterrir au milieu du champ de bataille et recevoir un mauvais coup, après tout.

Néanmoins, en se voyant suspendue dans le vide, Tiffany piqua tout à coup une crise de tous les diables. Hystérique, elle ordonna violemment à Mewtwo de la reposer au sol et tout de suite, non mais vraiment, avait-on idée d’emprunter la voie des airs ? ! Le Pokémon Psy l’éjecta de sa bulle et elle tomba lourdement au sol à un mètre de hauteur. Curieusement, elle ne protesta pas et se contenta de se relever avec difficulté, grimaçante. Mewtwo était hors de lui.

— Bon ben, maintenant, tu restes là ! ! Rugit-il.

— Promis, couina l’étudiante, les larmes aux yeux. Je serais sage. Je m’assois là, je bouge pas…

Elle s’assit soigneusement au sol, le dos appuyé contre une paroi et posa son menton sur ses bras repliés. Mewtwo la considéra un instant, comme pour s’assurer qu’elle ne filerait pas, puis se téléporta à nouveau. Une fois seule, la blonde attendit quelques secondes, puis se releva d’un bond et se mit à trottiner tranquillement à la suite de la horde d’archéodong.
.
.
.
— Lance-Flamme, Feunard !

L’équipe tout feu tout flammes de Seika faisait des ravages dans les rangs de leurs adversaires dotés du type acier mais il en arrivait toujours davantage, à croire que tous les archéodong du Mont Couronné s’étaient ligués contre eux. Pas moins d’une quarantaine de Pokémon les poursuivaient, mais ils arrivaient à les tenir plus ou moins à distance en courant aussi vite qu’ils le pouvaient. Néanmoins, le destin semblait vouloir les punir de leur bêtise : il dressa devant eux un cul-de-sac qui les empêcha de fuir plus loin. Ils étaient à la merci des Pokémon sauvages qui lancèrent des coups de gong triomphants.

— Quelles cloches, ceux là ! Râla Topaz.

— Je crois que ce serait le moment d’évoluer, non ? ! Glapit Ace.

Elle tendit la main à son Oniglali qui souffla un petit air glacé dessus. Aussitôt, la dresseuse aux cheveux bleu disparut dans une lumière blanche aveuglante. Topaz imita aussitôt son geste en s’agrippant à Magnézone et sa transformation s’opéra à son tour.

— Bon, c’est à mon tour, je crois, balbutia Seika. Qui est volontaire ?

Voulant imiter ses camarades, elle posa la main tour à tour sur Feunard, Ponyta et Solaroc, qui étaient à sa portée. Néanmoins, la solution vint du petit Feunnec, qui sauta sur son épaule et lui donna un coup de langue sur le nez. Alors qu’Ace et Topaz dégainaient leurs armes, prêtes à défendre chèrement leurs peaux, la championne de PierreBlanche entama son évolution. Tony, lui, était recroquevillé dans un coin et priait tous les dieux qu’il connaissait de lui accorder le salut.

— Qu’est-ce qu’elle a dit, déjà, Blondie ? Hurla Topaz en faisant tournoyer sa canne. Danse Pluie, c’est ça ? ! Danse Pluie ! !

Elle leva sa canne vers le ciel, mais rien ne se produisit. Elle évita de justesse une charge d’un archéodong et se mit à pester contre Tiffany et ses idées à la con qui manquaient de la faire tuer. Ace, de son coté, roula au sol pour esquiver la charge d’un autre assaillant et brandit sa baguette au hasard :

— Draco-Rage ! S’écria-t-elle en suivant elle-aussi les consignes de Tiffany.

Celle-ci, alors qu’ils se trouvaient encore dans la bulle spatiale, leur avait donné des instructions précises à suivre à la lettre pour déterminer quel était le Pokémon Légendaire qui les avait choisie. Ace constata que l’attaque qu’elle utilisait ne fonctionnait pas non plus et abandonna aussitôt cette idée. Par contre, elle sut qu’elle ne devait pas chômer car les archéodong, surpris l’espace d’un instant de la lumière de leur évolution, attaquaient de plus belle, fous furieux. Elle ne réfléchit pas davantage et brandit sa baguette :

— Rayon Chargé ! Eclats Glace !

L’attaque électrique ne se manifesta pas, mais néanmoins, une pluie de pics glacés jaillirent de la baguette au second essai et ralentirent considérablement l’avancée des archéodong tout en leur infligeant pas mal de dégâts. A cet instant, elle sut que son Pokémon Légendaire était Artikodin. La tactique de Tiffany avait fonctionné, mais elle réalisait qu’elle ne connaissait pas tant d’attaques que ça de son Pokémon. Elle décida d’y aller au feeling :

— Laser glace ?

Le rayon blanc glacé gela sur place un archéodong qui faisait mine d’attaquer Topaz. Celle-ci s’acharnait à essayer de lancer l’attaque Danse-Pluie, en vain. Ace se détourna d’elle pour attaquer d’autres Pokémon mais elle prit quand même le temps de glisser un conseil à sa cadette :

— Essaie une autre attaque !

Elle se mit à balancer les Laser et Eclats Glace à tout va pour empêcher les archéodong de s’approcher. Topaz suivit son conseil et tenta un « Crocs Eclair » qui fonctionna à sa grande surprise.

— Hééééééé ! ! Se mit-elle à brailler. Hééééééééé ! ! C’EST ZEKROM QUI M’A CHOISIE ! !

— Parfait, bats-toi maintenant ! Répliqua Ace qui se démenait du mieux qu’elle pouvait.

— Eclair Croix ! !

Une orbe électrique bleue gigantesque naquit de sa canne et traça sa route dans la grotte en amochant pas mal la quasi-totalité des archéodong d’un seul coup. Ace ne dut son salut que parce qu’elle se tenait sur le côté au moment de l’attaque. Elle râla à mi-voix mais ne fit pas de reproches à Topaz, sachant que celle-ci s’en ficherait. De plus, la fillette avait presque commis un génocide dans les rangs des archéodong qui étaient quasiment tous à terre. Seule une petite dizaine de chanceux avaient échappé à l’attaque dévastatrice. Topaz eut un sourire tordu et leva sa canne :

— Feu Sacré ! ! S’écria Seika tout à coup.

La jeune fille, vêtue d’une tunique et leggings jaune et une jupe rouge éclatants, ses longs cheveux d’or coiffés en deux hautes queue-de-cheval, tendait devant elle un spectre rouge auréolé de flammes. Le déluge de feu qui en sortit crama tous les archéodong encore indemnes sans leur laisser la moindre chance. Quand Mewtwo apparut au détour du couloir, auréolé de sa bulle bleue, il ne restait plus un seul adversaire debout. Seika se mit à sauter sur place en poussant des hurlements de joie extatiques :

— Je suis Ho-Oh ! Je le savais, je le savais, je le savais ! Je pouvais qu’avoir été choisie par Ho-Oh, après tant d’années à me consacrer à son culte, il m’a choisie ! ! Youhouuuuu ! !

Sur ces entrefaites, Tiffany pointa le nez derrière Mewtwo et, constatant qu’il n’y avait plus de danger, s’avança à découvert avec insouciance. En la découvrant dans son dos, le Pokémon Psy poussa une gueulante abominable qu’elle balaya d’un revers de main :

— Eh, j’allais pas te laisser partir tout seul, tu risquais de te faire mal !

Mewtwo s’étrangla, vexé comme un pou, mais l’étudiante n’y prêta pas attention et rejoignit ses camarades de guerre. Celles-ci se mirent à parler toutes en même temps pour raconter leurs découvertes. Tony ayant réalisé qu’il était sauvé, s’était relevé et tentait de faire celui qui n’est pas là, tout en gardant son Kadabra à portée de main au cas où.

— Minute, minute ! S’exclama Tiffany, coupant la parole à ses amies. Vous avez découvert tous vos légendaires d’un coup ? Magnifique, je pensais pas que ça marcherait aussi bien ! Alors, si je récapitule bien, toi Topaz, tu as reçu les pouvoirs de Zekrom, Seika ceux de Ho-oh et Ace d’Artikodin. J’ai bon ou j’ai bon ?

— Tu as bon ! Répondit Seika en riant.

— J’ai su dès que je t’ai vue que tu étais un vrai soleil, glissa Tiffany à la jeune championne avec un fin sourire.

— Aaww, fit celle-ci, flattée. Merci, ma petite fée…

Elles tombèrent dans les bras l’une de l’autre, faisant grimacer Topaz. L’étudiante en archéologie et la championne avaient toutes les deux le même humour et le courant était passé très vite entre elles. Du coup, elles multipliaient les blagues, au grand dam de Topaz qui n’avait pas du tout la même façon de s‘amuser.

Finalement, chaque fille rappela ses Pokémon et elles se préparèrent à revenir dans la bulle spatiale.

— A présent, déclara Ace, il ne nous reste plus qu’une personne à trouver et notre groupe sera complet, n’est-ce pas ?

Elle s’était adressée à Mewtwo dans l’espoir d’une réponse mais celui-ci la snoba royalement. Avec un haussement d’épaules fataliste, la dresseuse aux cheveux bleus oublia sa question et activa sa clé en même temps que ses camarades.



Dernière édition par Cyana le Lun 30 Juin 2014 - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Dim 29 Juin 2014 - 22:44

Chapitre 10 : Drame à Unionpolis

— Elle s’appelle Oksana, elle est rousse, coordinatrice, se trouve actuellement à Unionpolis à Sinnoh et le Pokémon qui l’a choisie est de type ténèbres, récapitula Tiffany d‘une voix joyeuse.

Rayquaza et Lugia filaient dans le ciel, déterminés à quitter cet endroit le plus vite possible. Quand ils avaient rejoint le petit groupe pour leur donner des indications à propos de leur future et dernière partenaire, les filles n’avaient pas laissé passer leur chance. Fortes de leur savoir sur les pouvoirs légués pour elles par les légendaires, elles avaient réussi à se transformer sans se mettre en danger. Quand les deux légendaires messagers leur avait transmis le prénom et le lieu où se trouvaient la dernière fille, elles s’étaient tenues prêtes. Elles avaient insisté pour avoir de plus amples informations et avaient même utilisé la force. Rayquaza et Lugia avaient fini par crier grâce et cracher un peu plus de renseignements avant de filer à toute allure.

— Et on sait que le Pokémon en question doit être Yveltal ou Darkrai et qu’il suffira à cette fameuse Oksana d’utiliser Trou Noir ou Mort-Ailes pour le déterminer, ajouta Ace tout sourire.

Bien que sachant que des représailles ne tarderaient pas, les filles étaient satisfaites d’avoir tenu tête à ces Pokémon qui, bien que dieux, se permettaient beaucoup trop de liberté à leur gout. Durant tout le temps du lynchage, Mewtwo n’avait rien dit mais elles étaient sûres qu’il avait apprécié le spectacle. Il n’avait après tout rien fait pour défendre ses congénères de légende.

— Et quand elle saura, elle n’aura plus qu’à suivre la liste qu’on lui a faite, conclut Topaz avec satisfaction.

— Alors, on peut y aller ! Décida Seika.

Elle se leva avec légèreté et prit la clé de Palkia qu’elle tourna pour l’activer. Elle tripota la jolie pierre blanche et rose avec curiosité - c’était la première fois qu’elle l’utilisait - et les paysages défilèrent à toute vitesse dans le portail spatial. Elle n’y fit cependant pas attention, concentrée sur sa clé, et ne comprit donc pas ce qu’il se passait quand elle releva les yeux et se rendit compte que le portail était devenu tout noir.

— Tiens, c’est bizarre, s’étonna-t-elle, ça n’avait pas fait ça quand on est allé au Mont Couronné…

Elle donna un petit coup de pied dans la partie obscure et fut surprise de trouver de la résistance.

— Il se passe quoi ? Finit par s’inquiéter Ace qui, à l’instar de Tiffany et Topaz, n’était pas pressée de cesser de buller.

Elle poussa un couinement étranglé quand la partie obscure dévoila lentement une chambre ordinaire en s’écartant dans un grincement de fin du monde. Cette fois, l’attention de Tiffany et Topaz fut attirée par ce qu’il se passait et Seika mise à part, elles écarquillèrent les yeux d’étonnement.

— Attends, je rêve là ? Marmonna Topaz.

La pièce leur semblait familière avec son ordinateur à l’écran allumé presque en face d’elles, le lit recouvert d’un couette parsemée d’Evoli et le papier peint mauve pâle. La chambre était vide, mais soudain, il y eut de l’agitation près de l’ordinateur et une porte qu’elles n’avaient pas encore remarquée jusque-là s’ouvrit sur une jeune fille aux cheveux roses à lunettes. Elle avait une cuillère dans la bouche et un pot de yaourt à la main. Quand elle entra dans la chambre, son regard se posa directement sur les quatre filles qui l’observaient de son placard. Ses yeux s’agrandirent de surprise et d’effroi et elle en lâcha tout ce qu’elle tenait.

— Referme ça ! S’écria Tiffany.

Topaz bondit pour obéir, attrapa la porte du placard et la referma violemment. Aucune ne loupa le « Hé ! » de l’inconnue et Ace s’empressa de désactiver la clé de Seika par mesure de prudence.

— Il s’est passé quoi, là ? S’enquit la championne, déroutée.

— C’est pas possible, tempêtait Topaz, cette chambre est la destination par défaut de ces fichues clés ou quoi ? !

— C’était qui cette fille ? Insista Seika. On a atterri où, en fait ?

En quelques mots, ses camarades lui résumèrent la situation, déclenchant un gros fou rire chez la spécialiste feu.

— Pauvre fille ! S’exclama-t-elle en essuyant des larmes d‘hilarité. Elle va croire que son placard est hanté !

— C’est super grave ! S’indigna Tony. Vous êtes inconscientes ou quoi, et si elle vous dénonçait à la police ? ! Elle sait à quoi vous ressemblez !

— On ressemble à n’importe quelle fille ordinaire, rétorqua Tiffany. Et puis, elle ne nous aperçu que quelques secondes à chaque fois, elle ne pourrait pas donner une description précise…

— Elle est connue, elle ! Insista le garçonnet en désignant Seika. Il suffit juste de la reconnaître, elle, et de faire le lien !

— On fera en sorte d’être prudentes, tenta de le rassurer Ace. C’était juste une erreur, ça arrive à tout le monde…

Elle expliqua rapidement le concept des clés à Seika - ne surtout pas penser à autre chose qu’à la destination choisie et rester concentré - pendant que Tiffany ouvrait une porte pour Unionpolis à Sinnoh. Ils franchirent tous le portail à la queue leu leu et se retrouvèrent derrière l’arène de la ville.

— Nous voici arrivés, se réjouit Seika en s’étirant sous les rayons du soleil. C’est super cool pour les voyages, ces clés, je devrais y penser pour mes prochains congés…

Ils se mirent à déambuler dans les rues animées un peu au hasard, examinant avec curiosité les gens et les lieux. Tony était impressionné :

— A part quand je suis allé à Poivressel, déclara-t-il, je ne suis jamais parti de Johto…C’est incroyable !

Tiffany lui tapota gentiment la tête, attendrie. Ils continuèrent leur cheminement jusqu’à la salle de concours d’Unionpolis. La dénommée Oksana, leur future partenaire, étant coordinatrice, ils étaient sûrs de l’y trouver à un moment ou un autre. L’ambiance de la salle des concours était celle précédant chaque compétition : les coordinateurs étaient fébriles, arrangeaient leurs costumes, lissaient le moindre poil rebelle de leurs Pokémon ou les entraînaient, révisaient leurs stratégies.

— Aaah, ça faisait longtemps que j’étais pas venue assister à un concours…se réjouit Tiffany, parfaitement à l’aise.

— Moi aussi, glissa Seika en souriant largement.

— Oh ! J’aurais du men douter que tu t‘y connaissais aussi. Notre rencontre était vraiment prédestinée !

Elles se mirent à glousser en chœur et s’éloignèrent bras dessus bras dessous en se lançant dans une conversation trop technique pour les néophytes. Ace et Tony se mirent à chercher une fille rousse dans l’assistance, Topaz se contenta de pester en reniflant d’un air méprisant à chaque nouveau coordinateur qu’elle apercevait, marmonnant sans cesse : « Fichus trucs de filles ! ».

— Deux rousses, annonça Ace.

— Non, trois, rectifia Tony. Y a en une à moitié cachée derrière la nana aux longs cheveux violets, près des téléphones.

— J’y vais, décida Topaz.

Elle se dirigea d’office vers la fille près des téléphones. Ace indiqua rapidement à Seika et Tiffany la seconde cible qu’elles s’empressèrent d’aller saluer et entraîna le pauvre Tony esseulé avec elle pour parler à la troisième.
.
.
.
Topaz se rua sur la fille rousse, qui était accompagnée d’une autre demoiselle aux longs cheveux violets et d’un garçon aux cheveux noirs, et s’arrêta devant elle dans un dérapage plus ou moins contrôlé. La conversation des trois jeunes s’interrompit aussitôt suite à la brutale arrivée de la fillette et ils prirent un air méfiant.

— Est-ce que tu t’appelles Oksana ? Demanda Topaz à brûle-pourpoint.

La fille plissa ses yeux vert sombre et fixa longuement la petite brune en silence. Celle-ci attendit sagement quatre ou cinq secondes puis commença à montrer des signes d’impatience visible.

— T’es muette ou quoi ? ! S’exclama-t-elle.

— Je m’appelle bien Oksana, répliqua la rousse avec froideur.

— Oh ! Cool. Eh les gens, je l’ai trouvée ! Beugla la fillette en se tournant vers ses camarades.

Ceux-ci, éparpillés à travers toute la salle de concours, rappliquèrent aussitôt, soulagés d’avoir trouvé aussi vite.

— C’est inutile d’appeler toute ta bande de terroristes à la rescousse ! S’écria furieusement Oksana en se levant d’un bond. Je ne vous laisserais pas mener à bout votre attentat ! !

— Quoi ? Fit Topaz.

— Allez-vous en, insista Oksana. Je suis prête à utiliser la force s’il le faut !

— Qu’est-ce qu’il se passe ? S’enquit joyeusement Tiffany en rejoignant sa camarade.

— Toi ! L’accusa alors la fille aux cheveux violet en intervenant pour la première fois. Comment peux-tu sourire de cette manière alors que tu t’apprêtes à commettre un crime ?

— N’as-tu aucun scrupules ? Renchérit le garçon aux cheveux noirs d’une voix morne.

— J’en ai rarement mais j’aimerais bien savoir de quoi on m’accuse aujourd’hui, releva Tiffany, sans comprendre ni cesser de sourire.

Oksana croisa les bras sur sa poitrine en prenant un air hautain. Elle n’était pas bien grande - même la petite Topaz la dépassait - mais cela ne semblait pas la décourager pour autant.

— Je vous préviens, siffla-t-elle. Vous allez tous filer d’ici en quatrième vitesse ou sinon, on s’occupe de votre cas. Je vous laisse trois secondes.

— Mais pourquoi tu nous accuses comme ça, au fait ? S’enquit poliment Ace. On ne se connaît pas, c’est la première fois qu’on se rencontre mais tu as l’air de nous connaître.

— On m’a parlé de vous, pardi ! Répliqua la rousse. Le petit Shaymin m’a tout dit ! Il m’a dit que des gens, qui correspondent justement à votre description, se rendraient à Unionpolis pendant le concours pour causer un horrible attentat ici-même !

— Depuis quand on est des terroristes ? S’étonna Seika.

— Shaymin est un menteur ! ! Brailla Topaz.

— Je n’ai rien à avoir avec tout ça ! Glapit Tony.

— Bon, ça suffit, décréta la fille aux cheveux violet.

Elle sortit une Pokéball abimée d’une de ses poches et la laissa tomber au sol. Un Sepiatroce en jaillit et se mit à fixer tout ce qui n’était pas sa dresseuse avec un air mauvais.

— Je vous préviens une seule fois, poursuivit la fille. Je vous laisse le temps de décamper d’ici. Si vous restez, vous récolterez de fâcheuses conséquences. Je vous préviens, je suis une super dresseuse.

— C’pas la modestie qui t’étouffe, siffla Topaz.

— Il y a erreur, en plus, intervint Seika. On est pas des terroristes. Shaymin a menti. C‘est lui qui…

— N’en jetez plus, la coupa Oksana. Je refuse de vous écouter et je ne vous aiderais pas dans votre odieux projet. Partez maintenant !

— Que ces enfants sont pénibles, chantonna Tiffany. La crise d’ado ne réussit jamais à personne…

— Sepiatroce, attaque Surpuissance ! ! Rugit la fille aux cheveux violet.

Le Pokémon chargea son énergie. Tiffany eut le juste de temps d’appeler son Symbios et de lui ordonner l’attaque Abri pour protéger son groupe avant que la Surpuissance n’explose, rasant tout sur son passage dans un rayon de deux mètres de diamètre. Dans la salle de concours, ce fut la débandade.

— Un attentat ! Hurla quelqu’un.

Tous se mirent à fuir dans tous les sens. L’attaque abri se dissipa, laissant le groupe indemne. Oksana et ses amis, par contre, semblaient beaucoup plus amochés.

— Bon sang, Rider, râla le garçon brun d’un air ennuyé. On t’avait dit pas Surpuissance à l’intérieur…

— On t’avait dit aussi de prévenir, renchérit Oksana. Et ces gens sont encore debout, vive l’efficacité, sérieux !

— Je vais les atomiser quoi qu’il arrive ! Rugit la dénommée Rider.

— Cool, une nouvelle candidate à la Team Atomisation, babilla Tiffany en tortillant ses cheveux.

— Balance une Tranche-Nuit sur cette tarée ! Répliqua Rider.

Tiffany s’écarta promptement et lança Symbios à l’attaque. Les deux filles se lancèrent dans un combat acharné, laissant le reste du groupe sans voix.

— Bon, soupira le garçon brun. J’imagine qu’il va falloir combattre aussi…

— On dirait bien, approuva Oksana. Faisons équipe, camarade !

Les deux amis lancèrent chacun leur Pokéball à l’unisson. D’elles se matérialisèrent un Absol et un Moyade. D’un mouvement qui semblait parfaitement étudié, Ace et Topaz se lancèrent dans le match, l’une avec Lainergie, l’autre avec Givrali. Le combat s’engagea aussitôt, laissant Seika et Tony sur la touche. La quasi-totalité des personnes présentes dans la salle de concours au moment de l’explosion avait filé. La championne posa une main sur l’épaule de Tony.

— Pendant que ces gens-là se battent, on va faire quelque chose, toi et moi !
.
.
.
La ville était en émoi. Les badauds couraient dans tous les sens en criant pour échapper au drame de la salle de concours d’Unionpolis. La police faisait de son mieux pour juguler la panique, en vain. Quelques dresseurs confiants en leurs capacités se précipitèrent dans l’espoir de se rendre utile. Un jeune homme aux cheveux auburn, portant des lunettes et un pantalon aux multiples poches gris, fit partie de ces dresseurs. Il montra un passe tamponné du sceau officiel de la ligue à chaque policier essayant de l’arrêter et parvint presque sans encombres jusqu’à la salle de concours. Au même moment, un Ultralaser surpuissant perça un des murs du bâtiment et rasa tout sur son passage. La rue ressembla après coup à un champ de bataille : les gens qui traînaient encore ne demandèrent plus la permission pour filer en quatrième vitesse. Le jeune dresseur aux cheveux auburn se précipita à l’intérieur de la salle de concours alors que les autres restaient encore figés à observer les dégâts.

— I-il faut rentrer ! Finit par balbutier un dresseur devant l‘exemple. Il y a peut-être encore des gens coincés à l’intérieur !

— C’est une très mauvaise idée, répliqua une voix féminine venant de l’intérieur.

Une jeune fille aux cheveux démesurément longs sortit de la salle de concours par le trou du mur et jeta un œil circulaire à l’ensemble. Elle était suivie par un garçonnet tout aussi blond, accompagné d’un Papilusion, qui semblait vouloir se trouver partout ailleurs qu‘à cet endroit. Les quatre ou cinq dresseurs qui restaient en espérant aider n’eurent pas le temps de réagir que la fille prenait à nouveau la parole.

— Tony, endors-moi tout ça, ordonna-t-elle.

— P-Poudre Dodo, Papilusion, bafouilla l’enfant.

Le Pokémon se mit à battre furieusement de ses ailes géante et une poudre verte se déversa sur les badauds, provoquant leur sommeil sans leur laisser une chance.

— Une bonne chose de faite, se réjouit Seika.

— Je…j’ai attaqué des gens ! Gémit Tony. Tu m’as fait attaquer des gens ! C-c’est mal !

— C’était ça où ils venaient se mêler de ce qui les regardait pas au risque d’être blessés, voire pire.

Sur cette réplique assassine, la championne tourna le dos au garçonnet et repartit à l’assaut. Tony hésita, jeta un dernier regard de regret à ses victimes puis s’élança à sa suite.
.
.
.
Les attaques la frôlaient régulièrement et Tiffany grognait tout bas en essayant de préserver autant qu’elle pouvait ses vêtements. C’est qu’elle y tenait, bon sang ! Elle ignorait pourquoi cette fille aux cheveux violets s’en prenait à elle de cette façon. Elle ne lui avait rien fait, après tout. Enfin, elle l’avait peut-être taquiné sur sa crise d’ado, mais il n’y avait pas de quoi en faire un plat. Tout le monde y passait un jour ou l’autre, ce que les gens pouvaient être susceptibles de nos jours !

Symbios généra un Abri qui les protégea tout les deux d’une nouvelle attaque Surpuissance. La dénommée Rider avait quasiment détruit toute la salle de concours d’Unionpolis. Ce n’était pas vraiment le genre à faire dans la dentelle, même si sa technique manquait cruellement de précision. Tiffany jeta un coup d’œil distrait autour d’elle et aperçut Ace et Topaz combattant Oksana et son ami aux cheveux noirs. Seika et Tony étaient un peu désœuvrés mais se tenaient prêts à agir dès que le besoin se ferait sentir. Quand donc les choses avaient dégénérées à ce point, déjà ?

— Regarde ton adversaire quand tu le combats ! ! Rugit Rider.

Tiffany fit un pas de côté pour éviter une Coupe Psyko.

— Maiiiis ! Protesta-t-elle. Je ne suis pas du tout ton adversaire, tu as décidé ça toute seule ! Je me bats pas moi ! Regarde, t’es la seule à attaquer !

— Tranche-nuit ! Répliqua furieusement Rider en réponse.

— Psykoud’boule !

Un Charkos déboula de nulle part et chargea le Sépiatroce qui fut projeté au loin, sous le cri horrifié de Rider. Le Pokémon préhistorique fit une brusque volte-face et fonça droit sur Tiffany. Ce fut au tour de Seika de crier, voyant son amie rester immobile sur la trajectoire du Pokémon, mais celui-ci s’arrêta pile face à la frêle jeune femme. Il se pencha pour se mettre à sa hauteur et Tiffany lui caressa gentiment la tête :

— Calva, c’est bien toi ? !

Elle tourna la tête vers l’entrée de la salle de concours et aperçut alors le jeune homme aux cheveux auburn. D’un seul coup, son expression changea et s‘adoucit, ses yeux se mirent à briller et elle se précipita vers lui en tendant les bras.

— Pierrick !

Elle se blottit contre lui et le garçon l’étreignit brièvement avant de poser les mains sur ses épaules et la repousser doucement.

— Tiff, Arceus soit loué ! Ça fait une semaine que je me demande où tu es passée et je te retrouve en train de démolir des bâtiments en te battant contre des gens ! ! Est-ce que tu as la moindre idée du souci que je me suis fait ? !

— Je suis désolée, répondit l’étudiante d’une toute petite voix. Pardon, pardon, pardon…

Elle leva vers le champion de Charbourg un regard rempli de larmes et ce dernier soupira, incapable de rester fâché plus longtemps. Il regarda autour de lui, constatant le carnage avec une grimace.

— Bon, qu’est-ce que tu fabriques, cette fois ? Lâcha-t-il avec l’air de celui qui en a vu d’autres.

Seika les rejoignit avec une mine de conspiratrice. Tiffany pointa aussitôt le doigt en direction de Rider qui rappelait son Sépiatroce assommé, furieuse.

— C’est elle ! S’exclama la blonde. Elle m’a attaquée, je sais pas pourquoi ! J’ai rien fait ! C’était pas ma faute !

— Je confirme, glissa la championne de PierreBlanche. On discutait tranquillement, cette fille n’a juste pas apprécié le point de Tiffany et lui a limite sauté dessus.

— Et vous êtes ? S’enquit poliment Pierrick.

— Je m’appelle Seika, répondit cette dernière en lui tendant la main. J’ai rencontré Tiffany il y a quelques jours et nous avons décidé de faire un bout de route ensemble…

Pierrick lui serra la main, très à cheval sur les conventions, et sans avoir l’air de prêter attention à la catastrophe qui se déroulait sous ses yeux. Topaz, tout à coup, poussa un hurlement de désespoir quand son Magnézone, qu’elle avait appelé à la rescousse, fut envoyé au tapis.

— Je me vengerais ! ! Jura-t-elle de toute la puissance de sa voix.

— Tiff, Seika ! Appela Ace. Ils nous ont battu !

Les deux cadettes se précipitèrent auprès du reste du groupe. Au même instant, Deoxys et un grand Pokémon volant jaune se matérialisèrent dans la salle de concours. Ils se posèrent près d’Oksana et de ses amis, garde du corps imposants et dangereux. La pièce parut tout à coup bien petite.

— Oh, Arceus ! S’écria Pierrick. Que font des Pokémon Légendaires ici ?

— Putain, là, on est dans la merde ! ! Hurla Ace. Topaz et moi, on peut plus ni se battre ni se transformer ! !

— Il faut foutre le camp ! Approuva Seika. Utilisons les clés !

Elle ne perdit pas un temps pour joindre le geste à la parole. Topaz agrippa Tony d’une main, activa sa clé de l’autre et tous les deux disparurent dans un flash. Ace les imita aussitôt.

— Viens avec moi, mon chéri, décida Tiffany.

Elle prit d’autorité la main de son petit ami et utilisa sa clé à son tour. Les partisans de Shaymin restèrent seuls maître des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Cyana
Golden Shipper
avatarGolden Shipper


Féminin Messages : 1250
Localisation : Au pied de mon arc-en-ciel

MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   Jeu 3 Juil 2014 - 19:31

Chapitre 11 : Escapade en terre inconnue
L‘ambiance du groupe n’était pas au plus haut quand ils se retrouvèrent tous matérialisés dans la bulle spatiale de Palkia. Ace et Topaz semblaient abattues et s’assirent par terre, épaule contre épaule, sans dire un mot. Tony vint se placer à côté de son amie et lui serra gentiment l’épaule en guise de soutien. Seika échangea un regard navré avec Tiffany, qui hocha la tête et s’éloigna avec Pierrick pour lui fournir quelques explications. La championne finit par rejoindre ses cadets et s’accroupit face à eux pour leur ébouriffer les cheveux avec affection.

_ Vous avez fait un beau combat, les félicita-t-elle. Ils étaient juste plus forts que vous…

_ Je perds tout le temps en ce moment, balbutia Topaz qui essayait de ne pas pleurer.

_ Mais non, la consola Seika avec une mine soucieuse. Tu as juste quelque chose comme un an de dressage derrière toi, comment tu veux lutter contre des gens qui en ont facilement cinq ou six ?

_ En plus, ils avaient carrément l’habitude de se battre ensemble, ça se voyait, ajouta Tony.

Soudainement, Mewtwo se matérialisa auprès d’eux, auréolé d’un feu bleu intense et avec l’air le plus furieux qu’il leur été donné de voir.

_ Que s’est-il passé ? Grogna-t-il d’une voix qui leur fit froid dans le dos.

Il observa le petit groupe tour à tour, nota leurs mines chiffonnées et parut se calmer. Il semblait toujours furieux mais il se posa au sol et étouffa son pouvoir pour paraître moins menaçant.

_ Où étais-tu ? S’étonna Seika. On aurait bien eu besoin de toi sur ce coup-là !

Avec suffisance, Mewtwo répondit que Lugia avait eu vent d’une apparition de Shaymin aux alentours d’Acajou à Johto et qu’il était parti vérifier ce qu’il en était. En retour, Seika lui narra leur échec à Unionpolis et le Pokémon Psy sembla plus furieux que jamais.

_ Ce ne se serait pas passé comme ça si j’avais été là ! Siffla-t-il.

_ On aurait peut-être eu une chance, admit la championne. Mais tu n’étais pas là et il a bien fallu qu‘on file en catastrophe.

La queue de Mewtwo s’agita furieusement sous l’effet de l’agacement puis il jeta un coup d’œil en direction de Tiffany, toujours à l’écart en compagnie de Pierrick.

_ Et lui là-bas, c’est qui ?

_ Pierrick, si je me trompe pas, répondit Ace. Le petit ami de Tiffany.

Cette dernière serra ledit petit ami dans ses bras, ouvrit le portail spatial et le laissa partir en agitant joyeusement la main en guise d’au-revoir. Elle attendit de le refermer avant de rejoindre ses camarades, arborant elle aussi une mine chiffonnée.

_ Tu lui as expliqué ? Lui demanda Ace.

_ Quoi donc ?

_ Ben, tout ce qui nous arrive…

_ Certainement pas ! S’horrifia Tiffany. Il n’est pas question que j’implique mon Pierrick dans ces histoires de fous, je refuse qu’il lui arrive quelque chose !

_ Et il a accepté que tu dises rien ?

_ J’ai inventé un truc vite fait…

Elle se laissa tomber au sol près du groupe, le balaya du regard rapidement et, constatant leur abattement, esquissa un sourire qu’elle voulait rassurant.

_ Allons…dit-elle gentiment. Faut pas être si triste, on a été pris de court mais rien n’est perdu ! On va se reprendre, trouver un plan d’action et Oksana comprendra qu’elle s’est trompée, c’est tout !

_ Ça a l’air facile, dit comme ça, rétorqua Ace, mais on est que quatre et eux, ils sont trois, beaucoup plus puissants que nous, et en plus, ils ont le soutien de deux Pokémon Légendaires. On fait pas le poids.

_ Euh non, on est cinq, intervint Tony. Je suis peut-être ni très fort ni très utile, et je sais que Topaz peut se débrouiller toute seule comme une grande, mais là, elle a besoin de moi. Je laisse pas tomber mes amis !

Topaz lui lança un regard reconnaissant.

_ Six, lâcha Mewtwo.

Le petit groupe leva dans un bel ensemble la tête vers l’imposant Pokémon qui les toisait, les bras croisés. Il arborait une expression impassible mais venait de se proposer lui-même pour rejoindre le groupe et tout le monde apprécia l’intention.

_ Six, donc, babilla Tiffany d’une voix enjouée. Vous voyez ? Avec Mewtwo de notre côté, on a déjà un super atout ! Pour le reste, il suffit juste d’entraîner un peu nos Pokémon, de bien explorer notre potentiel en évoluant, de pondre un super plan et on y arrivera !

_ Ouais ! S’exclama Seika, revigorée. On va pas se laisser faire par ce Shaymin de malheur quand même !

Elle et Tiffany topèrent, en phase. Elles obligèrent leurs cadets à en faire de même et les secouèrent pour les pousser à se lever. Tiffany tapota sa clé de Palkia avec un petit sourire qui n’augurait rien de bon.

_ Debout, les enfants ! S’exclama-t-elle joyeusement. L’entraînement nous attend !

_ Qu’est-ce que tu veux qu’on fasse ? S’étonna Ace.

_ C’est une surprise !

_ Je crains le pire…marmonna Topaz.
Ils avaient atterri sur la rive d’un grand lac, à l’orée d‘une forêt, bordé d’une chaîne de montagnes gigantesque, probablement située au sud s’ils en croyaient la position du soleil. Ils pouvaient apercevoir le haut d’une tour dépasser des arbres. Trois pierres jaillissaient de la surface du lac, formant un triangle à l’intérieur duquel l’eau semblait légèrement luire. Mis à part Tiffany, personne ne savait où ils avaient atterri et l’endroit ne leur disait pas grand-chose.

_ Et donc ? S’enquit Seika. On est où ?

_ A Holon, répondit tranquillement Tiffany.

La championne ouvrit grand la bouche, stupéfaite, s’attirant le sourire satisfait de l’étudiante et la curiosité d‘Ace et Topaz. Néanmoins, la dresseuse de type feu n’était pas la seule à avoir réagi : Tony écarquillait les yeux d’un air terrifié.

_ M-mais ! Holon est interdite ! S’écria-t-il. La frontière est constamment gardée ! Il faut une autorisation spéciale pour s’y rendre !

_ J’en ai une, répondit Tiffany d’un ton léger. Et je peux emmener des gens, à condition qu’ils ne dévoilent pas ce qu’ils y ont vu. Je vous fais confiance, ne me décevez pas…

_ Mais on dit que c’est une région super dangereuse, insista le garçonnet. Les Pokémon y sont surpuissants et enragés, et y a des ondes radioactives en plus, et puis y a des tas de problèmes climatiques et tout !

_ C’est pas radioactif, rétorqua Tiffany. Les autorités ont dit ça parce que…Enfin, vous verrez bien.

_ Pourquoi ? ! Glapit Tony. Je veux savoir ! ! Je ne veux pas rester dans l’ignorance des dangers que je cours ! !

_ Tu ne cours aucun autre danger que d’être attaqué par un Pokémon sauvage. Ce que tu risques dans n’importe quelle région du monde, tu ne crois pas ?

_ Mais il y a autre chose, je le sais !

_ Il y a ça…annonça Tiffany en pointant le doigt droit devant elle.

Un Pikachu venait de jaillir d’un buisson, suivi de deux Pichu. Ils foncèrent à toute allure vers un autre buisson et y disparurent en un clin d’œil. L’apparition avait été fugace mais certains avaient remarqué quelque chose chez ces Pokémon. Ils ressemblaient à des Pikachu et Pichu parfaitement ordinaires mis à part qu’ils avaient une couleur beaucoup plus pâle que les autres Pokémon de cette espèce.

_ Ils n’ont pas la couleur habituelle, nota Seika. Ils sont chromatiques ?

Topaz saisit aussitôt une Pokéball, le regard avide. Tiffany lui fit les gros yeux.

_ Range ça, lui dit-elle, tu n’as pas le droit de capturer un de ces Pokémon. C’est strictement interdit.

_ Il se passera quoi si j’en capture un sans autorisation ?

_ Tu seras arrêtée par les autorités, il te mettront en garde en vue pendant au moins vingt-quatre heures, énuméra l’étudiante, puis il appelleront tes parents pour qu’ils te récupèrent et ils prendront ta licence Pokémon. Tu n’auras plus jamais le droit de faire quoi que ce soit en rapport avec les Pokémon, de toute ta vie.

_ Quoi, mais…! C’est dégueulasse ! !

_ C’est la loi, moi non plus, je n‘y ai pas droit. Bref, ces Pokémon sont appelés Pokémon Delta, expliqua Tiffany. Ils arborent parfois une couleur légèrement différentes des Pokémon normaux, mais ce ne sont pas des chromatiques pour autant. Et surtout, ils n’ont pas le type habituel…

_ Qu’est-ce que tu veux dire ? S’enquit Ace.

_ Hé bien, un Pikachu ordinaire est de type électrique, tu vois ? Hé bien, les Pikachu d’Holon seront d’un autre type, acier en général, et ils auront des attaques qui correspondent à ce nouveau type. Par contre, étrangement, ils gardent leurs faiblesses originelles.

_ Mais pourquoi j’ai pas le droit d’en capturer ? Insista Topaz. Juste un, quoi !

_ S’il s’agissait de Pokémon ordinaires, évidemment, cette interdiction n’aurait aucun sens. Néanmoins, ceux-ci sont particuliers. Leur changement de types les rend plus fragiles à un changement d’environnement, ils dépérissent d’ailleurs rapidement enfermés dans une Pokéball. De plus, ils ne supportent pas la même nourriture que les autres Pokémon et leur système immunitaire est très fragile.

_ C’est des tapettes ou quoi ? ! Se récria la petite fille.

_ On va se battre contre eux, ces prochains jours, et tu vas pouvoir le constater de toi-même…

_ On va les combattre ? Demanda Tony, perplexe. Tu viens de dire qu’ils étaient fragiles…

_ Oui, dans un autre environnement que le leur. Mais en combat, sur leur habitat naturel, ils sont surpuissants. Je vous ai emmené ici justement pour qu’on s’entraîne.

_ Contre des Pokémon surpuissants ? ! Couina le garçonnet.

Néanmoins, cela semblait tout à coup convenir particulièrement à Topaz qui sauta presque au cou de son aînée dans son enthousiasme.

_ C’est vrai, je peux leur filer des raclées ? S’écria-t-elle.

_ A dire vrai, je pense que les premiers temps, ce sont eux qui vont te mettre des raclées, souligna l’étudiante. Mais ça a t’endurcir de manière spectaculaire, je te le garantis !

_ Mais au fait, et tous les dangers dont nous parlait Tony ? S’enquit Ace, malgré tout un peu inquiète.

_ Pour l’autorisation, j’en ai une, rappela Tiffany. Si jamais quelqu’un vient nous demander des comptes, même si ça m’étonnerait, on est en règle de ce côté-là. Rien n’empêche les combats contre les Pokémon sauvages, du moment qu’on n’en capture pas. Il n’y a aucune onde radioactive ici, je vous le garantis. Par contre, pour les problèmes climatiques…hé bien, ça reste plus difficile à appréhender. En général, les aléas climatiques sont violents et très soudain, si vous vous trouvez pris de court, il vous faut vite trouver un abri et ne surtout pas rester dehors. Vous avez bien suivi ?

_ Attends…tu dis ça comme si tu n’allais pas être avec nous pendant qu’on s’entraîne, souligna Tony.

_ C’est le cas, pour toi, du moins. Malgré le fait que je sois sûre qu’on ne risque rien, un groupe de six personnes dans cette forêt qui est la plupart du temps déserte, ce n’est pas très prudent. Je pense que ce serait mieux qu’on se sépare en trois groupes pour l’entraînement, la journée. Ensuite, on se retrouve le soir !

Un silence un peu perplexe tomba sur l’assistance, qui essayait d’assimiler toutes les informations révélées par Tiffany. Celle-ci avait apparemment tout prévu, ce qui les étonnait de la part de l’insouciante jeune fille.

_ Pourquoi pas ? Finit par lâcher Seika. Tu as déjà prévu les équipes ?

_ Oui, approuva Tiffany. Evidemment, il faudra faire des changements de temps en temps pour qu’on sache se battre tous les uns avec les autres. Mais pour aujourd’hui, j’ai prévu Topaz, Ace et moi-même d‘un côté, et de l’autre, Mewtwo, Seika et Tony !

Ravies de se retrouver ensemble, Ace et Topaz topèrent mais d’autres n’étaient pas aussi joyeux. Tony, par exemple, semblait terrorisé de se trouver en compagnie de Mewtwo et Seika, et la queue du Pokémon psy s‘agitait violemment, signe de son agacement.

_ Il y a des Pokémon très puissants à Holon, ajouta Tiffany en captant son regard. Je doute que quiconque parmi nous soit actuellement en mesure de les vaincre…ou avec beaucoup de mal.

_ Je suis capable de battre n’importe qui ! Rétorqua le Pokémon d’un air hautain.

_ Parfait, tu pourras garder un œil sur Seika et Tony tout en te battant, puisque tu es si fort, babilla la blonde. Tu pourrais les emmener sur l’Île des Dragons, je pense qu’ils sont suffisamment puissants pour toi. Tu vois où c’est ?

Mewtwo plissa les yeux en la fixant et resta quelques secondes silencieux.

_ Le chemin est clair dans ton esprit, déclara-t-il. Je trouverais.

_ Parfait ! Topaz, Ace et moi, on reste sur le lac, on se retrouve ici à la nuit tombée, ça vous va ?

_ D’accord, dit Ace. Soyez prudentes !

_ Vous aussi.

Seika rejoignit Tony et Mewtwo, qui les attrapa chacun par le col et les téléporta sans rien ajouter. Tiffany, Ace et Topaz se retrouvèrent seules devant le lac.

_ Qu’est-ce qu’on va faire ? S’enquit Topaz qui bouillait d’impatience.

_ Pour commencer, on va aller sur l’eau. Ace, tu as toujours ton Lokhlass, tu peux l’appeler, s’il te plaît ? Ensuite, on ira chatouiller un peu l’humeur des Pokémon du lac et en s’entraînera. Voilà !

_ D’accord, approuva la spécialiste des types glace.

Elle appela sans tarder Lokhlass qui poussa un couinement de bonheur en se matérialisant dans l’eau. Tiffany sortit à son tour une Pokéball et d’elle sortit un Moyade rose. En apercevant le Pokémon qui avait été le fruit de leur défaite contre Oksana et son ami, les deux jeunes dresseuses se sentirent plutôt mal à l’aise. L’étudiante le remarqua et s’empressa de les rassurer :

_ Tallulah n’est pas un monstre, vous savez. Elle est particulièrement civilisée et ne vous fera aucun mal. De toute façon, pour aujourd’hui, elle se combattra pas, hein choupinette ?

Elle tapota la collerette de la Moyade et celle-ci se frotta contre sa main en semblant sourire, ce qui fit frissonner les deux autres filles. Les Pokémon spectres étaient la hantise de beaucoup de personnes et elles ne faisaient pas exception. Visiblement, cela ne dérangeait pas Tiffany qui caressait sa Moyade comme d’autres câlineraient un Skitty.

_ Mais au fait, t’es pas spécialiste en Pokémon de type fée ? S’enquit soudain Topaz.

_ Ah non, pas du tout ! S’exclama Tiffany en réponse, l’air surpris. Qu’est-ce qui t’as fait penser ça ?

_ Bah, je sais pas, t’avais que des type fée au Festival de Poivressel…

_ Ah ! Oui, en effet, mais on voulait faire un tournoi avec mes amis et chacun ne devait utiliser qu’un type précis selon un tirage au sort. Je suis tombée sur le type fée, c’est tout. J’utilise des types variés en temps normal…mais j’avoue que j’ai un faible pour le type fée !

Elle se mit à rire pour une raison connue d’elle seule et monta doucement sur le dos de sa Moyade. Topaz préféra rejoindre Ace sur le Lokhlass.

_ Allez, les filles, s’exclama Tiffany, c’est parti pour l’entraînement de la mort qui tue !

_ Tu me fais super peur…grommela Topaz.
.
.
.
L’Île des Dragons, comme leur avait annoncé Mewtwo, étai couverte de végétation et d’une haute falaise creusée comme un gruyère, mais le plus gros se trouvait sous terre. Il leur avait révélé qu’une grotte immense - dont ils observaient justement l’entrée - plongeait sous la mer sur des kilomètres et des kilomètres. Il avait lu tout ça dans l’esprit de Tiffany, lui-même n’ayant jamais posé les pieds à Holon.

Ni Seika ni Tony n’étaient très rassurés de se retrouver là. Le petit garçon, ne faisant pas confiance au légendaire Psy, avait sorti Kadabra pour être prêt à filer à la moindre alerte. Il n’avait pas l’intention de laisser la championne et lui mourir bêtement. Quelques Pokémon traînaient dans la jungle - il avait cru voir passer un Scarhino - mais s’ils voulaient s’entraîner, ils allaient devoir aller sous terre. Mewtwo n’avait pas attendu qu’ils se décident pour entrer dans la grotte histoire de repérer les lieux. Pour l’instant, il semblait se tenir tranquille, aucun bruit de lutte ne parvenait jusqu’à eux.

_ Bon, fit Seika, sourcils froncés. Faut se décider. A trois, on se lance au casse-pipe, d’acc ?

_ J’ai pas l’intention de mourir, répliqua Tony. Mais si j’avais de la malchance, je reviendrais hanter Tiffany.

_ On sera deux. Même si c’est bien possible que ça ne la gêne même pas…

_ Hé bah, j’irais hanter son copain !

_ Dis pas de bêtises, on ne mourra pas, allez. Dis-toi plutôt qu’on a une chance extraordinaire de visiter cette région, qu’on verra des choses que les dresseurs lambda ne verront jamais…et on va devenir super forts !

_ Si on arrive à les battre…

Seika prit une grande inspiration, agrippa Tony par l’épaule et marcha droit sur l’entrée de la grotte avec une confiance qu’elle était loin de ressentir. Ce dernier eut l’idée de résister mais finit par se laisser traîner comme un poids mort.

_ T’as un objectif, un rêve dans la vie ? S’enquit Seika tout à coup alors qu’ils arrivaient à l’entrée.

_ J’veux être professeur Pokémon, marmonna Tony en rougissant.

_ Bien. Rappelle-toi bien de ce rêve quand tu auras envie de fuir ou que tu seras en danger. Cet entraînement est une étape à franchir pour y parvenir. On doit la surmonter.

_ C’est quoi, ton rêve à toi ? Demanda le blondinet en retour.

_ J’veux exploser Malva du Conseil Quatre de Kalos. Je l’aime pas, c’est une pimbêche !

_ Rappelle t’en aussi, alors.

Ils topèrent et se jetèrent dans l’antre des Pokémon Delta.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)   

Revenir en haut Aller en bas
 

T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» T. O. A. S. T. (OrgyShipping Adventures)
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» The Adventures of Sherlock Holmes and Dr. Watson : adaptations russes
» The Adventures of Tintin: Secret of the Unicorn
» The unladylike adventures of Kat Stephenson - Stephanie Burgis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Fanfics :: Pokémon-